Zhou est la ‘surprise de la saison’ pour Monchaux et Alfa Romeo

Le directeur technique a toujours Alpine et McLaren dans le viseur

Recherche

Par Alexandre C.

24 juillet 2022 - 07:57
Zhou est la ‘surprise de la saison'

Alfa Romeo a un line-up fort divers cette année : d’un côté, un vice-champion du monde ayant maintenant une grande expérience du sommet du sport automobile, soit Valtteri Bottas ; de l’autre, un pur rookie, soit Guanyu Zhou.

L’équipe suisse plaçait des attentes différentes bien sûr dans ses deux pilotes, mais proportionnellement à leurs objectifs, Valtteri Bottas et Guanyu Zhou paraissent donner entièrement satisfaction à Hinwil.

C’est ce jugement qui a été confirmé dans le paddock du Paul Ricard par Jan Monchaux, le directeur technique d’Alfa Romeo.

« Ils nous ont impressionnés massivement. Je veux dire, avec Valtteri, nous savions ce que nous allions obtenir. Et il l’a pleinement confirmé : son professionnalisme, son apport technique, mais aussi l’attitude positive qu’il a eue en interne, ce qui a également donné un coup de fouet à l’équipe. Il n’y a donc pas de grosse surprise et il tient ses promesses. Je veux dire, nous savons qu’il a d’excellentes qualifications, même s’il a eu ici et là quelques week-ends difficiles. Et en course, il ne fait généralement pas beaucoup d’erreurs. Donc, nous savons que nous avons un pilote de référence très fort. »

« Zhou est pour moi… il est la surprise de la saison. Nous avons la mémoire courte, mais si vous relisez certains des commentaires des journalistes l’hiver dernier, ils étaient assez sceptiques, pour rester diplomatique. Et c’est un excellent pilote. Il apprend beaucoup, il est très concentré, il a été impressionnant en course dès le début, en termes de capacités de dépassement. Il est assez impressionnant pour un rookie : il n’endommage pas la voiture. Je veux dire, il a été impliqué dans deux accidents, mais à part ça, il est habituellement soigné, et en qualifications, il a constamment progressé. Il y a encore une marge de progression. »

« Heureusement, nous avons un pilote de référence, donc il sait aussi où travailler. Mais Zhou est plus tôt là où nous voulions qu’il soit que ce que nous avions initialement prévu. Il est donc une très, très bonne surprise pour nous et je pense pour la F1 en général. »

La C42, surtout par rapport aux années précédentes, donne elle aussi satisfaction : elle permet aujourd’hui à Alfa Romeo de pointer à la 6e place du classement des constructeurs, devant Haas et derrière Alpine.

« Nous sommes raisonnablement satisfaits de la voiture. Comme chaque équipe, nous avons un pilote de référence, il court toujours au maximum, donc nous savons où il y a de la place pour de l’amélioration et nous y travaillons. Donc, dans l’ensemble, nous sommes, disons, satisfaits de la base, mais il s’agit aussi du développement pendant la saison. »

« Nos concurrents ne dorment pas, donc il s’agit aussi d’apporter des mises à jour et d’apporter des mises à jour tout en respectant le plafond des coûts, ce qui est un exercice assez intéressant. »

Il y a un vrai point noir qui empoisonne la vie d’Alfa Romeo, en particulier les essais libres de Valtteri Bottas, et Monchaux le reconnaît : la fiabilité.

« Là où nous avons probablement le plus souffert, c’est au niveau de la fiabilité, où nous avons eu quelques revers, et c’est quelque chose que nous devons régler en priorité, afin de donner une voiture aux deux pilotes pour qu’ils puissent courir toute la séance et aussi ramener une voiture à la maison le dimanche - parce que nous avons gâché beaucoup de points cette saison et c’est assez ennuyeux. »

Alfa Romeo et le problème vite réglé du marsouinage

En début d’année, aux essais hivernaux de Barcelone, Alfa Romeo était une des équipes les plus en délicatesse avec le marsouinage. Plus maintenant. Comment le directeur technique et son équipe s’y sont-ils pris ?

« Comme, je suppose, toutes les équipes : en regardant les données et en faisant quelques essais et en manœuvrant nous-mêmes avec une voiture dans une zone où le problème ne serait pas là, ou presque pas. Il est relativement simple de savoir ce qu’il faut faire pour ne pas avoir ce comportement de votre voiture. Et nous avons été, grâce à tout le travail que nous avons fait sur le fond plat, dans les réglages, nous avons été en mesure de sortir rapidement de la zone difficile. Mais oui, Barcelone, aux essais hivernaux, était difficile. »

Et maintenant ? Alfa Romeo peut-elle avoir pour objectif raisonnable, dans la deuxième moitié de saison, de rester au contact de McLaren et d’Alpine en performance ?

« J’espère que nous pourrons gâcher la fête des gars orange et bleu, et que nous serons là pour avoir un mot à dire jusqu’à la fin de la saison. Nous ne sommes qu’à la mi-temps. Il s’agit maintenant d’être constant, d’apporter des mises à jour. Je pense que du point de vue du rythme pur de la voiture, nous pouvons aller défier ces gars. »

« Mais le milieu de grille est si serré que vous pouvez facilement vous retrouver à l’arrière de la Q2 ou même ne pas dépasser la Q1 : quatre dixièmes, c’est vraiment, vraiment serré, donc il va falloir n’avoir aucune faille pour le reste de la saison si nous voulons vraiment aller défier les équipes devant nous. »

Alfa Romeo F1 Team

Info Formule 1

Photos

Vidéos