Formule 1

Williams F1 : Latifi est prêt à être le leader si Russell part

Le Canadien profitera de sa continuité dans l’équipe

Recherche

Par Emmanuel Touzot

26 août 2021 - 14:20
Williams F1 : Latifi est prêt à être (...)

Nicholas Latifi reprend sa deuxième partie de saison ce week-end à Spa-Francorchamps avec un supplément de confiance, après le très bon résultat du Grand Prix de Hongrie.

Le pilote Williams F1 avait terminé septième devant son équipier George Russell, offrant dix points d’un coup à leur équipe, et une bonne avance dans la lutte pour la huitième place contre Alfa Romeo et Haas F1.

"C’est un résultat incroyable de grande importance pour moi et pour l’équipe" a déclaré Latifi en exclusivité à Nextgen-Auto.com à Spa.

"Pour l’équipe, nous sommes dans une bataille avec trois équipes pour les huitième, neuvième et dixième places au championnat. Ce résultat de George et moi était crucial pour nous placer en huitième position."

"La saison est encore longue mais il pourrait s’avérer essentiel à Abu Dhabi. Pour ce qui est des points et de la place au championnat, c’est un boost moral, un peu pour moi et surtout pour l’équipe, on était proches des points depuis plusieurs courses."

"On a grandement amélioré la voiture depuis l’année dernière, et c’est une récompense avant la pause estivale, après 11 courses. C’est un boost pour tout le monde sur le circuit et à l’usine de voir que le travail effectué commence à payer."

Pour la première fois de sa carrière en F1, le Canadien s’est retrouvé aux avant-postes après le départ chaotique sur le Hungaroring, occupant la troisième place pendant de nombreux tours.

"Sur le plan personnel, ce sont mes premiers points en Formule 1 et c’est génial de courir à l’avant, pas dans ma position normale évidemment, mais j’étais à l’aise pour conserver ma troisième place durant le premier relais."

"Ca apporte un véritable supplément de confiance de voir que je peux faire le boulot. C’était le cas en formules de promotion, mais ce ne sont pas les mêmes machines en F1 et c’était un peu plus délicat, donc ça m’aide pour la confiance."

Une opportunité à ne pas manquer

Williams avait déjà failli marquer des points à plusieurs reprises, Russell ayant approché le top 10 lors de quatre Grands Prix. Mais Latifi rappelle que dans la situation de son équipe, il ne fallait pas chercher des points à la régulière.

"Nous avons toujours su cette saison, et on l’a déjà vu auparavant, que nous avons besoin que d’autres soient malchanceux pour être en position de marquer des points. Et lors de plusieurs courses, avec un ou deux abandons, George aurait été dans les points, mais pas au point de ce que l’on a vu à Budapest."

"Plus on voudra un bon résultat, plus il faut que quelque chose se passe. Mais nous avons su qu’il fallait en tirer parti car il n’y a pas beaucoup d’opportunités du genre, les meilleures équipes monopolisent toujours la première place et les trois suivantes."

"C’est rare que ce genre de choses et il faut être en position d’en profiter, car si nous ne le faisons pas, Haas et Alfa Romeo le feront. Donc on ne peut pas se reposer sur ce résultat, on ne doit pas s’emporter, on a eu un bon résultat mais on repart pour la deuxième partie de saison."

S’il a occupé la troisième place, il assure ne pas avoir envisagé une seule minute que le podium était possible. En revanche, il a rapidement compris que Williams avait l’occasion d’ouvrir son compteur pour la première fois depuis 2019.

"L’espoir d’un podium ne m’a jamais traversé l’esprit, réalistement ce n’était pas possible, mais l’espoir de points m’a traversé l’esprit dès que j’ai su que j’étais dans cette position."

"Même avant d’être troisième, avant la Safety Car, après le premier virage je suis ressorti sixième, et j’ai immédiatement pensé à la course de Budapest l’an dernier où les Haas s’étaient retrouvées dans les points."

"Je savais que si je pouvais me maintenir dans cette position, j’allais pouvoir marquer des points, et même bien plus une fois que j’étais troisième au restart ! J’ai réalisé cela et c’était bien, mais j’ai vite pensé ’on doit en tirer parti, on n’aura pas d’autre opportunité de ce genre, c’est le circuit sur lequel on veut être dans cette position, capitalisons dessus’."

Latifi est prêt à être le leader si Russell quitte Williams

L’an prochain, Nicholas Latifi pourrait changer d’équipier, puisque Russell pourrait rejoindre Mercedes F1. Le Canadien assure qu’il n’a pas peur de prendre de nouvelles responsabilités dans l’équipe, quel que soit son futur équipier.

"Tout d’abord, c’est mon intention de rester avec l’équipe, c’est l’objectif pour lequel je travaille. Si George partait, je serais celui avec le plus d’expérience dans l’équipe, quel que soit mon équipier, que ce soit un débutant ou quelqu’un qui a de l’expérience en F1, et qui n’a pas été avec l’équipe depuis… qui n’a pas été avec l’équipe du tout."

"Je me sens prêt, l’an prochain sera unique. Si les règles étaient similaires, mon expérience aurait un peu plus d’importance car je sais quelles sont les faiblesses de la voiture, je sais quelles sont ses forces, je saurais comment développer le développement de cette voiture."

"Mais ce sera totalement nouveau l’an prochain, donc peut être que la continuité de ma présence dans l’équipe sera énorme, mais du côté de la voiture, on repartira d’une base toute nouvelle sur le plan de la maniabilité et du style de pilotage."

"Ce n’est pas forcément une mauvaise chose !" poursuit-il en plaisantant. "Cela pourrait être bon ou mauvais, on verra, mais je me sens prêt à endosser ce rôle, le cas échéant."

Le travail pour 2022 a déjà commencé

Le vice-champion 2019 de Formule 2 aura l’avantage d’avoir déjà testé la nouvelle voiture dans le simulateur, et d’avoir travaillé sur ce concept. Il rappelle toutefois qu’il s’agit d’une monoplace entièrement revue, et ne sait pas si le travail effectué actuellement sur les premières simulations servira une fois en piste.

"J’ai essayé la monoplace 2022 dans le simulateur. Je sais comment elle se comporte dans le simulateur, mais c’est difficile de savoir si elle sera similaire en vrai. Elle est un peu différente, il y a beaucoup de facteurs qui jouent quand on met les modèles ensemble."

En effet, la F1 fait sa révolution l’an prochain et arborera aussi des jantes de 18 pouces contre 13" actuellement, ce qui est à prendre en compte et à modéliser, quelque peu à l’aveugle : "Il y a les nouveaux pneus notamment, il y a aussi la voiture qui le principal paramètre."

"Je n’ai pas passé beaucoup de temps avec mais elle est assez différente. Ce n’est pas forcément pire, pas forcément meilleur, c’est différent. Je préfère certains aspects, j’en aime moins certains autres, mais encore une fois, c’est un modèle assez brut du simulateur lors de ses débuts."

Williams F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less