Formule 1

Wolff explique le pessimisme initial de Mercedes

La partie n’était pas gagnée et ne l’est toujours pas

Recherche

Par Emmanuel Touzot

16 mars 2019 - 13:43
Wolff explique le pessimisme initial de

Toto Wolff ne veut pas penser que le championnat est déjà en bonne voie pour Mercedes, après une seule séance de qualifications où, il est vrai, les W10 ont dominé le peloton. L’Autrichien s’attend à ce que la riposte de la concurrence soit sérieuse.

"J’aimerais continuer comme cela évidemment mais je ne pense pas que ce soit ce que nous puissions attendre" assure-t-il. "Je pense que le championnat sera disputé de manière égale comme l’an dernier."

"Ce n’est pas parce que nous avons eu un bon vendredi et un très bon samedi à Melbourne que c’est déjà gagné au championnat. Au contraire, je pense que nous devrons donner notre maximum et tout maîtriser, comme l’an dernier, comme après Barcelone, pour rester aussi compétitifs."

Il revient également sur les essais hivernaux et explique pourquoi Mercedes a testé deux voitures totalement différentes lors des deux semaines d’essais. Il s’avère que la monoplace était en phase de développement et que ces deux spécifications constituaient deux possibilités pour l’équipe.

"Nous étions vraiment en train d’expérimenter avec la voiture de manière à comprendre quand elle était performante et quand elle ne l’était pas. Nous avons fait des comparaisons, des tests et nous avons vu avec les données ce qui allait dans la bonne direction."

"Puis lors des derniers jours des essais hivernaux, le vendredi je dirais même, quand nous avons commencé les premiers vrais tours sans carburant, la voiture était bonne et nous allions aussi vite que Ferrari, et nous avons senti qu’il y avait du positif à tirer."

La spécification de la deuxième semaine est effectivement celle utilisée à Melbourne, qui a réussi à gagner énormément en stabilité sur un circuit pourtant difficile : "Nous sommes arrivés en Australie et nous avons pris la piste vendredi en ne sachant pas à quoi nous attendre. Que nous soyons les plus rapides ou non, nous savions que ce serait serré."

"Le vendredi a été bon, nous n’y croyions pas trop. Et la voiture était tout aussi bonne aujourd’hui. C’est juste tout le travail effectué depuis le début des essais et les analyses qui ont suivi qui ont permis de mettre une voiture très rapide en piste. Mais le démarrage à Barcelone n’était pas des plus simples et nous ne pouvons pas savoir, car Melbourne est différent, si nous avons une voiture aussi bonne qu’on l’a vu aujourd’hui."

Mercedes

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less