Formule 1

Vettel a ‘choisi des combats’ qu’il n’aurait pas dû mener chez Ferrari

Il ne se dit pas très fier d’être le 3e pilote le plus victorieux en F1

Recherche

Par Alexandre C.

7 octobre 2020 - 13:15
Vettel a ‘choisi des combats’ qu’il (...)

En arrivant chez Ferrari en 2015, Sebastian Vettel comptait bien être le premier champion de la Scuderia depuis Kimi Räikkönen en 2007 – et réussir là où Fernando Alonso avait échoué. Las, en 2017 et 2018, Sebastian Vettel a pu lutter face à Lewis Hamilton pour le titre mondial, avant de s’incliner face à l’armada Mercedes.

Pourquoi cet échec ? Pourquoi ces occasions manquées ? Alors qu’il s’apprête à quitter Maranello, Sebastian Vettel a assuré qu’il n’avait aucun regret de ces années Ferrari ; mais il estime, tout de même qu’il n’a pas été exempt de tout reproche durant cette période.

« J’ai échoué parce que je me suis fixé pour mission ou pour objectif de gagner le championnat avec Ferrari. »

« Je n’ai aucun regret pour ces dernières années. J’ai beaucoup appris chez Ferrari. C’est une équipe différente avec une culture différente et je m’y suis fait beaucoup d’amis. Ferrari est une équipe spéciale à différents égards. »

« Il y a des choses que j’aurais dû mieux faire. Des choses que j’aurais peut-être dû voir plus tôt, des combats que je n’aurais peut-être pas dû choisir de mener. Mais encore une fois, je pense que tout ce qui s’est passé m’a amené là où je suis maintenant. »

Sebastian Vettel évoque-t-il des combats politiques ? Les occasions où il a perdu ses nerfs (comme à Bakou 2017) ? Des polémiques avec la FIA ?

« Je ne parle généralement pas de ce qui se passe sur la piste. Perdre la voiture à Hockenheim dans des conditions mi-humides, mi-séchantes - beaucoup de gens disent que c’est un point bas. Mais je ne parle pas de ce genre de choses, je parle plutôt de ce qui s’est passé. »

« Donc si je suis juste et dur, alors j’ai échoué. Y avait-il des raisons ? Probablement, oui. Mais je ne les accepte pas comme des excuses, alors quoi qu’il se soit passé, je suppose que cela m’a permis de passer à l’étape suivante et de me concentrer sur ce qui suit. »

« Mais là encore, c’est probablement dans ma nature et il était naturel de le faire. Et je pense que j’avais aussi raison dans certaines de ces petites disputes et batailles, quelles qu’elles soient. Mais je pense qu’en fin de compte, c’est comme ça qu’on mûrit et qu’on apprend. »

La dernière victoire de Sebastian Vettel en F1 remonte au Grand Prix de Singapour, l’an dernier : il s’agissait de sa 53e. Si Lewis Hamilton est hors de portée désormais, le pilote allemand demeure le 3e pilote le plus victorieux de la F1, derrière Michael Schumacher et Lewis Hamilton donc, mais devant Alain Prost.

« Je ne suis pas sûr d’être fier de cette statistique. »

« Ce n’est pas juste si vous comparez avec le passé car les pilotes, avant, avaient beaucoup moins de courses que nous aujourd’hui. C’est donc un peu faux à mon avis. Ils ont fait beaucoup de courses, probablement dans d’autres catégories. Il faut donc les ajouter aussi. Mais ce ne sont pas des Grands Prix. »

Ferrari

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less