6 Heures de Monza 2022 : Alpine s’impose devant les Toyota, retour compliqué pour Peugeot

Glickenhaus a longtemps mené mais a tout perdu sur casse moteur

Recherche

Par Paul Gombeaud

10 juillet 2022 - 18:04
6 Heures de Monza 2022 : Alpine (...)

Après une lutte de très haut vol durant la deuxième partie de la course, où Alpine et Toyota se sont parfois battues roue contre roue en piste, c’est finalement la voiture française pilotée par Matthieu Vaxivière, Nicolas Lapierre et André Negrao qui s’impose lors des 6 Heures de Monza, 4e des 6 manches du championnat du monde 2022 d’endurance, avec deux secondes d’avance seulement sur la n°8. L’équipage de la n°36 augmente au passage son avance au championnat des pilotes.

Glickenhaus a mené avant d’abandonner

C’est pourtant la Glickenhaus n°708 de Romain Dumas, Olivier Pla et Luis Felipe Derani, partie en pole position, qui a mené durant la première moitié de la course avec de la marge sur le reste du plateau et de la catégorie Hypercar.

Mais juste avant la troisième heure de course, Henrique Chaves (TF Sport n°33) envoyait son Aston Martin en tonneaux après avoir escaladé un vibreur de façon très impressionnante, et la voiture de sécurité était déployée, réduisant à néant l’avantage de Glickenhaus.

Les choses ne s’amélioraient pas puisque la n°708 recevait juste après ça un drive through pour avoir rouler trop vite sous régime de full course yellow, se faisant ainsi dépasser par l’Alpine et les Toyota. Mais le pire restait à venir, puisque le turbo lâchait juste après le début de la quatrième heure de course, entrainant son abandon.

La victoire s’est donc jouée entre Alpine et Toyota dans la deuxième partie de la course. Troisième, Vaxivière réalisait un très beau dépassement sur la n°8 de Ryo Hirakawa et remontait ensuite sur la n°7 de Kamui Kobayashi. Mais le Japonais a commis une erreur : alors que le Français était à l’intérieur de la trajectoire, l’ancien pilote de F1 a tourné sur lui et un contact s’est produit, entrainant une crevaison sur la Toyota.

Kobayashi est alors rentré pour faire réparer, avant de recevoir une pénalité de 90 secondes pour sa responsabilité dans l’accrochage. C’en était fini des chances de victoire de l’équipage également composé de José-Maria Lopez et de Mike Conway, finalement troisième à 2 tours des vainqueurs. Alpine a donc passé la ligne d’arrivée en vainqueur juste devant la n°8.

Retour difficile pour Peugeot

Pour son grand retour à la compétition ce weekend, Peugeot n’a pas eu la vie facile à Monza. La 9X8 n°93 de Mikkel Jensen, Paul di Resta et Jean-Eric Vergne s’est arrêtée en bord de piste dès les première minutes, comme hier en qualifications, mais est parvenue à repartir. Malheureusement, elle s’est de nouveau immobilisée à l’entrée de la voie des stands, avant l’intervention des commissaires. Après pratiquement une heure d’arrêt, elle reprenait la piste mais finissait par rentrer pour abandonner définitivement.

La n°94 de Loïc Duval, Gustavo Menezes et James Rossiter, a quant à elle connu un bon début de course où elle restait au contact des autres Hypercar, mais a elle aussi passé une bonne partie de la journée au garage, terminant finalement 33e du général et 4e dans sa catégorie. Mais ce weekend, l’essentiel pour Peugeot était d’apprendre en vue de la saison 2023.

Victoire du Realteam by WRT en LMP2, problème mécanique pour United Autosport

Dans la catégorie LMP2, c’est le Realteam by WRT qui s’impose avec Ferdinand Habsburg, Rui Andrade et Norman Nato. L’équipage de la n°41 aura pris le meilleur sur celui de la n°38 de l’équipe Jota, composé de Will Stevens, Antonio Felix da Costa et Roberto Gonzalez. C’est dans le dernier relais de la course que la différence a été faite.

La n°10 du Vector Sport se classe troisième de la catégorie grâce à Sébastien Bourdais, Nico Müller et Ryan Cullen, le tout après une très longue lutte avec la n°34 d’Inter Europol Competition, finalement quatrième.

Corvette surprend Ferrari en GTE Pro

Alors que les Ferrari de l’équipe AF Corse ont mené la majorité de l’épreuve, c’est bel et bien la Corvette n°64 de Nick Tandy et d’Antonio Garcia qui s’impose en GTE Pro après une belle lutte face aux voitures italiennes.

C’est la n°52 d’Antonio Fuoco et Miguel Molina qui monte sur la deuxième marche du podium, devant la n°51 de leurs coéquipiers James Calado et Alessandro Pier Guidi. Ce dernier aura notamment connu une lutte acharnée avec la Porsche n°92 de Kevin Estre, les deux hommes s’étant accrochés à plusieurs reprises. La Porsche n°91 termine 5e et dernière de la catégorie.

Pas de victoire pour les filles d’Iron Dames, battues par Dempsey-Proton

Si Sarah Bovy devenait la première femme à signer une pole position dans l’histoire du WEC ce samedi, elle et ses coéquipières Rahel Frey et Michelle Gatting ont dû se contenter de la deuxième place aujourd’hui en GTE Am. Il leur faudra donc attendre avant de marquer davantage l’histoire de la discipline avec une première victoire.

Ce sont en effet Harry Tincknell, Christian Reid et Sebastian Priaulx qui l’ont emporté au volant de la Porsche n°77 de l’équipe Dempsey-Proton. Les Iron Dames sont donc deuxièmes, le podium étant complété par la Porsche n°46 du Team Project 1 de Matteo Cairoli, Mikkel Pedersen et Nicolas Leutwiler.

Endurance

Info Motorsport

Photos

Vidéos