Wolff : La F1 doit limiter les salaires des pilotes, 30 millions de dollars ’c’est trop’

Binotto soutient la position mais ce n’est pas "urgent" selon lui

Recherche

Par Olivier Ferret

11 juin 2022 - 13:09
Wolff : La F1 doit limiter les (...)

Alors que tous les pilotes de F1 qui se sont exprimés se sont opposés à l’arrivée d’un plafond de salaire pour les pilotes, les patrons d’équipe ont été invités à réagir ce matin en conférence de presse, à commencer par Toto Wolff.

Le directeur de Mercedes F1, qui n’hésite pas à payer un énorme montant pour Lewis Hamilton, n’est pourtant pas de l’avis des pilotes : pour lui, dans un monde où les équipes de F1 ont un budget plafonné, il doit aussi y avoir une limite pour le salaire des pilotes.

Une proposition de limite très généreuse à 30 millions de dollars par an avait été faite en 2020, sans suite pour le moment. Les discussions ont depuis repris entre les équipes, la FIA et la FOM.

"C’est certainement devenu un sujet controversé, nous pouvons voir que nous sommes confrontés à une situation très difficile en Formule 1 dans l’ensemble, le sport est en plein essor et la Formule 1 gagne plus d’argent et cela se répercute sur les équipes, mais nous avons un plafond de coûts."

"Nous avons 140 millions de dollars pour 1000 personnes, avec l’inflation, nous n’avons même pas pu les payer selon l’inflation. Et je pense que parler d’une allocation salariale de 30 à 40 millions de dollars, c’est trop, c’est inadéquat dans cette perspective."

"Maintenant, il est clair que les pilotes ont une opinion là-dessus, et peut-être qu’en tant que pilote, je dirais la même chose. Mais les ligues américaines qui ont le plus de succès au monde ont mis en place des plafonds salariaux il y a 15 ans, ça marche plutôt bien là-bas."

"La Formule 1 examine tout ça mais sans solution immédiate," reconnait Wolff.

"Mais je pense que comme tous les autres sports dans le monde, nous devons trouver un moyen d’agir de manière durable et de devenir indépendants des fonds souverains ou des fonds publics."

"Par conséquent, il est certainement clair que ce sera l’un des principaux sujets à trancher, car vous ne pouvez pas simplement avoir une masse salariale de pilotes dans certaines des meilleures équipes qui est de 30/40/50 millions de dollars alors que le reste de l’équipe doit être divisée sur 140 millions de dollars."

"Cela dit, les pilotes sont d’énormes superstars, ils méritent d’être parmi les mieux rémunérés du sport en termes de salaires directs. Ils le sont déjà."

"Et puis nous devons trouver un moyen de débloquer la capacité de conclure des accords commerciaux de sponsoring qui représentent les deux tiers, sinon plus, des revenus des sportifs pour les équipes sportives américaines - mais, en termes de salaire direct, les pilotes de Formule 1 sont ceux qui sont le mieux payés."

A ses côtés, Mattia Binotto, le directeur de Ferrari, était largement d’accord avec la position de Wolff mais a averti que tout mouvement sur le plafond salarial des pilotes ne serait pas rapide - et que ce n’était pas une question "urgente".

La F1 a déjà de nombreux pilotes sous contrat au-delà même de la prochaine saison 2023, tandis que Max Verstappen (Red Bull) est sur un gros contrat jusqu’à la fin 2028.

"C’est délicat, je ne suis pas sûr qu’il y ait une solution pour être honnête," explique Binotto.

"Ce n’est pas seulement délicat - ce n’est pas urgent, et la raison en est que le plafond salarial des pilotes n’affectera que trois ou quatre équipes maximum, pas plus que cela."

"Les équipes qui seront affectées ont déjà des accords à long terme avec leurs pilotes. Si longtemps que ce n’est pas quelque chose que nous devons mettre en place pour l’année prochaine. Ce ne sera pas avant 2026."

Mercedes

Ferrari

Info Formule 1

Photos

Vidéos