Wurz défend la FIA pour les bijoux mais veut plus de communication

En tant que pilote, il portait des sous-vêtements ignifugés

Recherche

Par Emmanuel Touzot

16 mai 2022 - 18:42
Wurz défend la FIA pour les bijoux (...)

Alexander Wurz, le président de l’association des pilotes de Grand Prix (GPDA), est d’accord avec le message de Niels Wittich concernant les bijoux et sous-vêtements. Il est cependant déçu que la demande de la FIA ait tourné au conflit avec les pilotes.

"Il s’agit d’une règle pour les bonnes raisons. J’aurais probablement aimé une approche légèrement différente de la façon de délivrer le message" a déclaré Wurz à Reuters.

"Je ne veux pas terminer comme le football, dans lequel il y a plus de mains en l’air et de violences verbales. Nous devons travailler ensemble. C’est un style que j’aurais préféré, dans ce cas précis."

Wurz révèle avoir été convaincu de maximiser sa sécurité en discutant avec Kris Nissen, pilote ayant été brûlé dans les années 80 en course. Il lui a expliqué les conséquences de ces brûlures, ce qui a convaincu Wurz de porter lui-même ce type de sous-vêtements.

"Pour lui, la chose absolument la plus douloureuse après le feu [le], et ce n’était pas un long incendie, était le caoutchouc élastique de son pantalon normal qui a été brûlé dans la peau."

"Il a dit que pendant des années il a eu une agonie et une douleur, et cela m’a instruit. A ce moment-là, j’ai dit que je ne voulais pas vivre ces conséquences, juste pour ne pas avoir enlevé mon pantalon et mis un caleçon ignifugé. La même chose avec les bijoux."

Wurz s’oppose à Wittich dans le débat des TecPro à Miami

Un autre sujet de discussion qui a émergé du GP de Miami était le manque de TecPro absorbant l’énergie contre le mur de béton dans lequel Carlos Sainz et Esteban Ocon se sont tous deux crashés.

Wurz a confirmé que le GPDA parlait à la FIA du refus à Miami de protéger le mur après que plusieurs pilotes aient accusé la FIA d’ignorer leurs préoccupations, bien que la FIA ait déclaré avoir écouté leurs conseils mais décidé qu’aucun changement n’était nécessaire.

"Une barrière TecPro pourrait presque réduire de moitié les forces G et signifier qu’un pilote n’aurait pas besoin de contrôles médicaux et que le châssis et la boîte de vitesses resteraient intacts."

"Cela permettrait d’économiser de l’argent, avec des équipes soumises à des plafonds budgétaires, et supprimerait le besoin de ramener un châssis endommagé en Europe, ce qui augmente l’empreinte carbone."

Wurz a déclaré que le GPDA avait été informé qu’une barrière était disponible et aurait pu être installée.

"Strictement parlant, nous n’avons pas eu de blessure, alors peut-être que vous pouvez dire que la barrière n’est pas nécessaire, mais nous voulons dire que si nous l’avions eu, cela aurait amélioré la situation."

FIA

Info Formule 1

Photos

Vidéos