Formule 1

Votes secrets : Mercedes F1, Red Bull et Ferrari sont pour et jurent n’avoir influencé aucune équipe

Mais le vote secret serait facultatif et devrait être demandé par une équipe

Recherche

Par Alexandre C.

30 avril 2021 - 16:47
Votes secrets : Mercedes F1, Red (...)

Dans une tribune, Zak Brown, le PDG de McLaren racing, a demandé à ce que les votes à la Commission F1 soient désormais effectués à bulletin secret (notre article complet est à lire ici).

La crainte de Zak Brown est que des équipes affiliées (Haas affiliée à Ferrari, AlphaTauri à Red Bull) votent en fonction, non de leurs intérêts, mais des ordres venus de l’équipe-mère. L’équité entre écuries de pointe et écuries challengers comme Alpine et McLaren (n’ayant pas d’équipe-B) serait ainsi affectée.

Interrogé à Portimao sur cette exigence de Zak Brown, Christian Horner, forcément visé, a tenu à réagir. Et visiblement il s’y montre favorable, tout en feignant de croire que la « pression » induite par les équipes-mère est seulement liée au moteur.

« J’en ai entendu parler, et je ne peux que supposer que c’est à cause de la pression exercée par le fournisseur moteur, ce qui, si c’est le cas, est bien dommage. »

« Ce serait dommage de devoir passer derrière un vote secret, mais une équipe a le droit de le demander. »

« Mais si c’est ce qu’il fallait pour que nous ayons votes indépendants, alors nous n’avons pas de problème majeur avec ça. »

Le motoriste Mercedes ferait-il ainsi pression sur Aston Martin F1, Williams ou McLaren, ses équipes-clientes, pour pousser à des votes favorables ?

Toto Wolff est clair : il ne se sent pas visé. Tout au plus admet-il une convergence de vues sur les votes concernant les moteurs, et pas le châssis. Et il accepte donc l’idée des bulletins secrets. Là encore, rien à se reprocher !

« En ce qui concerne le vote à bulletin secret, c’est très facile. »

« Vous avez vu dans le passé que Toro Rosso [maintenant AlphaTauri] a voté comme Red Bull, probablement sans aucune exception, et que Haas a suivi les mêmes options que Ferrari. Dans notre cas, nous n’avons jamais essayé d’influencer une équipe. »

« Il est évident que des choses ont été discutées lorsqu’il s’agissait d’un sujet commun, comme sur l’unité de puissance, il est clair que les équipes votent les unes avec les autres, et aucune des équipes ne voterait contre ses propres intérêts en termes de réglementation du châssis. »

« Donc l’idée du vote secret est bonne. Je doute que Franz [Tost] ne suive pas des instructions, et Gunther [Steiner] ne suivra pas non plus des instructions. Mais la proposition est évidemment bonne. »

« Aucune équipe ne devrait être vraiment influencée par l’équipe à laquelle est affiliée, ou son fournisseur moteur. »

Chez Ferrari, même topo : Laurent Mekies, le directeur sportif, se dit en faveur du vote secret puisque la Scuderia, malgré ses liens avec Alfa Romeo et Haas, n’aurait rien à se reprocher.

« L’option du vote secret est dans la gouvernance depuis un bon moment. »

« C’est juste le fait que peut-être nous ne l’avons pas utilisée très souvent, ou certainement ces dernières années, nous ne l’avons pas fait. C’est bien de pouvoir l’utiliser. Que nous le fassions systématiquement ou non, chaque équipe a la possibilité de demander un vote à bulletin secret sur toutes les questions. C’est déjà un mécanisme qui est dans la gouvernance avec la FIA et la F1. »

« Nous y sommes favorables. Chaque fois qu’une équipe n’est pas à l’aise avec un point qui doit être voté, elle devrait lever la main et s’assurer que nous ayons un vote à bulletin secret.

« Si c’est tout le temps comme ça, nous sommes toujours contents. Pour nous, c’est une bonne chose pour le sport, et nous le soutenons pleinement. »

Reste à voir si une équipe-B aura bien le droit de demander un vote à bulletin secret sans craindre de déplaire en haut lieu ! Et il faut voir si ce choix sera gardé… secret pour ne pas embarrasser une équipe-B.

Enfin du côté du groupe Renault, il n’est pas surprenant de voir que Marcin Budkowski, directeur exécutif, appuie la position de Zak Brown (Alpine comme McLaren n’ont pas d’équipe-B).

« Nous sommes favorables, non pas parce que cela va changer quelque chose pour nous, mais parce que nous pensons que chaque équipe devrait voter pour ses intérêts et ce qui est le mieux pour elle. »

« Nous avons vu certaines situations dans le passé, celles auxquelles Zak a fait référence, où certaines équipes semblent voter contre leurs propres intérêts. Ce n’est pas bon pour la Formule 1. »

« Vous devez garder un équilibre si vous voulez, et vous ne pouvez pas avoir des équipes qui votent contre leurs intérêts à cause de leurs affiliations. »

Mercedes

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less