Motorsport

Chance puis malchance pour Conquest Endurance sur le VIR

"Nous avons raté une bonne occasion de gagner la course"

Recherche

Par

17 septembre 2012 - 16:07
Chance puis malchance pour Conquest (...)

En faisant le choix en début de saison de venir grossir les rangs de la catégorie LMP2 en American Le Mans Series, Eric Bachelart a eu le nez creux car son équipe Conquest Endurance est toujours en lice pour le titre de la catégorie à une manche de la fin. On pourrait penser qu’avec seulement trois autos au départ sur la majorité des courses, la tâche n’en serait que plus facile, mais c’est tout le contraire, tant le mano a mano avec Level 5 Motorsports est de toute beauté. Il faut souvent attendre la ligne d’arrivée pour voir si la victoire revient à la Morgan 2012 LMP2 ou à une HPD ARX-03b.

Il en a été de même samedi dernier sur le Virginia International Raceway où le Conquest Endurance tenait sa troisième victoire de l’année, mais la course en a décidé autrement, comme l’explique Eric Bachelart, Team Principal : « Nous avons raté une bonne occasion de gagner la course. C’était une journée de folie avec beaucoup de contacts et de pénalités. Un tas de choses n’ont pas fonctionné même si l’auto était compétitive avec le meilleur tour en course, ce qui est une très bonne chose. Mais nous avons commis trop d’erreurs qui nous ont coûté la victoire. Nous ne sommes pas heureux de cela et nous allons faire un debriefing pour être meilleurs lors de la prochaine course. »

Pourtant, la Morgan 2012 LMP2 #37 est partie de la pole en évitant l’accrochage collectif du Turn 1, David Heinemeier-Hansson parvenant à construire une belle avance. Son avance a été réduite à néant après une sortie dans l’herbe. Par chance, une neutralisation l’a vu remonter sur les deux HPD/Level 5 Motorsports, « DHH » reprenant la tête trois tours après le retsart. Quelques tours avant de ravitailler, le pilote de la #37 s’est vu contraint d’arrêter suite à une crevaison à l’avant gauche. David Heinemeier-Hansson retient un relais mouvementé : « Nous avons eu plus d’action dans une course de quatre heures que dans la plupart des courses de 24 heures. C’était un peu comme un tour de montagnes russes. Le début de course était bon jusqu’à ce que je parte dans l’herbe. Il a ensuite fallu revenir et grâce à une neutralisation, j’ai pu refaire le tampon. Nous sommes revenus en tête en creusant un bel écart mais une fois de plus il y a eu un contact avec une LMP1 plus lente, ce qui a sans doute causé la crevaison. J’ai pu ramener l’auto au stand, mais ensuite la liste des erreurs a été longue. Nous avons juste besoin de faire mieux. »

A 2h30 du terme, Martin Plowman a relayé le Danois pour remettre la #37 aux commandes de la catégorie P2, mais le Britannique a reçu un stop&go d’une minute pour avoir causé un contact avec une GT dans la ligne droite. C’est ensuite un problème de communication entre le stand et le pilote qui a ralenti la progression de la #37. Martin Plowman n’a pas relâché ses efforts pour combler le retard en fin de course, mais cela n’aura pas suffi : « Il est vraiment difficile de résumer tout ce qui s’est passé. Il y a eu tant d’émotions, tant de chance puis de malchance. C’était tout simplement fou. David a eu une crevaison qui nous a vraiment coûté du temps. Puis nous avons connu un problème lors d’un arrêt au stand où j’ai raté le bon endroit pour stopper. Nous avons travaillé très dur durant le dernier relais en réduisant l’écart de 60 à 28 secondes, et en passant à la deuxième place pour être en mesure de lutter contre les meilleurs pilotes Bouchut et Diaz. C’est juste décevant d’avoir rencontré tous ces problèmes car nous avions certainement le potentiel pour gagner, mais c’est la course. »

Tout se jouera donc au Petit Le Mans le mois prochain où le Conquest Endurance arrivera avec un handicap de 18 points, sachant que 24 seront distribués pour les vainqueurs.

Endurance

Info Motorsport

Photos

Vidéos

expand_less