Motorsport

Consani en tête des classements 2 Roues Motrices et Production

Belle perf’ pour le Français

Recherche

Par Olivier Ferret

3 octobre 2012 - 13:34
Consani en tête des classements 2 (...)

Avec un troisième succès en IRC Production Cup et une quatrième place en IRC 2WD Cup à l’arrivée du Sliven Rally en Bulgarie, Robert Consani marque des points capitaux. Associé à Nicolas Klinger, le pilote de la Mégane R.S. N4 a su passer à travers les pièges d’une course à éliminations pour se placer en tête des deux classements à deux manches du terme de la saison !

Auréolé d’une double victoire en Production et 2 Roues Motrices et d’un podium scratch en Ukraine il y a moins de deux semaines, Robert Consani et son équipe ont vécu ces derniers jours sur un rythme très soutenu… En attendant le feu vert pour partir en Bulgarie, tout l’équipement est rentré en France avant de retraverser l’Europe vers Sliven, la huitième ville du pays.

Dès le shakedown, cette nouvelle épreuve du calendrier de l’Intercontinental Rally Challenge se révélait être des plus difficiles… « Le parcours d’essais reprenait une partie d’une spéciale de vendredi, toute en montée », expliquait Robert. « Les routes étaient très glissantes. Il y avait énormément de pièges avec des changements d’adhérence soudains. Même si nous avons fait un bon temps, je sentais que le moteur manquait de puissance. »

Opposé à de nombreux pilotes locaux, Robert frappait un grand coup d’entrée : « J’avais prévu d’attaquer dans la super-spéciale. Sur des routes extrêmement glissantes, nous avons tapé un trottoir et abîmé une jante. Malgré tout, nous avons pris la troisième place scratch ! »

Samedi, la Mégane R.S. N4 peinait à offrir tout son potentiel, confirmant les craintes du shakedown : « J’avais toujours ce sentiment de manquer de puissance. Sur ces routes larges comme des autoroutes et très glissantes, c’était un handicap insurmontable. »

Au terme de la première boucle, Robert Consani occupait la première position de la catégorie Production et la troisième place des 2 Roues Motrices : « Nous avons cherché des solutions, mais le diagnostic de la panne et l’éventuel remplacement des pièces prenaient beaucoup plus de temps que les quarante minutes d’assistance. Nous avons donc choisi de rouler différemment pour être à l’arrivée. »

La course par élimination commençait. Ses plus sérieux adversaires, Marco Tempestini en Production et Harry Hunt en 2 Roues Motrices étaient contraints à l’abandon. Robert et Nicolas connaissaient eux aussi de grandes difficultés mais se battaient pour rester en course : « Dès la quatrième spéciale, nous devions avoir un déficit de près de cent chevaux. La voiture ne marchait plus. Dans l’après-midi, c’est la transmission qui commençait à lâcher… »

Avec une transmission endommagée dans l’ES6, la deuxième dans l’ES8 et des freins récalcitrants, Robert devait composer avec une mécanique rétive pour arriver au terme de l’ES9 tant bien que mal. Au prix de gros efforts, Robert et Nicolas complétaient treize épreuves spéciales avec la huitième place scratch et une troisième victoire en catégorie Production, manquant de peu le podium 2 Roues Motrices.

« L’objectif était de prendre la tête du classement en Production et en 2 Roues Motrices. Le résultat brut est donc positif. Mais nous n’avons pas mis la manière dans cette course par élimination. J’ai surtout une pensée pour mes amis Harry [Hunt] et Robbie [Durrant] qui sont sortis. »

Prochain rendez-vous au Sanremo : « Il va falloir trouver le budget pour terminer la saison et mettre le doigt sur ce qui n’a pas fonctionné en Bulgarie. Avec une Mégane en pleine forme, je compte bien briller en Italie ! »

Info Motorsport

Photos

Vidéos

expand_less