Wolff et Binotto : Une infraction de 5 millions ’n’est pas’ mineure en F1

L’Autrichien ne s’inquiète pas des menaces de Horner

Recherche

Par Emmanuel Touzot

2 octobre 2022 - 11:03
Wolff et Binotto : Une infraction (...)

Toto Wolff ne s’inquiète pas des menaces de plainte pour diffamation de Christian Horner. Le directeur de Red Bull n’a pas apprécié que les autres équipes sous-entendent que son team avait dépassé le plafond budgétaire en 2021 et a menacé de les attaquer.

Pour le directeur de Mercedes F1, ces menaces n’ont pas de fond et ne sont pas inquiétantes. L’Autrichien espère simplement que la FIA va pouvoir établir clairement et publiquement les faits en matière de budget.

"Je n’ai pas vu cette interview. Je devrais peut-être passer du temps à la regarder" s’interroge Wolff. "C’est du bruit. Au bout du compte, il y a un processus. Mercredi, il y aura des certificats de conformité qui seront délivrés ou non et si quelqu’un ne s’est pas conformé, il y a un processus et une gouvernance qui sont en place."

"De mon côté, je suis sûr à 100 % que la FIA va faire ce qu’il faut, donc tout le reste n’est que bavardage jusque-là. En outre, il est important que le plafond des coûts soit respecté. C’est la pierre angulaire du nouveau règlement et j’espère vraiment que toutes les équipes l’ont fait."

"Une équipe dépense plus" que les autres

Wolff réitère ses propos selon lesquels Red Bull développe davantage sa monoplace que les deux autres équipes de pointe. Et l’on ne peut que donner raison à l’Autrichien, compte tenu du rythme des nouveautés sur la RB18 face à celles de la W13 ou de la F1-75.

"Nous suivons évidemment de près les pièces apportées par les meilleures équipes à chaque course, pour la saison 2021 et la saison 2022. Et nous pouvons voir qu’il y a deux équipes de pointe qui dépensent à peu près la même chose, mais qu’il y a une autre équipe qui dépense plus."

"Donc, nous savons exactement que nous dépensons trois millions et demi par an en pièces que nous apportons à la voiture, et puis vous pouvez voir quelle différence cela fait de dépenser 500 000 de plus, ce serait une grande différence."

Pour aller plus loin dans son raisonnement, Wolff explique que contrairement à Red Bull, Mercedes F1 n’a pas créé de pièces similaires mais plus légères, notamment le châssis, comme a pu le faire Red Bull en début d’année.

"Nous n’avons pas produit de pièces légères pour la voiture afin de nous faire descendre d’un surpoids à deux chiffres parce que nous n’avons tout simplement pas l’argent. Nous devons donc le faire pour la voiture de l’année prochaine."

"Nous ne pouvons pas homologuer un châssis léger et le faire courir parce qu’il ne s’agit que de deux millions qui nous feraient dépasser le plafond. Donc vous pouvez voir que chaque dépense supplémentaire a un avantage en termes de performance."

Un dépassement de 5 millions n’est pas mineur

Beaucoup de rumeurs parlent d’un dépassement mineur, c’est-à-dire à moins de 5%, ce qui représente toutefois jusqu’à 7,25 millions de dollars. Auto Motor und Sport parle même d’un excès de dix millions de dollars, rappelant très justement que certaines équipes ont une somme inférieure à cela pour développer.

Mais pour Wolff, tout dépassement doit être puni. Outre l’exemple des deux millions de dollars expliqué précédemment, il rappelle que cinq millions de dollars jouent un rôle crucial sur le championnat.

"S’agit-il d’une violation soi-disant mineure ? Je pense que le mot n’est probablement pas correct parce que si vous dépensez cinq millions de plus et que vous êtes toujours dans la ’brèche mineure’, cela a quand même un gros impact sur le championnat."

Wolff fait confiance à la F1 et la FIA pour prendre les sanctions appropriées : "En ce qui concerne les pénalités, il existe un catalogue dont la FIA doit décider et nous n’avons rien à dire à ce sujet. Nous ne devrions pas non plus avoir d’opinion à ce sujet, nous devons voir quel est le résultat et ensuite nous pourrons commenter."

"Je ne voudrais pas être à la place des juges"

Il comprend qu’il peut être injuste de sanctionner les pilotes, qui ne sont pas responsables de l’infraction au règlement, mais il rappelle également que ces dépassements permettent aux pilotes de tirer un avantage.

"Je vous le dis, je ne voudrais pas être à la place des juges. Pour juger de cela, les pilotes se donnent à fond pour être au top et il y a des décisions que l’équipe prend et dans lesquelles ils ne sont pas impliqués. Mais quand même, à la fin, vous êtes assis dans une voiture qui est peut-être sous stéroïdes."

"C’est donc une décision très difficile à prendre. Je ne voudrais pas porter de jugement. Et pour être honnête, je ne pense pas tellement à l’avenir, c’est plus sur le principe de savoir comment cela va se passer dans le futur."

"Quelle est la solidité de ces réglementations ? Comment sont-ils appliqués et contrôlés ? Comment le processus de gouvernance va-t-il se dérouler ? Parce que nous ne savons pas comment les juges décideront lorsque l’affaire sera soumise au comité d’arbitrage."

"C’est donc l’apprentissage par la pratique pour nous tous. Je n’ai aucune raison de douter que la FIA n’agira pas à 100 % sur sa propre gouvernance ou son propre règlement, car elle sait à quel point c’est important pour l’avenir."

"Nous sommes tous conscients que les règlements, qu’ils soient techniques, sportifs et maintenant financiers, doivent être réglementés, contrôlés de la bonne manière et nous devons simplement y adhérer. J’ai 100 % de confiance dans le processus et dans la FIA et c’est pourquoi tout le reste est du bruit."

Binotto confirme que ce n’est pas un dépassement mineur

Le directeur de Ferrari, Mattia Binotto, revient sur le possible dépassement de 4 ou 5 millions, et confirme comme Wolff que cette somme est cruciale : "Outre les implications sur le championnat de l’année dernière, il y a aussi des implications pour le championnat actuel" a déclaré Binotto.

"Attendons mercredi avant de porter un jugement, mais quel que soit le montant dont nous parlons, il est important de comprendre que même s’il s’agit de quatre millions, ce qui entre dans la catégorie de ce qui est considéré comme une ’infraction mineure’, ça ne l’est pas."

"Pour nous, quatre millions représentent les pièces de développement pour une saison entière. Quatre millions, cela signifie 70 personnes dans un département technique qui peuvent trouver et produire des solutions qui pourraient valoir jusqu’à une demi-seconde par tour."

"Donc, même si nous examinons quelque chose qui est considéré comme une ’infraction mineure’, ce n’est pas rien. Nous parlons d’une demi-seconde et cet avantage est reporté sur les saisons suivantes, car s’il a commencé en 2021, il donne toujours un avantage concurrentiel en 2022 et 2023."

"Il s’agit donc clairement d’une question importante. Elle met en jeu la crédibilité en général du plafonnement des coûts. J’espère que tout le monde a traité cet exercice correctement, parce que sinon, ce sera un très gros problème à gérer."

Mercedes F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos