8 Heures de Bahreïn : Toyota signe le doublé et remporte les titres mondiaux

Alpine complète le podium, Peugeot touché par la fiabilité

Recherche

Par Paul Gombeaud

12 novembre 2022 - 20:11
8 Heures de Bahreïn : Toyota signe (...)

Après une course contrôlée de bout en bout, Toyota a signé le doublé aux 8 Heures de Bahreïn et remporté les titres pilotes et constructeurs de la saison 2022 du championnat du monde d’endurance.

C’est la GR010 n°7 de Kamui Kobayashi, José-Maira Lopez et Mike Conway qui s’impose, mais ce sont bien Sébastien Buemi, Brandon Hartley et Ryo Hirakawa qui sont champions du monde chez les pilotes grâce à leur deuxième place.

Alpine termine sur le podium mais n’avait finalement pas le rythme pour espérer décrocher le titre, tandis que Peugeot à une nouvelle fois connu des problèmes de fiabilité avec sa 9X8.

Toyota domine et s’adjuge les championnats

Au départ, Sébastien Buemi prenait la tête au volant de la n°8 devant la Peugeot n°93 de Paul di Resta, qui tenait la deuxième position de la course jusqu’au premier arrêt. Celui-ci était malheureusement un peu lent et permettait à la Toyota n°7 de José-Maria Lopez de prendre la deuxième place. Les prototypes japonais n’allaient ensuite plus jamais quitter la tête de l’épreuve.

Nicolas Lapierre prenait un bon départ au volant de l’Alpine et gagnait deux places, mais la n°7 le dépassait dès le troisième tour et il n’avait ensuite pas le rythme pour suivre les autres Hypercar au volant de cette ancienne LMP1. La journée s’annonçait très longue pour l’équipe française.

Juste avant la fin de la deuxième heure, di Resta arrêtait la Peugeot n°93 en bord de piste alors qu’il occupait la troisième place en raison d’un problème de boite de vitesses, entrainant au passage un Full course yellow. Il finissait pas repartir puis restait bloqué deux tours dans son garage, avant que Jean-Éric Vergne ne puisse prendre la piste pour remonter dans le peloton.

Après le premier changement de pilotes chez Toyota, Brandon Hartley commençait à perdre du rythme et à voir Mike Conway se rapprocher sérieusement. Dans un premier temps peu enclin à écouter les consignes d’équipes qui lui demandaient de s’écarter, le Néo-Zélandais finira par coopérer et par laisser la n°7 le passer dans la ligne droite de départ/arrivée.

La Peugeot n°94 a elle aussi souffert de problèmes au niveau de sa boite de vitesse juste avant la mi-course alors qu’elle occupait provisoirement le podium. Loïc Duval a alors dû immobiliser sa 9X8 plusieurs minutes au garage, repartant loin dans le peloton et permettant à Alpine d’entrer dans le top 3 derrière les Toyota, intouchables avec déjà un tour d’avance.

La domination de l’équipe japonaise n’a pas faibli en deuxième partie d’épreuve et elle s’impose finalement avec trois tours d’avance sur l’Alpine, 45 secondes ayant séparé la N°7 vainqueur de la n°8. Peugeot place finalement la n°94 en quatrième position à six tours des vainqueurs, tandis que la n°93 n’a finalement pas terminé après une nouvelle longue immobilisation au garage.

Victoire de WRT en LMP2, le titre pour JOTA

Dans la catégorie LMP2, la JOTA n°38 d’Antonio Felix da Costa, Will Stevens et Roberto Gonzales n’avait besoin que d’un top 6 pour remporter le titre. Et c’est chose faite avec une belle troisième place sur le circuit de Sakhir !

C’est l’équipe WRT qui s’est imposée après avoir pris la tête de la course après un peu plus de deux heures. L’équipage de la n°31, composé de René Rast, Robin Frijns et Sean Gelael s’est imposé avec une belle avance sur le reste du plateau.

Dans la catégorie, le podium est complétée par la United Autosports n°23 d’Alexander Lynn, Oliver Jarvis et Joshua Pierson, qui termine donc deuxième.

Ferrari se fait une grosse frayeur mais triomphe pour la dernière du GTE Pro

Ferrari aura dominé la toute dernière course de la catégorie GTE Pro, qui n’existera plus en 2023, mais elle aura cru tout perdre quand la n°51, qui était deuxième de la course et parfaitement placée pour remporter le championnat, ne se mette à ralentir après avoir perdu son quatrième rapport.

Heureusement pour James Calado et Alessandro Pier Guidi, finalement cinquièmes et derniers de leur catégorie, ce sont leurs coéquipiers Miguel Molina et Antonio Fuoco qui se sont imposés au volant de la n°52, tandis que la Corvette de Nick Tandy et Tommy Milner a terminé deuxième.

Les Porsche, finalement troisième et quatrième, ne reprennent donc pas assez de points au championnat pour espérer renverser la n°51 au classement. Ferrari gagne donc les deux titres alors qu’une page d’histoire se tourne en GT.

Doublé pour le Team Project 1 en GTE Am, les Iron Dames ont cru à l’exploit !

Dans la catégorie GTE Am, les filles de l’équipe Iron Dames s’élançaient de la pole position au volant de la Ferrari n°60. Sarah Bovy, Michelle Gatting et Rahel Frey ont longtemps mené l’épreuve, mais elles doivent finalement se contenter de la troisième place.

En effet, c’est finalement l’équipe Project 1 qui a pris le meilleur sur l’équipage 100% féminin en fin d’épreuve et qui a signé le doublé. C’est la n°46 de Mikkel Pedersen, Matteo Cairoli et Nicolas Leutwiler qui s’impose devant la n°56.

Le titre revient finalement à l’Aston Martin n°33 de l’équipe TF Sports qui termine quatrième. Les champions du monde de la catégorie sont donc Ben Keating et Marco Sorensen.

Endurance

Info Motorsport

Photos

Vidéos