Formule 1

Webber se souvient de débuts ’bizarres’ en F1 avec Minardi

Et d’un podium "gênant" après sa cinquième place

Recherche

Par Emmanuel Touzot

24 août 2020 - 14:51
Webber se souvient de débuts ’bizarres’

Mark Webber est revenu sur sa première course en Formule 1, et plus généralement sur ses débuts. Il s’est rappelé des événements l’ayant mené à obtenir un volant chez Minardi, non sans l’aide du promoteur de Melbourne et de Bernie Ecclestone. Après une saison dans l’antichambre de la F1, il révèle ne pas avoir fait d’enchaînement de plus de 17 tours avant d’être lancé en course, à domicile en Australie.

"C’était un enchaînement bizarre d’événements" se souvient Webber. "J’avais fait la Formule 3000, l’étape juste avant la Formule 1, et j’avais fait des tests pou Benetton, mais c’est un gros défi pour n’importe quel pilote de vouloir trouver une place à temps plein sur la grille."

"A cette époque, Paul Stoddard possédait l’équipe Minardi Formula 1. La première course était à Melbourne et je pensais à ce moment que le promoteur du Grand Prix était Ron Walker, et qu’il était derrière cela. Il était dans l’oreille de Bernie, dans l’oreille de Paul pour demander qu’on donne une chance chez Minardi pour quelques courses, et mon contrat était pour deux Grands Prix."

"J’allais dans une équipe très humble, la pire équipe de la grille sur le papier en termes de finances, de taille, de performances de la voiture et de moteur. Tout était largement inférieur à ce qu’il y avait à l’avant de la grille, et j’ai relevé le défi. Et la course était sauvage, c’est le moins que l’on puisse dire. Je ne sais pas comment elle n’a pas eu de drapeau rouge."

En effet, un accrochage impressionnant impliqua Ralf Schumacher, qui décolla sur la voiture de Rubens Barrichello. Le chaos qui s’ensuivit derrière provoqua un autre carambolage. Au total, huit des 22 pilotes furent éliminés dès le premier virage, et Webber reconnut rapidement sa chance.

Des points défendus avec acharnement

"C’est parti, ça va être une course à l’usure" a-t-il alors pensé, et a pu voir cette pensée confirmée par les nombreux abandons qui ont réduit le peloton à huit voitures en fin de course. Une fin de course lors de laquelle il s’est retrouvé dans les points, qui allaient alors jusqu’a la sixième place, non sans être menacé par une des Toyota fraîchement arrivées dans le championnat.

"Mika Salo était remonté sur moi à quelques tours de l’arrivée et avec l’avantage d’une voiture supérieure. Je me disais ’il n’y a pas moyen que tu passes, je vais rendre cette voiture noire aussi large que possible’. Et il y avait du liquide de refroidissement au virage 3, depuis le début de la course."

Webber a alors profité de ce produit glissant sur la piste et a réussi à provoquer une manœuvre du Finlandais qui l’a envoyé au large : "Il a essayé de m’attaquer au virage 3 et j’ai pensé ’si je l’envoie à l’extérieur, il pourrait voir ce liquide’. Et il a tourné un peu tard et a pu le constater. C’était de la poésie dans mes rétroviseurs."

Cinquième et récompensé par deux points pour ses débuts en F1. C’étaient les premiers points de Minardi depuis trois ans, et ses premiers sous la direction de l’Australien Stoddard, ce qui a poussé les organisateurs à inviter Webber et Stoddard sur le podium après le passage des trois premiers.

Mais le pilote avoue qu’il n’a pas apprécié ce moment : "J’étais gêné. Pour être honnête, c’était embarrassant d’être sur le podium. Je voulais y être au mérite, avoir un top 3 un jour, mais ils m’ont traîné là-haut et c’était une grande journée."

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less