Formule 1

Vettel : Pas question de se laisser détruire face à la déception

"D’une manière ou d’une autre elle finira par s’estomper"

Recherche

Par Olivier Ferret

3 janvier 2021 - 10:12
Vettel : Pas question de se laisser (...)

En 2015, Sebastian Vettel a quitté Red Bull Racing pour rejoindre Ferrari. Ce faisant, l’Allemand a suivi les traces de Michael Schumacher.

Le septuple champion du monde était une idole depuis l’enfance pour Vettel, mais au final, il n’a pas réussi à connaitre le même succès au sein de la Scuderia. L’objectif en rejoignant Ferrari en 2015 était d’obtenir au moins un nouveau titre mondial.

"Bien sûr, vous êtes déçu tout d’abord de ne pas avoir atteint cet objectif. En fin de compte, vous pouvez faire face à ce constat de deux manières. Cela peut vous détruire, ou vous pouvez en tirer des leçons et revenir plus fort. La première option... ce n’est même pas une possibilité pour moi. Je regarde toujours vers l’avenir et je crois fermement que d’une manière ou d’une autre cette déception finira par s’estomper," explique Vettel.

"Parfois, vous ne pouvez pas changer les choses, surtout celles qui sont influencées par ce qui se passe à l’extérieur. Mercedes a été très forte depuis 2014 et personne n’a réussi à les battre. Je n’y serais pas parvenu non plus en restant chez Red Bull. Ce qui est particulièrement important, c’est la façon dont vous gérez tout ça. Il faut rester optimiste quant à l’avenir malgré tout."

Vettel a pourtant eu un coup de massue sur la tête avant même le début de la saison quand Ferrari lui a fait savoir qu’il ne serait pas reconduit. Aucune négociation n’a eu lieu, la décision a été prise de manière unilatérale. De quoi affecter sa confiance et cet optimisme ?

"La confiance est extrêmement importante. Parce que vous voulez réaliser quelque chose ensemble et ne pas être seul, et que la confiance est le terreau pour cela. Le contraire, quand on est dans la méfiance, c’est le chemin que vous voulez emprunter qui peut parfois être très éloigné du bon."

"Mais je n’ai pas eu de méfiance envers l’équipe, dans ma collaboration. Mes soucis, je les dois surtout à la voiture. Il n’y avait rien qui allait spécifiquement mal, mais c’était une somme de petites choses, surtout en qualifications j’étais loin de la limite de la voiture," reconnait le pilote allemand pour conclure.

Ferrari

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less