Formule 1

Williams blâme des ‘directives techniques tardives’ pour expliquer son retard

Et non une impasse financière ou des fournisseurs extérieurs

Recherche

Par A. Combralier

27 février 2019 - 18:38
Williams blâme des ‘directives techniques

Williams a raté les deux premiers jours des essais hivernaux à Barcelone, en raison du retard de construction de la FW42. L’écurie de Grove a été la seule écurie du plateau à se retrouver dans ce cas, même si Renault avait dû également presser son calendrier.

Claire Williams en a dit plus, aujourd’hui, sur les raisons qui ont conduit son équipe à un tel camouflet : elle accuse, en filigrane, la FIA d’avoir produit trop tardivement des directives techniques sur le nouveau règlement.

« Il y a eu certaines directives techniques qui sont sorties relativement tard, ce qui n’a pas aidé. Cela n’aide pas particulièrement une équipe comme la nôtre, parce que nous n’avons pas de budget additionnel, et donc des ressources à affecter si quelque chose se présente tardivement. »

« Nous avons un budget très serré, avec des ressources étroitement contrôlées. Et si quelque chose est dévoilé à la dernière minute, alors, il faut trouver des ressources additionnelles, soit pour faire demi-tour, soit pour faire tout ce que vous pouvez pour faciliter la mise en place de changement. »

« Il y a eu quelques incidents comme cela. Vous ne pouvez les prédire, mais vous le devriez certainement pour vous adapter en conséquence. Donc de nouveau, il faut nous assurer que nous prenions cela en considération pour l’an prochain. »

Ces directives tardives n’expliquent pas, à elles seules, le retard pris par Williams, poursuit la fille de Frank…

« J’ai lu beaucoup d’articles sur les raisons potentielles de ce retard. Certaines pointaient du doigt des fournisseurs extérieurs. Ce n’était pas le cas. Ou certaines disaient que nous étions dans une situation financière difficile, ce qui aurait eu un impact sur la construction de la voiture. Ce n’était pas vrai. »

« Je pense que nous avons pris pour acquis le fait que nous allions avoir une voiture prête pour le début des essais, et deux voitures prêtes pour le Grand Prix. Mais Williams conçoit et construit toujours en interne ses propres voitures, à 100 %. Il y a des milliers de pièces pour chaque voiture, qu’il nous faut concevoir, produire, assembler… Et c’est un travail énorme. Nous n’y sommes pas arrivés pour un certain nombre de raisons. »

« Historiquement, nous avons vu que cela pouvait se produire. Et il faut juste absolument nous assurer que cette situation n’arrive plus. »

Les raisons de ce couac ne seront analysées qu’après la fin de ces essais hivernaux, précise la directrice adjoint de l’équipe. La priorité est au roulage sur le circuit catalan…

« Nous nous assurons de concentrer nos efforts pour le moment sur la mise en œuvre de notre programme d’essais, nous en avons besoin ici. Beaucoup de personnes, qui seront plus tard impliquées sur l’étude [des raisons du retard], sont aujourd’hui clairement occupées sur ce programme ici. »

« Nous avons commencé à travailler un peu, mais cela nous prendra probablement quelques semaines pour pleinement tout compiler. Nous devons bien mener ce travail, parce que si ce n’est pas le cas, alors, nous n’allons pas non plus bien aborder le programme de l’an prochain. Donc il faut que nous prenions notre temps, pour nous assurer de tout couvrir, pour que tout soit réglé pour l’an prochain. »

En attendant, depuis le milieu de la semaine dernière, Williams tente, tant bien que mal, de rattraper le retard pris en piste. Ce mercredi a d’ailleurs été productif avec 130 tours réalisés par Robert Kubica.

« Ce retard a compromis notre programme de tests, à un certain degré » reconnaît Claire Williams. « Nous essayons bien sûr de compenser le temps perdu et j’espère qu’une fois en Australie, ou probablement un peu après, nous aurons oublié tout cela, et que nous pourrons progresser. Et j’espère qu’à Barcelone, l’hiver prochain, nous aurons une voiture qui pourra rouler dès 9h du matin, le premier jour. »

« Nous allons minimiser le temps perdu. Heureusement la voiture est – je touche du bois – plutôt fiable actuellement, ce qui signifie que nous avons pu rattraper une grande partie du programme que nous aurions pu potentiellement perdre. »

« La voiture hier, avec George Russell, a couvert 119 tours. Robert Kubica a bouclé un certain nombre de tours ce mercredi. Et l’objectif sera encore plus élevé demain. »

« Donc nous essayons de rattraper le temps de roulage. Mais avoir cette base de kilomètres parcourus signifie que le programme sera le moins compromis possible. »

Williams F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less