Formule 1

Wolff appelle les fans de Lewis au calme, la FIA ne peut admettre sa faute à ce stade

Le déroulé des évènements entre la fin de la course et le retrait de l’appel

Recherche

Par Olivier Ferret

19 décembre 2021 - 07:43
Wolff appelle les fans de Lewis au (...)

Mercedes F1 a décidé de ne pas faire appel de la décision de la FIA de maintenir en l’état les résultats d’Abu Dhabi, conditionnés par la procédure utilisée par la voiture de sécurité sous les ordres de Michael Masi.

Cela continue de provoquer la colère des plus fervents supporter de Lewis Hamilton, qui n’ont pas hésité à déployer un camion avec affichage vidéo devant le siège de la FIA jeudi soir, pendant le gala, demandant de rendre le titre à Lewis Hamilton. Un message de la même veine a aussi été projeté sur la façade du parlement de Londres en énorme, demandant à Masi de rendre le titre au Britannique.

Toto Wolff appelle à calmer le jeu.

"Je peux comprendre les frustrations de beaucoup. Et pour être honnête, je ressens toujours la même chose. Je suis également constamment partagé entre mon point de vue et mon jugement sur la situation juridique et mon réalisme quant à l’issue qu’aurait eu une telle procédure. Mais nous tiendrons la FIA et les décideurs responsables de rendre le sport plus solide et constant dans ses décisions."

Le directeur de Mercedes F1 rappelle que cette décision de ne pas faire appel a été prise conjointement avec Lewis Hamilton.

"A chaque étape, les décisions étaient prises conjointement. Nous avons décidé avec Lewis de protester, de lancer l’appel et de retirer l’appel. Comme vous pouvez l’imaginer, non seulement pour lui, mais aussi pour nous, c’est terrible d’être confronté à une décision qui décide de l’issue du championnat du monde."

A la suite de l’annonce du retrait de l’appel et du lancement d’une procédure d’analyse par la FIA de ce qui s’est passé à Abu Dhabi, beaucoup de fans font état d’un accord entre Mercedes et la FIA, mais Wolff dément.

"C’est faux !" dit-il.

Le déroulé des évènements entre la fin de la course et le retrait de l’appel

De même il explique pourquoi il a été vu en train de faire la fête dimanche soir, avec Valtteri Bottas. Il retrace le parcours des évènements entre Mercedes et la Fédération.

"Après la course, j’ai appelé Jean Todt et Peter Bayer (secrétaire général de la FIA) et leur ai dit que je n’étais pas d’accord avec cette décision. Bien sûr, je savais que c’était une émotion purement personnelle, car nous devions régler les recours juridiques et savoir si nous pouvions protester. Et nous l’avons fait immédiatement dans mon bureau."

"Nous avons réuni tous les ingénieurs, les avocats, Ola Kallenius, le président, tous ensemble et avons décidé de déposer cette protestation. Ron Meadows et l’équipe sont allés voir les commissaires à deux reprises, à l’invitation des commissaires. Et puis nous avons attendu pour la décision, qui était négative."

"Alors il s’agissait de rentrer à l’hôtel et de ruminer et de penser à ce qui s’était passé. Ou alors, au contraire, d’aller célébrer un huitième titre constructeurs avec l’équipe. Et c’est ce que j’ai fait - en essayant de repousser la frustration suscitée par la décision qui a coûté le titre pilotes, jusqu’au lendemain."

"Ensuite, nous avons passé tous les derniers jours à dialoguer avec la FIA, avec Lewis, Ola et ses collègues pour prendre la bonne décision," poursuit Wolff.

"Et nous avons hésité encore et encore à cette époque entre mener à bien cet appel ou nous retirer malgré toute la colère et essayer simplement d’améliorer le sport et d’utiliser ce moment pour simplement rendre la prise de décision plus robuste."

"La décision finale de retirer l’appel a été prise mercredi soir."

La FIA ne peut admettre sa faute à ce stade selon Wolff

A-t-il au moins eu une certaine reconnaissance, dans le dialogue avec la FIA, que des erreurs avaient été commises ? Bien évidemment, non et Wolff a souligné que ce n’est pas surprenant.

"Je pense qu’il est très difficile dans une telle situation de compromettre votre position juridique. Et je pense que pour la FIA, il n’était pas clair si nous allions aller jusqu’au bout de l’appel, et donc vous ne pouvez vous attendre à aucun aveu."

"Je pense qu’ils ont pris la bonne décision. Le président a convaincu le Conseil mondial du sport automobile de mettre en place cette commission, d’examiner les incidents de la course d’Abu Dhabi et d’éviter de telles situations à l’avenir. Nous nous félicitons tous de cette décision. Je ne pense pas que c’était facile. La déclaration de la FIA, lorsque vous comprenez la nature de cet organe directeur, est forte."

"Évidemment, en tant que compétiteur, nous souhaiterions une admission totale de la faute mais ce n’est pas possible à ce stade."

"Je pense que nous avons fait un pas dans la bonne direction. C’est un pas modeste, compte tenu de l’ampleur de l’échec de dimanche soir, mais mieux vaut un pas modeste que rien du tout."

Mercedes

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less