Motorsport

Citroën ouvre un nouveau chapitre de son histoire en WRC au Monte-Carlo

Un engouement décuplé par l’arrivée de nouvelles voitures

Recherche

Par Olivier Ferret

14 janvier 2017 - 10:36
Citroën ouvre un nouveau chapitre de (...)

Le moment tant attendu par les fans du WRC arrive : dans quelques jours, le Championnat du Monde des Rallyes 2017 s’ouvrira sur les routes du mythique Monte-Carlo. À cette occasion, la Citroën C3 WRC – conçue pour répondre à la nouvelle réglementation de la FIA – fera ses débuts en compétition. Confiés à Kris Meeke / Paul Nagle et Stéphane Lefebvre / Gabin Moreau, deux exemplaires sont engagés pour ce coup d’envoi.

RALLYE MONTE-CARLO : TOUT SIMPLEMENT MYTHIQUE !

Au-delà du prestige de son nom, le Rallye Monte-Carlo a bâti sa réputation avec l’imprévisibilité des conditions de course. En janvier, les routes des massifs du sud-est de la France peuvent être enneigées, verglacées, détrempées ou… simplement sèches ! Le plus « amusant », c’est qu’une unique spéciale peut réunir toutes ces conditions. Dès lors, le choix des pneumatiques revêt une importance primordiale. Il s’agit d’estimer, pour l’ensemble d’une boucle de spéciales, quel sera le meilleur compromis. Les écarts peuvent donc se faire et se défaire rapidement, rendant la course encore plus passionnante…

Pour sa 85e édition, le plus ancien rallye du monde s’étale sur quatre jours de compétition. Le jeudi 19 janvier, le départ sera donné dans la soirée, depuis Monaco. En remontant sur Gap, les concurrents affronteront deux spéciales en nocturne, dont une inédite. La nuit sera courte avant une deuxième étape particulièrement intense, constituée de deux boucles de trois épreuves tracées en Isère et dans les Hautes-Alpes. Samedi, les concurrents retourneront vers Monaco en accomplissant cinq spéciales. La dernière étape, disputée sans la moindre assistance, emmènera les équipages du côté du col de Turini. L’arrivée sera jugée en Principauté le dimanche 22 janvier en début d’après-midi.

LES ENJEUX : LE DÉBUT D’UNE NOUVELLE ÈRE POUR LE WRC

D’ordinaire, le coup d’envoi d’une nouvelle saison cristallise l’attention des passionnés. Mais cette année, l’engouement est décuplé par l’arrivée de nouvelles voitures, plus puissantes et spectaculaires que leurs devancières. Cette nouvelle donne réglementaire s’est accompagnée d’un mercato des pilotes particulièrement tonique, tant et si bien que l’équation de cette saison 2017 comporte de nombreuses inconnues et variables.

Quel est le niveau de performance relatif des voitures ? La fiabilité est-elle à la hauteur ? Qui sont les équipages qui se sont le mieux adaptés à leurs nouvelles montures ? Autant de questions auxquelles il sera possible de répondre, au moins partiellement, à l’arrivée du Monte-Carlo.

Pour son retour officiel en rallye, l’équipe Citroën Total Abu Dhabi WRT suscite beaucoup d’intérêt. Mais c’est l’humilité qui prédomine dans les rangs de l’Armée Rouge. Chacun attend les premiers chronos, avec un mélange d’excitation et d’anxiété, pour savoir si le travail effectué depuis près de deux ans est à la hauteur des ambitions de la Marque.

Sur quatre des cinq premières courses de l’année, Citroën Total Abu Dhabi WRT n’engage que deux exemplaires de sa C3 WRC. Cette fois, Kris Meeke / Paul Nagle et Stéphane Lefebvre / Gabin Moreau ont été désignés pour marquer des points au Championnat du Monde des Constructeurs. Craig Breen / Scott Martin sont quant à eux engagés sur une voiture de la génération précédente. Ils pourront ainsi scorer au classement des Pilotes.

