24h du Mans 2022 : Toyota en pole de la 90e édition, Alpine 3e sur la grille

Les deux Glickenhaus ont décroché en Hyperpole

Recherche

Par Olivier Ferret

9 juin 2022 - 20:37
24h du Mans 2022 : Toyota en pole (...)

Voici la séance tant attendue de l’Hyperpole, disputée sur 30 minutes et lancée à 20 heures sur le circuit de la Sarthe.

Les 6 meilleurs des qualifications d’hier peuvent y participer soit... 23 voitures puisque, rappelons-le, il n’y a que 5 Hypercar engagées cette année. Il y aura bien 6 LMP2, 6 GTE Pro et 6 GTE Am au départ de cette séance en plus.

Avant même le feu vert, les prototypes se massent dans la voie des stands pour profiter d’un tour le plus libre possible car, en 30 minutes, il ne faudra pas gâcher les opportunités même s’il y a presque 40 voitures en piste en moins qu’hier.

Pour les chronos, les températures et la météo sont parfaites avec 21°C dans l’air, un soleil couchant qui chauffe encore la piste à un peu plus de 30°C

La Toyota n°7 entre directement en piste, tout comme les deux Glickenhaus et l’Alpine. La Toyota n°8 patiente encore un peu aux stands, pour se décaler en piste. La n°7 se lance dans un tour clair mais il ne comptera pour avoir dépassé les limites de la piste dans les Esses de la forêt ! Quel dommage pour Kamui Kobayashi qui était dans une position de piste idéale. Son temps de 3’26"611 est effacé. Même sanction pour Nicolas Lapierre au volant de l’Alpine qui avait signé un impressionnant 3’26"699.

La Glickenhaus 709 de Ryan Briscoe prend donc la pole provisoire en 3’29"264... un temps aussi effacé ! Les commissaires sont très sévères sur les limites entre les virages 4 et 6.

Cela passe pour la Toyota n°8 de Brendon Hartley en 3’25"213. Le ton est donné par les Japonais. La n°7 répond à sa soeur avec un modeste 3’26"130 pour Kobayashi, qui a certainement dû assurer un premier tour solide. L’Alpine de Lapierre confirme et valide un 3’26"568.

Glickenhaus valide à mi-séance les 4e et 5e chronos en 3’27"735 pour la 709 de Briscoe et 3’27"545 pour la 708 d’Olivier Pla. Il est déjà temps pour les 5 Hypercar de rentrer aux stands pour changer de pneus et remettre un peu d’essence pour un dernier run de 2 voire 3 tours rapides.

L’Alpine et les Glickenhaus repartent presque immédiatement, contrairement aux Toyota, qui, cette fois, sortent ensemble. La 709 remonte à la 2e place en 3’25"841, alors que l’Alpine crée la surprise en 3’24"850 ! Pole provisoire pour Lapierre, près de 4 dixièmes devant la Toyota n°8 ! La 708 améliore mais reste 5e en 3’26"453.

Il reste 6 minutes et on attend la réplique des Toyota et Kamui Kobyashi, très en avance avec la n°7 dépasse une nouvelle fois les limites de la piste (au virage 33) ! Tour de pole en 3’24"585 annulé mais il lui restera une cartouche. Lapierre rentre aux stands et s’arrête donc sur un 3’24"850.

Hartley et la Toyota n°8 n’améliorent pas en 3’26"056 et reste 2e. Il a encore également un tour devant lui. La Glickenhaus 709 conforte sa 3e place en 3’25"454.

Dernier run et c’est la pole pour la Toyota n°8 en 3’24"408 ! La n°7 voit son chrono de 3’24"585 validé finalement par les commissaires et prend la 2e place. Kobayashi avait de toute façon signé le 2e temps en 3’24"828.

Duo de Toyota sur la 1ère ligne, l’Alpine en surprise en 3e place à moins de 5 dixièmes... et les deux Glickenhaus 709 et 708 derrière à une seconde et demi et deux secondes. Dans le clan américain, quelques voix vont certainement s’élever.

