Motorsport

Alonso est prêt à endosser le rôle de vainqueur potentiel du Rolex 24

Plus d’expérience et une meilleure équipe

Recherche

Par Emmanuel Touzot

22 janvier 2019 - 13:49

Fernando Alonso va disputer ce week-end son deuxième Rolex 24, les 24 Heures de Daytona. Il s’agit de l’une des courses les plus populaires aux Etats-Unis, qu’Alonso avait déjà disputé l’an dernier. Avec l’expérience de cette compétition et du WEC avec Toyota, l’Espagnol espère pouvoir bien figurer.

"Je suis heureux d’être de retour au Rolex 24" a déclaré Alonso. "J’ai adoré la course l’an dernier. Les performances de Wayne Taylor Racing ces dernières années, avec des podiums à chaque fois et la victoire il y a deux ans, nous prouvent que l’on peut être très compétitifs."

"Wayne Taylor Racing a une grande expérience de l’IMSA, une grande expérience à Daytona, et j’apprends énormément avec eux, et je vais continuer à beaucoup apprendre de mes équipiers. Je suis heureux de piloter la Cadillac à Daytona et j’espère que ça se passera bien."

Engagé en LMP2 avec United Autosports en 2018, Alonso va prendre part à la course en catégorie DPi, celle dans laquelle les prototypes se disputent la victoire : "Je suis clairement dans une meilleure position cette année que l’an dernier. L’année dernière, c’était ma première course aux Etats-Unis et ma première dans une voiture fermée. Je vais davantage prendre du plaisir cette année avec l’expérience de ma première saison en WEC."

"La course était une belle expérience l’an dernier, grâce aux fans et a leur proximité avec les équipes et les stands. Tout est plus ouvert qu’en Europe. L’objectif cette année sera d’être plus compétitif en piste et je suis sûr qu’avec la Cadillac Konica Minolta et le Wayne Taylor Racing, nous serons dans une position différente."

Il sait quel défi représente une cours de 24 heures, notamment le Rolex 24 qui se dispute en partie sur l’ovale de Daytona. Il se sent un peu moins sur le fil, maintenant qu’il n’alterne plus les week-ends entre Formule 1 et prototype, comme il l’a fait en 2018 en enchaînant près de 10 week-ends de compétition.

"C’est un défi de changer de voiture tous les week-ends. Elles sont toutes différentes et demandent différents styles de pilotages, différentes préparations et différentes philosophies de compétition. La F1 se base surtout sur les qualifications et sur la réussite du premier tour et des premiers virages."

"Ici, il faut davantage de régularité, de gestion du trafic, il faut garder la voiture en bon état et vivante lors des premières heures, donc c’est une approche différente. C’est un défi mais ça fait partie du processus et après une ou deux séances, on est déjà dans le rythme, donc tout devrait aller pour la course elle-même."

Il est heureux de sa nouvelle équipe : "L’environnement de l’équipe, les succès qu’elle a obtenus dans le passé, son approche professionnelle de chaque séance d’essais et le travail qui mène à ces dernières, tout cela me rend confiant. Les objectifs sont élevés mais dans le même temps, je sais comment fonctionnent ces courses de 24 heures et à quel point il est difficile de prédire tout ce qui peut s’y passer."

"Parfois, on peut se sentir un peu abattus et frustrés par des choses qui se produisent sur la piste, avec le trafic, ou avec plein d’autres choses. Il faut juste rester calmes et exécuter notre course de la meilleure des manières et voir ce qui se passe ensuite. Bien que les attentes soient élevées, 24 heures est une longue distance."

Info Motorsport

Photos

Vidéos

expand_less