L’an passé, Kris Meeke était en bagarre pour la première place avant d’abandonner. Stéphane Lefebvre avait quant à lui terminé cinquième, ce qui constitue à ce jour son meilleur résultat en Championnat du Monde. Cette année, les équipiers auront la même ambition : éliminer les inconnues et maîtriser les variables pour venir à bout de l’équation constituée par ce Rallye Monte-Carlo.

YVES MATTON, DIRECTEUR DE CITROËN RACING

« Comme toujours au début d’un programme, nous estimons que quelques jours de plus n’auraient pas été superflus pour achever le développement de la voiture. Le planning de gestation de la C3 WRC a été le plus compact de l’histoire de Citroën Racing et il faut souligner l’extraordinaire investissement de nos équipes ces derniers mois. Dans le même temps, nous avons envie de voir où nous en sommes. C’est dans notre ADN de compétiteurs. La voiture semble bien née et homogène, mais il faut voir où elle se situe par rapport à ses rivales. Nos équipages auront deux approches différentes. Kris a démontré l’an passé qu’il a le niveau pour gagner ce rallye. Mais il faut faire la différence entre une base d’essais, sillonnée tout au long d’une journée, et quatre jours de rallye avec deux passages de reconnaissances. Il faudra être défensif en début de course, pour situer la concurrence et se projeter sur la durée du rallye. Ce sera différent pour Stéphane. Comme Craig, nous voulons l’emmener vers un niveau où il se battra pour la victoire. Avant cela, il reste une période d’apprentissage, notamment pendant la première demi-saison. Il devra jouer placé pour rallier l’arrivée. Nous n’avons que deux voitures au départ, ce qui signifie que nous n’avons pas de joker. »

LAURENT FREGOSI, DIRECTEUR TECHNIQUE

« Nous nous présentons avec le sentiment d’avoir fait de bonnes séances d’essais pour préparer ce rallye. Les pilotes se sentent à l’aise avec la C3 WRC et cela nous rend optimistes sur la performance brute de la voiture. Le travail préparatoire du Monte-Carlo a reposé sur deux axes : tester une multitude de montes pneumatiques et explorer les réglages, afin de vérifier si les ‘recettes’ habituelles fonctionnent avec cette nouvelle voiture. Nous nous sommes longuement attardés sur les cartographies du différentiel central actif. Cette nouveauté nous permet d’adapter finement le comportement en fonction des conditions de route. L’objectif est d’offrir aux pilotes une voiture ‘facile’, qui pardonne en cas de changement de grip brutal. Ce premier rallye constituera également un test de fiabilité pour notre voiture. Sur ce terrain, c’est surtout la transmission qui est soumise à rude épreuve lors des reprises d’adhérence. »

KRIS MEEKE

« Nous arrivons au moment où nous devons être prêts à prendre le départ d’un rallye, dans les meilleures conditions possibles ! Après les derniers essais, je suis impatient de passer à l’étape suivante. J’ai l’impression que nous serons placés sous les feux de la rampe, mais j’espère parvenir à me concentrer sur mon pilotage. Un Monte-Carlo n’est jamais facile à aborder. À chaque assistance, il faut se creuser la tête pour faire le meilleur – ou le moins mauvais – choix de pneumatiques. Les gens n’imaginent pas la montagne de travail, effectuée lors des séances d’essais, pour accumuler des données et calculer le moment venu la pertinence de telle ou telle option. Dans le domaine, Citroën Racing a une énorme expérience sur laquelle je pourrai m’appuyer. Pour ce premier rallye, j’ai un objectif simple : être relax et me faire plaisir au volant. On dit, à raison, que tout peut arriver au Monte-Carlo. »

