Formule 1

Wolff : Hamilton n’a jamais exigé de clause anti-Verstappen

Pas plus qu’une part des revenus de l’équipe

Recherche

Par Alexandre C.

8 février 2021 - 16:03
Wolff : Hamilton n’a jamais exigé de (...)

Pourquoi donc les négociations entre Mercedes et Lewis Hamilton ont duré autant de temps ? Est-ce pour une simple question de salaire ?

Des hypothèses avaient justement circulé. Lewis Hamilton aurait exigé une « clause anti-Verstappen » ou « anti-Russell », pour avoir le droit de mettre un veto sur le nom de son futur coéquipier. Ou bien, il aurait demandé à percevoir une part des revenus de l’équipe Mercedes F1, considérant qu’il comptait pour beaucoup dans le succès marketing de l’écurie.

Alors que Lewis Hamilton vient de prolonger son contrat, Toto Wolff vient de démentir formellement ce genre de rumeurs. De manière catégorique et en ciblant de mauvais esprits…

« Sur les clauses spécifiques qui ont été diffusées dans les médias, je ne sais pas d’où cela vient car rien de tout cela n’est vrai. »

« En fait, j’ai trouvé que c’était une perspective intéressante, mais la vérité est qu’il n’y a pas eu une seule seconde de discussion sur une clause spécifique aux pilotes. Il [Lewis Hamilton] n’a jamais demandé cela au cours des huit dernières années et c’est une décision d’équipe. »

« L’autre clause concernant un partage des revenus ou des recettes... cette rumeur était également sans fondement, donc rien de tout cela n’a jamais fait partie de nos discussions. »

Pourquoi alors n’avoir prolongé que d’une année ?

« Nous nous sommes mis d’accord sur un accord d’un an. »

« Tout d’abord, il y a un changement substantiel de réglementation en 2022. Nous voulons aussi voir comment le monde se développe et l’entreprise avec. »

Le coronavirus de Lewis Hamilton a aussi ralenti les négociations, poursuit Toto Wolff...

« Comme nous gardé pour très tard dans la saison cette négociation, nous voulions discuter du contrat à la fin de la saison entre les courses de Bahreïn, et puis Lewis ne se sentait manifestement pas bien. A la fin, nous avons entamé une conversation de négociation juste avant Noël. »

« Il était important de le faire le plus tôt possible et, à cet égard, nous avons pensé reporter la discussion sur 2022 à un stade ultérieur en 2021. »

Et bien sûr l’ensemble de la situation sanitaire, encore précaire, ne porte pas à considérer des horizons de trop long terme. Quitte à consentir à des sacrifices financiers ?

« Il existe dans le monde des incertitudes qui affectent le fonctionnement du sport et qui ont une influence sur nos revenus, sur les droits TV, sur les revenus du sponsoring. »

« Daimler et Mercedes sont en pleine mutation vers la mobilité électrique, ce qui implique des investissements. Nous vivons donc dans une réalité financière très différente de ce qu’elle était il y a quelques années. »

Que les choses soient claires pour Toto Wolff : cette attente n’était pas du tout le signe d’une certaine distance entre l’équipe et Lewis Hamilton.

« Mais cela dit que nous sommes totalement en phase, Lewis et moi et le groupe plus large de Mercedes, sur cette situation. Il n’y a donc jamais eu de divergence d’opinion. Nous avons simplement estimé qu’il fallait signer le contrat de 2021 parce que nous devons y aller et trouver un peu de temps en 2021, avant cette date, pour discuter de l’avenir. »

« Et ce n’est pas seulement jusqu’en 2022 mais aussi au-delà et ce n’est pas quelque chose que nous voulions boucler par vidéoconférence entre Noël et la fin janvier. »

Rien d’alarmant donc : mais le cœur des négociations pour 2022 est donc repoussé !

Mercedes

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less