Motorsport

Citroën, du Nurburgring au Hungaroring

Le WTCC reprend de plus belle dès mardi

Recherche

Par Olivier Ferret

25 avril 2015 - 15:09
Citroën, du Nurburgring au Hungaroring

 Quelques jours à peine après le week-end triomphal de Marrakech, les Citroën C-Elysée WTCC vont reprendre la piste dans un contexte bien différent !
 Mardi, les pilotes seront à pied d’œuvre sur la Nordschleife du Nürburgring, pour une journée d’essais destinée à préparer la manche allemande du FIA WTCC (14-16 mai).
 L’équipe Citroën Total prendra ensuite la direction du Hungaroring, où se disputera le troisième meeting de la saison.
 Les quatre pilotes officiels Citroën mènent le Championnat du Monde ‘Pilotes’, avec José María López en tête devant Sébastien Loeb, Yvan Muller et Ma Qing Hua.

Après le long interlude lié à la traversée de l’Océan Atlantique entre l’Argentine et le Maroc, le Championnat du Monde FIA WTCC pose ses valises en Europe pour trois petits mois. Les déplacements en Hongrie, Allemagne, Russie, Slovaquie, France et Portugal rythment un planning sans véritable répit jusqu’à la mi-juillet.

Entre Versailles et Budapest, l’équipe Citroën Racing fera un petit crochet par le massif de l’Eifel, afin de participer à la journée d’essais collectifs organisée sur le Nürburgring. Mardi prochain, tous les concurrents seront à pied d’œuvre pour jauger le tracé du ‘Gesamstrecke’, réunissant la mythique Nordschleife et le circuit F1 amputé de quelques chicanes. Au programme, 25,947 km et 170 virages « officiels » qui devraient être avalés en un peu moins de neuf minutes…

Pour les ingénieurs de Citroën Racing, cette journée revêtira une importance particulière. « Avant toute chose, c’est un rendez-vous qui a demandé une grosse préparation de la part des pilotes », expose Xavier Mestelan, Directeur technique de Citroën Racing. « Il y a quelques mois, ils ont été faire quelques tours de la Nordschleife sur des voitures de série. La mémorisation du tracé s’est poursuivie sur notre simulateur et nous allons maintenant mettre tout cela en pratique. Il est difficile de résumer le caractère d’un tel circuit, mais nous savons déjà que la nature bosselée du revêtement nous conduira à rouler avec une hauteur de caisse supérieure à la normale. Ce n’est pas une spéciale de rallye pour autant, mais cela nous obligera à revoir tous nos réglages de suspension et d’aérodynamisme. Ce circuit comporte également une contrainte forte pour le moteur, avec une ligne droite à pleine charge pendant près de 40 secondes. »

Contrairement aux séances d’essais traditionnelles, au cours desquelles les pilotes se succèdent jour après jour sur une voiture dédiée au développement, Sébastien Loeb, José María López, Ma Qing Hua et Yvan Muller disposeront de leurs Citroën C-Elysée WTCC de course. L’équipe technique pourra ainsi croiser les données emmagasinées pour converger vers les meilleurs réglages. « La longueur du circuit nous conduira à changer notre méthode de travail », poursuit Xavier Mestelan. « Avec 26 km, il n’est évidemment pas possible de travailler virage par virage comme nous le faisons habituellement. Nous devrons découper le tracé en sections et rechercher les meilleurs compromis. Les voitures devront être faciles à conduire, mais également précises dans leur comportement en raison des nombreux virages masqués. »

CAP À L’EST, EN ROUTE POUR BUDAPEST

Sitôt révisées, les Citroën seront chargées pour rallier le Hungaroring, à 1 200 km de Nürburg. Pour ce troisième round de la saison, le FIA WTCC retrouvera le tracé le plus tortueux de la saison. « L’an passé, nous avions constaté que notre voiture était moins à l’aise sur les circuits sinueux. L’équipe a donc travaillé dans cet axe pour les évolutions 2015 de la Citroën C-Elysée WTCC », rappelle Yves Matton, Directeur de Citroën Racing. « Cet effort sera bienvenu au moment où rentrent en vigueur les poids de compensation entre les différents modèles. Nous conserverons les 60 kg de charge additionnelle tandis que tous nos adversaires bénéficieront d’un lest nul. C’est une première par rapport à la saison dernière. »

Parmi les pilotes Citroën Racing, Yvan Muller peut être considéré comme LE spécialiste du Hungaroring. Depuis l’apparition du circuit hongrois au calendrier en 2011, l’Alsacien s’y est imposé chaque année ! Galvanisé par sa victoire à Marrakech, il compte bien poursuivre sur sa lancée pour revenir sur José María López et Sébastien Loeb au classement général : « C’est un circuit que j’apprécie, avec beaucoup de rythme. Il est vrai que les statistiques plaident en ma faveur, mais je crois que nous allons souffrir avec le jeu du lest, tout particulièrement sur ce circuit. Nous devrons sortir le grand jeu en qualifications pour avoir une chance de nous imposer. Mais avant cela, je suis curieux et impatient de découvrir le Nürburgring au volant de la C-Elysée. Bizarrement, c’est un circuit que je n’ai jamais emprunté en course. Les pilotes habitués disent qu’il faut au moins 80 tours pour bien le connaître. C’est dire si nous en sommes loin, mais ce sera un beau challenge pour les pilotes et les ingénieurs. »

UN ARGENTIN DANS LA VILLE

Vendredi, avant l’ouverture officielle du meeting, une grande parade enflammera les rues de Budapest. Comme chaque 1er mai, le centre-ville de la capitale sera transformé en circuit sur lequel évolueront toutes sortes de voitures de course. Parmi les pilotes de FIA WTCC, José María López représentera le clan Citroën. Leader du Championnat du Monde après ses pole positions et ses victoires à Termas de Río Hondo et Marrakech, Pechito pourra ainsi mesurer sa popularité auprès d’un public passionné et connaisseur !

A 18h30, les voitures prendront la piste pour quelques tours de shakedown, effectués derrière la voiture de sécurité. Samedi matin, deux séances d’essais libres s’enchaîneront à 9h00 puis 11h30. Les qualifications débuteront ensuite à 14h30. Dimanche, les deux courses du Hungaroring s’enchaîneront à 13h30 puis 14h30.

WTCR

Info Motorsport

Photos

Vidéos

expand_less