Formule 1

Une Renault F1 agressive, des réglages osés : Ricciardo explique ses progrès

Il est sorti de sa zone de confort

Recherche

Par Alexandre C.

30 septembre 2020 - 08:44
Une Renault F1 agressive, des réglages

Depuis plusieurs courses, il est clair que Daniel Ricciardo et Renault ont fait un bond en avant. Si les nouvelles pièces ont aidé, l’Australien a confié qu’il avait découvert des réglages optimaux sur sa monoplace, à utiliser dans un grand nombre de situation. Par exemple en Q2, le pilote Renault signait le meilleur temps à Sotchi…

Comment expliquer ces progrès plus en détail ? Daniel Ricciardo dit avoir étudié le comportement de sa Renault de l’an dernier, en tirant des conclusions plus agressives sur les réglages. Quitte à rendre sa F1 un peu moins facile à dompter.

« Si vous n’êtes pas particulièrement fort sur un circuit, il y a normalement quelques raisons à cela. Peut-être que les réglages que vous aimez normalement, ne fonctionnent pas pour ce circuit. Alors vous vous efforcez de faire quelque chose qui ne fonctionne peut-être pas sur d’autres circuits, mais qui pourrait ici, sortir des sentiers battus ; et alors vous pouvez essayer des éléments de réglages sur la voiture qui, peut-être à d’autres occasions, vous effraieraient. »

« Je pense que c’était en partie pour sortir de ma zone de confort, être un peu plus agressif, prendre plus de risques. L’année dernière, même en regardant les onboards maintenant, la voiture semblait un peu trop belle et facile à conduire et au final, elle était lente. Donc, il s’agit juste d’essayer de trouver du confort dans l’inconfort. »

« J’ai donc fait quelques recherches et recueilli des données, mais je n’ai fait qu’observer une tonne de choses avec les onboards, et j’ai passé en revue les réglages que nous avons modifiés le week-end dernier et où cela m’a échappé. »

« Nous en avons eu des flashes l’année dernière, mais nous ne l’avons pas montré de manière assez constante pour vraiment croire que nous allions atteindre le niveau que nous attendions. Mais je pense que maintenant, on s’en rapproche certainement et ce, sur tous les circuits, ce qui est à mon avis la chose la plus encourageante pour l’équipe. »

Il a fallu ensuite s’adapter à chaque tracé...

« Sotchi est un circuit très bizarre parce qu’il est si plat. Il n’y a pas vraiment de banking sur lequel travailler, beaucoup de virages sont en dévers, donc la voiture est un peu bizarre par ici. »

« Ce n’est pas comme au Mugello, où il y a des virages très longs et audacieux qui étranglent vraiment la voiture et vous font tourner, c’est unique. Je pense donc qu’il s’agissait juste d’expérimenter un peu et de trouver quelque chose qui allait d’abord me mettre hors de ma zone de confort, au départ, mais quelque chose qui me renforcerait en fait. »

L’exploitation des Pirelli dans leur bonne fenêtre de fonctionnement, comme en Q2 à Sotchi, a aussi beaucoup joué pour Daniel Ricciardo.

« J’étais en train de le regarder avec les ingénieurs et, je pense, pour être honnête, que c’était en Q2 une question juste d’exploitation des pneus. Donc, à première vue, le tour de Q2 était probablement aussi proche que possible d’un tour parfait. Je savais donc qu’il serait difficile de le répéter. »

« Normalement, en Q2, vous le faites et il y en a toujours un peu plus pour la Q3. Mais en Q2, tout allait bien. Les pneus étaient en place et vous le sentez même en sortant du dernier virage pour ouvrir le tour, vous sentez juste que l’adhérence est là. Et puis le virage 2, qui est comme le virage 1, l’adhérence était là et il n’y avait pas de blocage avant. C’était donc un tour facile. »

Renault F1 - Alpine F1 Team

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less