Motorsport

24h du Mans, H+9 : Lutte entre les Toyota, la numéro 7 en tête

Une fin de journée animée et des classements serrés

Recherche

Par Emmanuel Touzot

16 juin 2019 - 00:02
24h du Mans, H+9 : Lutte entre les (...)

La tombée de la nuit a été plus qu’animée au Mans, et cela a permis un resserrement en tête, avec une lutte phénoménale entre les deux Toyota, candidates à la victoire. Les deux prototypes japonais sont sur la même stratégie et le numéro 8 piloté actuellement par Sébastien Buemi a recollé au numéro 7 de Mike Conway.

Plusieurs interruptions ont eu lieu avant le crépuscule, avec un accident en GT qui a sorti une première fois la voiture de sécurité. Mais c’est peu après cela que le classement LMP1 a été bouleversé.

Revenu très fort sur la Rebellion numéro 3 grâce à un très bon relais de Stoffel Vandoorne, le numéro 17 de Mikhail Aleshin avait dépassé la Rebellion numéro 3 avant que Thomas Laurent ne reprenne l’avantage sur la SMP Racing et perde le contrôle au freinage.

Après un choc violent par l’avant contre le mur, la carrosserie de la Rebellion est venue se loger sur l’avant de la SMP Racing numéro 17. Aleshin est repassé par les stands et a repris la piste, tandis que la Rebellion a dû rentrer au garage pour des réparations. De manière incroyable, le proto était de retour en piste sept minutes plus tard !

Ces 24 Heures du Mans ne se passent pas comme prévu pour Rebellion, avec des problèmes techniques sur la 1 et cet accident sur la 3, et c’est donc SMP Racing qui est pour l’instant à la marque pour viser le podium, alors que le tiers de l’épreuve a été dépassé. De plus, l’équipe russe se tient à tout juste deux tours des Toyota, ce qui ne laisse pas de marge d’erreur au constructeur japonais.

D’autant que lors de l’interruption qui a suivi l’accident de Laurent, la TS050 numéro 8 a comblé tout son retard pour ressortir devant la numéro 7 et prendre pour la première fois la tête de l’épreuve. Kazuki Nakajima a creusé un petit écart mais Jose Maria Lopez a repris la main dans le trafic.

Après une nouvelle salve d’arrêts, Lopez a fait une erreur et concédé la tête de l’épreuve à la voiture sœur. L’Argentin a encore fait une erreur et Toyota lui a demandé d’y aller un peu plus doucement, afin de ne pas prendre tous les risques avant le tiers de l’épreuve, signe que la sérénité n’est pas encore là dans l’équipe.

Mike Conway a mieux négocié l’entrée et la sortie du dernier arrêt et à minuit, il devance la Toyota numéro 8 de 6 secondes, tandis que les deux SMP Racing, à un tour, devancent de peu la Rebellion numéro 3. La numéro 1 est deux tours plus loin, tandis que les autres LMP1, la ByKolles et la Dragonspeed, ont été clouées aux stands par des problèmes mécaniques et pointent aux alentours de la 60e place.

Top 5 LMP1 :

1. Toyota TS050 n°7 - 145 tours
2. Toyota TS050 n°8 + 7 secondes
3. SMP Racing BR1 n°11 +2 tours
5. SMP Racing BR1 n°17 + 21 secondes
5. Rebellion R13 n°3 + 1 minute 07 secondes

En LMP2, la bataille fait toujours rage en tête entre Alpine à G-Drive. La G-Drive pilotée actuellement par Job Van Uitert possède une dizaine de secondes d’avance sur l’Alpine et son pilote, Nicolas Lapierre. La lutte a été très serrée tout au long de la tombée de la nuit et la G-Drive semble actuellement maîtriser son sujet.

Derrière, l’écart est conséquent et c’est le prototype numéro 31 de Dragonspeed, avec Roberto Gonzalez à son volant, qui devance les deux prototypes Jackie Chan pilotés respectivement par Gabriel Aubry et Jordan King.

En GTE Pro, la bataille fait toujours rage entre Porsche, Corvette, Ferrari et Ford ! Les écarts se sont un peu agrandis et c’est la 911 RSR de Michael Christensen qui est en tête de la catégorie, avec une vingtaine de secondes d’avance sur la seule Corvette rescapée, pilotée par Jan Magnussen.

En effet, l’autre Corvette a été percutée par un retardataire au moment où elle allait le dépasser, causant la neutralisation peu après 20 heures. Marcel Fassler a été percuté par la Porsche de Satoshi Hoshino, mais c’est bien le Suisse qui a été jugé responsable de l’accrochage. Hoshino, qui court en GTE-AM, n’a pas voulu reprendre le volant et son équipage a été contraint à l’abandon.

En GTE AM justement, c’est toujours Keating Motorsports qui est en tête, avec Jeroen Bleekemolen au volant devant la Porsche numéro 77 du team Dempsey Proton Racing. La lutte est toujours beaucoup moins serrée qu’en GTE Pro et c’est pour le moment une Ferrari de JMW Motorsport qui a sa place sur le podium.

Retrouvez le prochain point sur les 24 heures du Mans à 4h du matin sur Nextgen-Auto.com, et nous ne manquerons pas de vous tenir informés avant si un événement inattendu se produit.

Endurance

Info Motorsport

Photos

Vidéos

expand_less