Formule 1

Vowles explique le double arrêt de Mercedes F1 à Abu Dhabi

Un décalage stratégique aurait été désavantageux

Recherche

Par Emmanuel Touzot

20 décembre 2020 - 10:34
Vowles explique le double arrêt de (...)

A Abu Dhabi, Mercedes F1 a refait un double arrêt aux stands, comme une semaine plus tôt à Sakhir, avec des résultats bien meilleurs. En effet, rien de mal ne s’est passé en termes opérationnels, mais la question d’une autre stratégie a été évoquée. James Vowles, responsable de la stratégie, explique qu’aucun choix n’était meilleur que celui de s’arrêter pendant une neutralisation.

"Pour répondre à votre question sur le double arrêt et sur le fait que l’on n’a pas laissé de voiture en piste, nous devons nous rappeler comment les pneus se comportaient à Abu Dhabi" note Vowles, qui assure que se décaler pour tenter de battre Max Verstappen n’aurait pas fonctionné. "Nous avions trois composés et un était très performant en course, le dur."

"C’était une décision viable, nos modèles de simulation avaient prédit qu’il était facile de faire toute la course moins une poignée de tours avec ce composé. Et en plus de cela, il se dégradait très peu. Donc c’est la raison pour laquelle tout le monde est rentré, car on savait que les pneus durs pouvaient aller au bout, et on ne peut pas gagner autant de temps sans voiture de sécurité virtuelle."

Il prend pour exemple les Ferrari, qui ont tenté de rester en piste, notamment Charles Leclerc alors qu’il était chaussé de gommes médiums, et pense que son équipe aurait été vulnérable face à Alex Albon : "Si on était restés en piste avec Lewis ou Valtteri, nous aurions été en tête, mais les deux Red Bull auraient eu l’avantage."

"Ils auraient été sur un meilleur pneu. Les médiums se seraient dégradés très rapidement, et même si nous aurions pu être en tête, nous n’aurions jamais pris assez d’avance. En fait, nous avions prédit qu’ils nous auraient rattrapés. Nous aurions tenté un relais aussi long que possible avec ce pneu avant de s’arrêter."

"Mais avec ce potentiel arrêt au stand sans neutralisation de course, on avait calculé qu’on ne reviendrait jamais derrière Albon. Nous n’avions donc pas le choix, ni aucune autre équipe. Quand vous avez un pneu aussi solide et aussi fort qui peut faire toute la course, vous devez saisir l’occasion de vous arrêter dès qu’il y a une voiture de sécurité, virtuelle ou non."

Mercedes

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less