Formule 1

Vasseur minimise l’impact du futur règlement de la F1 sur la hiérarchie

Il parle des déficits "d’infrastructure, de main-d’œuvre, d’ambition"

Recherche

Par Olivier Ferret

13 août 2020 - 15:16
Vasseur minimise l’impact du futur (...)

La F1 se prépare à une révolution réglementaire en 2022, avec des monoplaces entièrement revues, au châssis totalement différent visant à augmenter le spectacle en piste grâce à l’utilisation plus important de l’effet de sol.

Beaucoup d’équipes, dont Ferrari, Renault et McLaren, ont avoué miser sur cette nouvelle ère pour se rapprocher nettement du haut de la hiérarchie, mais le directeur d’Alfa Romeo, Frédéric Vasseur, juge que cette nouvelle réglementation ne fera pas de miracles pour les petites structures.

"Je ne pense pas que les nouveaux règlements permettront aux petites équipes de rivaliser avec les grandes à court terme, car nous ne parlons que de règlements. Nous parlons de technologie, nous parlons d’infrastructure, de main-d’œuvre, d’ambition," explique-t-il au podcast de la F1.

"C’est toujours un projet à moyen terme lorsque vous travailler avec un partenaire (Ferrari), c’est au moins trois projets à lancer avant de transférer la technologie sur la piste. Nous devons garder cela à l’esprit pour convenir s’il s’agit d’une avancée technologique et nous ne compenserons pas cet écart en six mois simplement parce que nous avons un nouvel Accord Concorde sur la table."

Vasseur a également souligné l’importance de geler la réglementation 2022 à venir pendant une période prolongée.

"Le plus important pour moi, c’est la stabilité de la réglementation. Je veux dire que si nous comblons l’écart en termes de budget, je l’espère..., et si nous stabilisons la réglementation, nous serons probablement de plus en plus proches, et dans trois ou quatre ans, nous comblerons l’écart. Mais nous ne devons pas nous attendre à ce que ce soit le cas en 2022, ce serait une blague."

Alfa Romeo Racing

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less