STÉPHANE LEFEBVRE

« Petit à petit, je prends conscience de l’échéance qui se rapproche. Ce dont nous parlions au futur se conjugue maintenant au présent ! Chaque jour, nous échangeons beaucoup avec les ingénieurs, sur le moindre détail lié à ma voiture. Rien n’est laissé au hasard et c’est réellement fascinant de se retrouver au cœur de cette équipe officielle. Pour ce premier rallye avec ce statut, j’aurai pour objectif de jouer placé et de marquer un maximum de points pour Citroën. Je pense avoir toujours un déficit de roulage avec la C3 WRC et je ne veux pas brûler les étapes. Je dois d’abord prendre la mesure de la voiture en conditions de courses avant d’aller chercher la limite. Je crois que nous sommes tous un peu dans la même situation, avec une grosse part d’inconnu dans tous les domaines. »

CRAIG BREEN

« Je serai sans doute le pilote avec le moins de pression ce week-end ! Je suis satisfait de commencer ma saison au volant d’une ancienne voiture, car je n’ai pas beaucoup d’expérience au Monte-Carlo. Cette participation me donnera donc l’occasion d’apprendre ce rallye. Ce sera aussi l’occasion de constater l’écart entre les deux générations de World Rally Cars. Ma priorité est d’accumuler des kilomètres, mais je serai également satisfait si je parviens à marquer quelques points. Peut-être seront-ils utiles à l’heure des comptes en fin de saison. »

PROGRAMME 85e RALLYE MONTE-CARLO

MERCREDI 18 JANVIER
16h00 : shakedown (Gap)

JEUDI 19 JANVIER
18h11 : Départ jour 1 (Monaco – Place du Casino)
20h14 : ES1 – Entrevaux – Val de Chavalgne – Ubraye (21,25 km)
22h57 : ES2 – Bayons – Bréziers 1 (25,49 km)
00h02 : Flexi assistance A (Gap – 48’)

VENDREDI 20 JANVIER
09h00 : Départ jour 2 et assistance B (Gap – 18’)
10h11 : ES3 – Agnière en Devoluy – Le Motty 1 (24,63 km)
10h44 : ES4 – Asprès les Corps – Chaillol 1 (38,94 km)
11h47 : ES5 – St Léger les Mélèzes – La Batie Neuve 1 (16,83 km)
13h02 : Assistance C (Gap – 33’)
14h28 : ES6 – Agnière en Devoluy – Le Motty 2 (24,63 km)
15h01 : ES7 – Asprès les Corps – Chaillol 2 (38,94 km)
16h04 : ES8 – St Léger les Mélèzes – La Batie Neuve 2 (16,83 km)
17h14 : Flexi assistance D (Gap – 48’)

SAMEDI 21 JANVIER
07h17 : Départ jour 3 et assistance E (Gap – 18’)
08h08 : ES9 – Lardier et Valenca – Oze 1 (31,17 km)
08h58 : ES10 – La Batie Monseleon – Faye 1 (16,78 km)
10h07 : Assistance F (Gap – 33’)
11h13 : ES11 – Lardier et Valenca – Oze 2 (31,17 km)
12h08 : ES12 – La Batie Monseleon – Faye 2 (16,78 km)
13h17 : Assistance G (Gap – 33’)
15h03 : ES13 – Bayons – Bréziers 2 (25,49 km)
16h23 : Assistance H (Gap – 48’)
21h11 : Parc fermé (Monaco)

DIMANCHE 22 JANVIER
07h40 : Départ jour 4
09h22 : ES14 – Lucéram – Col St Roch 1 (5,50 km)
10h12 : ES15 – La Bollène Vésubie – Peira Cava 1 (21,36 km)
11h16 : ES16 – Lucéram – Col St Roch 2 (5,50 km)
12h18 : ES17 – La Bollène Vésubie – Peira Cava 2 (21,36 km)
13h53 : Parc fermé
15h00 : Remise des prix (Place du Palais Princier – Monaco)

WRC

Info Motorsport

Photos

Vidéos

expand_less