Vettel admet qu’il n’est pas populaire auprès des patrons de la F1

Son franc-parler commence à déranger

Recherche

Par Olivier Ferret

26 mars 2022 - 09:04
Vettel admet qu'il n'est (...)

Alors que les frappes de missiles à proximité du circuit de Djeddah plongeaient la Formule 1 dans une nouvelle crise hier, il y avait un pilote dans le paddock qui n’avait pas besoin d’annuler ses interviews télévisées.

Sebastian Vettel, qui conduit pour Aston Martin F1, sponsorisée par Aramco, est toujours absent du paddock et de la grille de départ suite à son test Covid positif la semaine passée.

Il y a quelques jours à peine, il a accordé une interview à la chaîne de télévision allemande ARD et à l’agence de presse DPA sur les difficultés qu’il pose aux autorités de la F1 en raison de ses nouvelles opinions franches, y compris sur des questions politiques.

"Dans quelle mesure pouvez-vous être indépendant lorsque vous êtes salarié ?" a-t-il déclaré lorsqu’on lui a demandé comment les sportifs peuvent s’impliquer dans les questions politiques controversées des pays qu’ils visitent.

"Vous pouvez dire ’boycottez, n’y allez même pas’. D’un autre côté, vous pouvez y aller et représenter nos valeurs occidentales, montrer notre liberté et la défendre."

"La question est de savoir à quel point pouvez-vous être courageux lorsque vous êtes payé pour cela."

Même avant la crise née hier, la présence de la F1 en Arabie saoudite était déjà très controversée, Lewis Hamilton s’exprimant également ouvertement sur des questions telles que les condamnations à mort d’adolescents et les exécutions publiques de masse.

"Ce n’est pas comme si la Formule 1 choisissait où aller sur la carte. C’est plutôt les pays qui se tournent vers la Formule 1 et cela fait partie du modèle commercial. Ils y investissent beaucoup d’argent," poursuit Vettel

"Osez-vous vous exprimer contre quand vous êtes là-bas ? En revanche, il y a certaines valeurs que nous devons défendre car elles l’emportent sur les intérêts financiers."

"Il ne s’agit pas seulement de l’Arabie saoudite et de Bahreïn, ou les Jeux olympiques qui se sont déroulés en Chine. La question est de savoir combien de pays sont laissés de côté sur le calendrier."

"Mais en fait, cela devrait être une question simple. Il s’agit de modèles, en particulier pour les jeunes. D’une part, c’est du divertissement, d’autre part, vous avez également des responsabilités et vous devez vous assurer que vous allez de l’avant avec les bonnes valeurs. et des symboles."

L’Allemand admet que son nouveau franc-parler fait de lui l’un des pilotes les moins populaires dans pour les dirigeants de la Formule 1.

"Certaines personnes paniquent un peu lorsque ces sujets sont abordés. Il y a des gens qui veulent vraiment influencer ce que je dis à ce sujet."

"Je ne suis pas exactement le pilote le plus populaire aux yeux de l’organisation de la Formule 1. Mais personne ne peut me dire ce que j’ai à dire ou à ne pas dire, même si les gens n’aiment pas ce que je dis."

Aston Martin F1 Team

Info Formule 1

Photos

Vidéos