Formule 1

Wolff apprécie la liberté de management que lui donne Daimler en F1

Un dirigeant actionnaire, une rareté bienvenue ?

Recherche

Par A. Combralier

9 décembre 2019 - 18:13
Wolff apprécie la liberté de management

L’avenir de Toto Wolff, à l’horizon 2021, apparaît en suspens. Le directeur de Mercedes dépend bien sûr du futur de son équipe – qui pourrait éventuellement redevenir simple motoriste en F1. Wolff est aussi cité pour succéder à Chase Carey à la tête de la FOM.

Pour autant, le principal intéressé, au terme d’une nouvelle saison de records, se dit aujourd’hui heureux et épanoui chez Mercedes.

« Il y a tant de facteurs que l’on doit considérer dans votre carrière. Il faut considérer ce qui vous rend vraiment heureux, ce qui vous tire du lit même dans les jours difficiles. Et de mon côté, après 8 années dans l’équipe, c’est toujours cette relation avec Mercedes qui me procure beaucoup de forces. Pour le moment, je ne peux pas imaginer de meilleur endroit [où travailler]. »

Au sein de la structure anglo-allemande, Toto Wolff a apprécié en particulier la liberté donnée par les actionnaires, en particulier après le départ de Ross Brawn ou de Nick Fry.

« L’opportunité et la confiance que l’on m’a données en 2012… je les honorerai toujours. »

« Pour une entreprise comme Daimler, permettre à ses principaux partenaires d’être aussi des actionnaires – dans le cas de Niki et dans mon cas – ce n’est pas quelque chose qui arrive facilement. »

« Cette relation n’a fait que se renforcer depuis, grâce aux décisions prises au sein du Conseil d’administration de Daimler, mais aussi grâce aux nombreux employés qui ont fait partie de ce projet au sein de Daimler. »

« Ces relations sont quelque chose qui, fondamentalement, déterminent notre qualité de vie. Si on me donne la liberté de continuer à gérer l’équipe d’une manière entrepreneuriale – comme jusqu’à présent – et que je n’ai aucun doute sur leur volonté à continuer ainsi dans le futur, alors, Mercedes, c’est un endroit où je prends simplement du plaisir, et qui me procure aussi une opportunité entrepreneuriale. »

« Donc je ne me vois pas comme un entraîneur de club de foot, qui ne reste que pour trois ou cinq ans, et qui doit ensuite se réinventer dans une autre équipe. C’est différent ici, parce qu’on m’a donné l’opportunité d’être aussi actionnaire. »

Mercedes

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less