Motorsport

Argentine, ES2-3 : Andreas Mikkelsen aux commandes

Jari-Matti Latvala à l’arrêt et tête-à-queue pour Ott Tänak

Recherche

Par www.wrc.com

27 avril 2018 - 15:45
Argentine, ES2-3 : Andreas Mikkelsen

Vendredi matin, Andreas Mikkelsen est passé en tête de l’YPF Rally Argentina après un début d’épreuve compliqué pour deux pilotes, Ott Tänak et Jari-Matti Latvala.

Deuxième sur la poussiéreuse Las Bajadas - Villa del Dique, Andreas Mikkelsen (Hyundai i20) prenait les commandes du rallye en signant le cinquième temps sur Amboy - Yacanto.

« Il y avait tellement de pierres arrachées dans la dernière spéciale », déclarait-il. « J’ai essayé de les éviter, mais elles étaient sur ma trajectoire. C’est le moment de se montrer intelligent tout en ayant un bon rythme. »

Malgré son rôle d’ouvreur et de balayeur, le leader du championnat Sébastien Ogier (Ford Fiesta) n’était qu’à 3’’6 du Norvégien. Le Français tirait même de son rôle un petit avantage sur Las Bajadas puisqu’il évitait la poussière en suspension contrairement à ses concurrents. Les organisateurs décidaient alors d’accroître le temps entre le départ de chaque voiture de deux à trois minutes pour la suite de l’étape.

Vainqueur de la première spéciale, mais seulement septième de la suite, Sébastien Ogier devançait Ott Tänak (Toyota Yaris), auteur d’une matinée troublée. Dans l’ES2, l’Estonien perdait près de vingt-cinq secondes dans un tête-à-queue avant de s’offrir le scratch pour remonter de la neuvième à la troisième place, à seulement 9’’5 d’Andreas Mikkelsen.

« C’était une erreur stupide », regrettait-il. « J’ai touché une pierre, je suis parti en tête-à-queue et quelque chose a cassé sur la direction. J’avais ensuite du mal à tourner à gauche sur la spéciale suivante. Il faut vraiment que l’on corrige cela. »

Son équipier Jari-Matti Latvala (Toyota Yaris) connaissait pire. En avance aux deux-tiers d’Amboy, le Finlandais devait s’arrêter, suspension avant-droite cassée après un impact avec une pierre. Malgré quelques pierres arrachées sur son passage, Esapekka Lappi (Toyota Yaris) prenait la quatrième à 10’’1 de la tête. Kris Meeke (Citroën C3) et Thierry Neuville (Hyundai i20) suivaient.

Dans la première spéciale, le tableau de Kris Meeke lui annonçait une crevaison à tort. En parallèle, Craig Breen (Citroën C3) prenait plusieurs bordures sans dégât. Même s’il était en difficulté avec ses notes, l’Irlandais devançait Elfyn Evans (Ford Fiesta), très honnête sur sa prestation matinale : « Il n’y a aucun problème », jugeait le Gallois. « Nous ne sommes tout simplement pas assez rapides. Nous devons faire mieux. »

WRC

expand_less