Motorsport

Citroën : Meeke et Ostberg prêts à briller sur la terre mexicaine

Etape au sommet pour les DS3 WRC

Recherche

Par Olivier Ferret

27 février 2015 - 16:00
Citroën : Meeke et Ostberg prêts à (...)

L’hiver européen est d’ores et déjà oublié ! En traversant l’Atlantique, le Citroën Total Abu Dhabi World Rally Team entame une série longue de six épreuves consécutives sur terre, jusqu’au mois d’août.

Au Mexique, les DS 3 WRC retrouvent un terrain pourtant très particulier. Loin des parcours habituels proposés par le calendrier mondial, le rallye basé à León se dispute exclusivement à plus de 1 800 mètres d’altitude.

Conjuguées à la chaleur ambiante, souvent plus de 25°C, les conditions privent les hommes et les machines d’un précieux air. Usant pour les organismes, ce manque d’oxygène se ressent également par une perte de puissance significative et des difficultés de refroidissement pour les freins.

Profitant des évolutions apportées aux DS 3 WRC durant l’hiver, sur le moteur, la transmission, les liaisons au sol et l’aérodynamique, Mads Østberg et Kris Meeke bénéficieront de voitures significativement plus rapides.

Quatrième à Monaco, Mads Østberg a aussi marqué des points sur la neige suédoise. Pour sa cinquième participation à León, le Norvégien pourra compter sur une grande connaissance du terrain. Auteur de cinq meilleurs temps en 2014 avec la DS 3 WRC, Mads avait mené le classement entre l’ES3 et l’ES6.

Durant cette même édition, Kris Meeke découvrait le parcours. Avec un scratch dans une super-spéciale, le Britannique avait engrangé un maximum d’expérience sur un rallye nouveau pour lui.

Deux DS 3 R5 sont engagées dans le Championnat FIA WRC2. Leader de la catégorie après les deux premières manches, Stéphane Lefebvre va faire ses premiers tours de roues au Mexique.

ILS ONT DIT

Yves Matton (Directeur de Citroën Racing) : « Nous avons tiré le bilan des deux premières manches de cette saison 2015. Il est évident que nos DS 3 WRC sont compétitives, car les temps le prouvent. Même si la vitesse est bien là, l’efficacité n’est pas encore au rendez-vous. Il nous manque des résultats. Au Mexique, il devient capital de marquer des points et d’en prendre à nos principaux concurrents. Notre objectif est de nous replacer au championnat. »

Mads Østberg : « Je suis heureux de retrouver la terre sur cette troisième épreuve. Le Rallye du Mexique est une belle course et j’ai toujours été compétitif sur ces routes. C’est bon de revenir à León et de quitter l’hiver norvégien. J’aime la culture locale, l’accueil et l’ambiance qui existe autour du rallye. L’an passé, j’avais été en tête du classement. Il est pourtant délicat de trouver le parfait équilibre, il faut donc adapter son pilotage pour contrer l’effet de l’altitude. Le secret est de faire encore plus attention, car la moindre erreur coûte plus cher. Avec le déficit de puissance, on ne peut pas rattraper ces petites fautes. Les spéciales sont rapides, rythmées et pas trop cassantes. Nous allons découvrir le comportement des évolutions de notre DS 3 WRC sur la terre. Ce sera l’occasion de vérifier que l’équipe a bien travaillé et de continuer d’apprendre pour la suite de la saison. Nous allons donner le meilleur, sans faire d’erreur et adopter un bon rythme pour être dans le coup. »

Kris Meeke : « Le Rallye du Mexique est une épreuve unique. Nulle part ailleurs, on ne trouve cette combinaison de terre, d’altitude et de hautes températures. Dans ces conditions, la voiture réagit différemment, il faut être plus agressif dans les parties les plus lentes pour conserver un maximum de vitesse. Mais il est aussi nécessaire d’éviter la moindre faute, car sans air, on a moins de puissance et les réactions de la voiture sont moins vives. J’ai été déçu par mes premiers rallyes, malgré des meilleurs temps au Monte-Carlo et en Suède. Je dois éliminer ces erreurs pour scorer et générer des résultats. Je vais faire ma propre course et je pense que notre position de départ sera un avantage. »

Stéphane Lefebvre : « Ce sera une grande découverte. Mis à part la Grande-Bretagne qui est très différente, ce sera mon premier rallye terre avec une voiture à quatre roues motrices. Je vais essayer de progresser étape par étape. J’avais un bon feeling sur terre en traction. L’objectif est de faire des kilomètres et de prendre de l’expérience. Ce sera certainement une course d’endurance. Il faut d’abord apprendre, mais je ne me priverai pas si j’ai une occasion de marquer de gros points pour le championnat. »

UN ITINÉRAIRE EN ALTITUDE ET TRÈS CONCENTRÉ AUTOUR DE LEÓN

Hormis León Street Stage (ES6/14), toutes les autres spéciales sont identiques à celles du parcours 2014. Les vingt-et-un chronos présents au programme sont à répartir dans trois catégories : six sont des courtes spéciales en ville ou sur l’autodrome de León, huit sont comprises entre 8,25 km et 15,54 km, et sept autres sont beaucoup plus longues, entre 30,27 km et 55,82 km.

Le shakedown commencera le jeudi 5 mars dès 9h00 à Llano Grande, sur une spéciale de 5,55 kilomètres. Quelques heures plus tard, une cérémonie de départ très colorée accompagnera les équipages dans les rues de Guanajuato, ville inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Quatre ES seront au programme de la première matinée. Après Los Mexicanos (9,81 km), El Chocolate permettra d’avoir une idée des forces en présence avec ses 44,13 kilomètres et son sommet à 2 781 mètres, altitude maximale du rallye. Las Minas (15,54 km) et Street Stage León (1,37 km) boucleront la section avant l’assistance de mi-journée. Même programme dans l’après-midi avec Los Mexicanos, El Chocolate et Las Minas avant un nouveau passage dans Super Special, sur l’autodrome.

Les 150 premiers kilomètres effacés, les pilotes repartiront le samedi pour la plus longue étape du rallye avec quatre spéciales de plus de trente kilomètres. Après Ibarrilla (30,27 km), Otates est au programme sur 42,90 kilomètres avant d’aborder El Brinco (8,25 km), retransmise en direct à la télévision, et Street Stage León. L’assistance de mi-journée de 30 minutes offrira une pause avant les seconds runs dans Ibarrilla, Otates et El Brinco avant de retourner à l’assistance en passant par l’autodrome et Super Special.

Trois ES sont au menu de la dernière journée. Avec un ordre de départ modifié, les équipages partiront dans les 55,82 km de Guanajuatito avant de terminer le rallye par les 11,59 km de Derramadero et les 8,25 km d’un troisième passage dans El Brinco, encore télévisé, et utilisé comme Power Stage.

L’arrivée sera jugée le dimanche 8 mars à León à partir de 14h30.

WRC

Info Motorsport

Photos

Vidéos

expand_less