WRT signe le doublé en LMP2

Les équipages LMP2 se sont lancés à l’assaut de l’Hyperpole dans le même temps, et c’est le prototype Jota n°38 qui a signé le premier chrono de référence en 3’30"373, de peu devant le prototype WRT n°31.

Les deux voitures d’United Autosports ont pris la troisième et la quatrième place, et ces quatre équipages pointaient même provisoirement en tête au général avec l’annulation des chronos des Hypercar lors du premier run.

Après un premier chrono annulé, Norman Nato a placé la Realteam by WRT numéro 41 en deuxième place. Prema a réussi a s’immiscer entre les voitures de United. Si deux dixièmes séparaient les trois premiers, il y avait une rupture d’une demi-seconde entre WRT et la première United Autosports.

Lors du deuxième run, Realteam by WRT a pris la tête en 3’29"697, soit plus de six dixièmes devant Jota ! Mais ce dernier ainsi que le 31 de WRT étaient en amélioration, les conditions de piste s’améliorant clairement au fil de la soirée.

Robin Frijns a pris la main avec un 3’28"972, propulsant la WRT n°31 en tête, nettement devant la voiture sœur. Le proto n°23 d’United Autosport a pris le deuxième temps, mais son chrono a été annulé.

Louis Delétraz a signé le troisième temps en catégorie avec le protoype Prema numéro 9, juste derrière le duo des WRT. Les voitures de l’équipe belge ne sont pas battues, Frijns améliorant même son chrono en 3’28"394.

C’est donc le prototype n°31 qui signe la pole en catégorie devant Realteam by WRT et United Autosports, dont la n°22 a pris la troisième place en catégorie. Jota sera quatrième devant Prema Orlen et la deuxième United Autosports.

Corvette devant Porsche en GTE Pro

Comme prévu la bagarre a fait rage dans cette catégorie constituée uniquement de 7 voitures cette année. 6 ont donc participé à la séance et la pole de la catégorie revient à Corvette, qui place ses deux voitures 64 et 63 (Tandy et Garcia) juste devant les Porsche 91 et 92 (Makowiecki et Vanthoor). Ferrari souffre avec sa 488 vieillissante, 5e et 6e avec les 52 et 51 (Fuoco et Calado).

Comme en catégorie Hypercar, les premiers tours chronométrés des Corvette et Porsche sont annulés, les pilotes allant au-delà des limites tolérées du tracé. La deuxième tentative place les deux Corvette C8.R devant : la 64 en 3’50’’586 avec Nick Tandy devant la 63 en 3’50’’647 pour Antonio García. James Calado (Ferrari AF Corse 51) et Antonio Fuoco (AF Corse 52) roulent ensemble, probablement pour profiter de l’aspiration dans les Hunaudières. Cela ne leur permet pas de battre les machines américaines. Après des améliorations successives, ce sont bien les voitures jaunes qui occuperont la première ligne des LMGTE Pro.

L’Hyperpole côté GTE Am

Présentes en plus grand nombre, les Ferrari 488 GTE Evo dominent le début de séance avec Vincent Abril (AF Corse 61) devant Mikkel Jensen (Kessel Racing 57) et l’équipage 100% féminin Iron Dames 83.

C’est finalement AF Corse qui signe la pole position avec la numéro 61, grâce au 3’52"751 de Vincent Abril. Il devance la Ferrari 488 GTE du Kessel Racing et la Porsche 911 RSR n°77 du Proton-Dempsey Racing.

Northwest AMR ne signe que le quatrième temps avec la 98, et là aussi, une cassure s’opère avec le trio de tête. AF Corse place sa Ferrari n°54 en cinquième place, devant l’équipage 100% féminin d’Iron Dames, qui n’a pas concrétisé sa belle quatrième place de la veille.

Les résultats des Qualifications après l’Hyperpole en PDF

La soirée n’est pas finie au Mans puisqu’il y a encore deux heures d’essais libres (les 4èmes) ce soir de 22h à minuit, avec un résumé à venir juste après la fin sur Nextgen-Auto.com.

Endurance

Info Motorsport

Photos

Vidéos