Motorsport

24h du Mans, H+13 : La Toyota numéro 7 prend un peu d’air en tête

La course dynamitée en LMP2 et en GTE Pro

Recherche

Par Emmanuel Touzot

16 juin 2019 - 04:03
24h du Mans, H+13 : La Toyota numéro (...)

La journée du dimanche a commencé de manière agitée sur le circuit de la Sarthe, puisque la première demi-heure a vu une longue neutralisation perturber la marche des pilotes. Malheureusement pour la Toyota numéro 8, elle a été retenue derrière la deuxième voiture de sécurité et a perdu plus d’une minute.

L’heure suivante a été mise à profit par Buemi pour faire redescendre cet écart à une minute, avant que n’arrive un premier abandon définitif en LMP1. La SMP Racing numéro 17, pilotée par Egor Orudzhev, est sortie de piste à hauteur des virages Porsche et a frappé les pneus par l’arrière, mettant fin à sa course alors qu’elle occupait une solide troisième place.

Cette nouvelle apparition de la voiture de sécurité a permis à la Toyota numéro 8 de refaire son retard et même de se retrouver en tête de la course avec deux secondes. La bataille était donc relancée peu avant 2h du matin entre les deux équipages favoris de cette course.

Peu après 2h du matin, une nouvelle salve d’arrêts prenait place chez Toyota et Fernando Alonso remplaçait Buemi dans la 8, tandis que Kamui Kobayashi prenait la main dans la 7.

Une nouvelle apparition de la voiture de sécurité à mi-course créait un écart qui était finalement absorbé de nouveau, laissant les deux voitures se battre en tête. Mais très vite, Kobayashi reprenait le large une fois la voiture de sécurité effacée. La numéro 8 a subi un changement de sa partie avant, apparemment pour pallier un problème de performance. Il semblerait aussi que la numéro 8 ait subi des dégâts sur son fond plat.

L’écart à 4h du matin était de 20 secondes entre les TS050. Derrière, la Rebellion numéro 3 est toujours accrochée au podium depuis l’accident de la SMP Racing et devance justement l’autre SMP Racing, de l’équipage dont fait partie Stoffel Vandoorne. L’autre Rebellion complète à cette heure le top 5 tandis que la ByKolles est de nouveau arrêtée en bord de piste. Définitivement ?

Top 5 LMP1 :

1. Toyota TS050 n°7 - 205 tours
2. Toyota TS050 n°8 + 20 secondes
3. Rebellion R13 n°3 + 2 tours
4. SMP Racing BR1 n°11 +2 minutes 26 secondes
5. Rebellion R13 n°1 + 3 tours

Du côté des LMP2, et comme en LMP1, la belle lutte en tête a été ruinée par l’apparition de la voiture de sécurité, qui mis de gros écarts entre les voitures de tête. La G-Drive domine désormais la course avec près de deux minutes d’avance sur l’Alpine Signatech numéro 36. Malheureusement, la lutte a pris un tournant plus calme après cette interruption.

A noter le double accident du proto numéro 49 d’Arc Bratislava, qui a mis près de 45 minutes à rejoindre les stands après son premier accident. Malgré l’abattement général dans l’équipe, ses membres sont au travail pour essayer tant bien que mal de réparer la voiture.

En GTE Pro, la course a tourné court pour l’Aston Martin numéro 95, qui est sortie alors qu’elle était pilotée par Marco Sørensen, peu après minuit. La Porsche numéro 92 a bouclé les quatre premières heures du jour en tête mais a laissé la main lorsqu’un changement de freins a dû être effectué, avant un apparent problème qui la clouait toujours aux stands à 4h du matin.

C’est la Ferrari AF Corse numéro 51 qui mène la catégorie, devant les autres Porsche officielles, la 93 devant la 91, puis la Corvette rescapée, la numéro 63, devant la Ford GT arborant le numéro 68, aux mains de Sébastien Bourdais pour ce relais au milieu de la nuit.

En GTE Am, quelques minutes avant le crash de Sørensen en Pro, Aston Martin avait déjà perdu une voiture après l’abandon de la 98, victime de problèmes techniques. C’est toujours la Ford GT du Keating Motorsports qui mène, devant l’Aston Martin numéro 90, dernier espoir de résultat pour la firme de Gaydon, une Ferrari et deux Porsche.

Endurance

Info Motorsport

Photos

Vidéos

expand_less