Motorsport

Abandon de la Peugeot n°2 : Montagny est dégoûté

Tous les espoirs sur la n°1

Recherche

Par Franck D.

13 juin 2010 - 10:40
Abandon de la Peugeot n°2 : Montagny (...)

Alors solide leader, la Peugeot 908 HDi FAP n°2 est contrainte à l’abandon à 7h02, suite à une casse moteur. La voiture n°1, désormais troisième, n’abdique pas pour autant et hausse encore le rythme pour tenter de donner la réplique aux deux Audi de tête. Cinquième, la Peugeot 908 HDi FAP n°4 du Team Oreca est également en chasse.

La nuit n’est plus qu’un vague souvenir lorsque Franck Montagny (n°2) et Marc Gené (n°1) relayent respectivement Stéphane Sarrazin et Alexander Wurz. Franck Montagny rentre aux stands à 7h00 pour faire le plein. À 7h02 il est arrêté en bord de piste, au niveau des Hunaudières, avec des flammes à l’arrière droit. Leader depuis 22h33, la n°2 abandonne, moteur cassé.

Troisième, la n°1 n’abdique pas pour autant et roule à son maximum pour mettre la pression sur les deux Audi de tête. À 7h47, Anthony Davidson reprend le volant de la n°1. Signe de sa détermination, il boucle le tour le plus rapide de la course à 8h12, en 3’19’’527. Sur sa lancée, il revient dans le même tour que le deuxième, l’Audi n°8, à 8h15, avant de ravitailler à 8h27. À 8h30, la voiture de sécurité intervient pour la 4e fois depuis le départ et s’efface à 8h38, une fois encore au détriment de la Peugeot N°1 qui perd de précieuses secondes.

Olivier Quesnel (Directeur Peugeot Sport) : « C’est dur. Pour l’instant cette course ne va pas dans notre sens, mais il reste une voiture en course. Nous n’avons pas le droit de la négliger. La n°1 peut encore faire un beau résultat. Cette course était partie sur les chapeaux de roues. Audi a poussé, nous avons été obligés de défendre et nous avons eu des problèmes que nous n’avons jamais rencontrés jusqu’à ce jour. »

Franck Montagny (Peugeot n°2) : « C’est quelque chose qui n’arrive jamais, je n’ai jamais abandonné avec la 908. Je ne suis pas en colère, je suis juste énormément déçu. » Dégoûté même, dira-t-il dans le paddock...

Nicolas Minassian (Peugeot n°2) : « Je suis malheureux pour toute l’équipe. On n’a jamais connu ça. Mais nous avons encore une voiture en course, nous devons nous battre jusqu’au bout. Après, nous devons analyser tout cela, en tirer le positif et travailler encore, pour revenir plus fort et gagner de nouveau. »

Endurance

Info Motorsport

Photos

Vidéos

expand_less