Formule 1

Une F1 trop standardisée en 2021 ? Brawn justifie les choix de la FIA

Les ingénieurs, mais surtout les pilotes et les stratèges, feront toujours la différence

Recherche

Par A. Combralier

17 juillet 2019 - 10:44
Une F1 trop standardisée en 2021 ? (...)

La FIA a dévoilé des changements d’ampleur relatifs à l’aérodynamique et au design des F1, qui seront mis en œuvre à partir de 2021 (voir notre actualité précédente). L’objectif est de réduire les coûts pour les écuries, et de rapprocher les performances sur la grille.

Ross Brawn, le manager des sports mécaniques pour Liberty Media, qui a travaillé avec la FIA à la définition de ces changements, en a dit davantage sur la méthode adoptée pour faire accepter ces changements par les écuries, ainsi que sur les conséquences que ces modifications auront sur la qualité du spectacle.

Ross Brawn commence par reconnaître que l’ensemble des pièces aérodynamiques devra être revu – ce qui occasionnera au passage, une augmentation temporaire des coûts de développement.

S’agissant de la méthode employée par la FOM et la FIA, l’ancien patron de Mercedes F1 a admis une approche « très prescriptive pour commencer » dans la définition détaillée du nouveau règlement, ce qui laissera peu de liberté, semble-t-il, aux équipes.

« Parce que sinon, nous n’atteindrons pas les objectifs fixés » s’est-il justifié.

Avec la standardisation et la simplification de nouvelles pièces, les F1 du futur n’auront-elles pas un aspect tout à fait semblable, sans qu’il soit possible de les différencier autrement que par la livrée ?

« C’est du non-sens » poursuit Ross Brawn. « Vous ne pouvez dire la différence qu’il y a avec les voitures que nous avons aujourd’hui, si vous enlevez les couleurs. Il faut être un geek de l’extrême pour repérer les différences. »

« J’ai regardé toutes les voitures actuelles, après avoir enlevé les livrées, et je n’ai démasqué que trois d’entre elles correctement. »

Le but de ce règlement est bien de rapprocher les écarts de performance entre les écuries ; mais l’on sait aussi - comme cela a été vérifié cette année – qu’à chaque grand changement réglementaire, une équipe (Mercedes en 2019) se détache et crée la différence sur le reste du plateau. La F1 ne risque-t-elle donc pas de manquer ses objectifs, faute de stabilité réglementaire ?

« Nous savons que même avec ces règles très prescriptives, les esprits créatifs de la F1 arriveront à trouver différentes solutions. Les règles seront très prescriptives parce que nous devons nous assurer que nous atteindrons ces objectifs. Mais il reste assez de latitude. »

« Sans aucun doute, étant donné la liberté relative que les équipes ont eue jusqu’à présent, ce sera assez frustrant pour elles. Mais si elles considèrent bien que le règlement est le même pour tout le monde, si elles se disent, ‘nous allons faire un meilleur boulot que les autres, nous n’irons pas simplement deux secondes plus vite que tout le monde, mais deux dixièmes’, alors, c’est ce que nous voulons voir en F1. »

Dans le but de réduire encore les écarts de performance entre les écuries, les budgets plafonnés joueront un rôle phare et complémentaire. Cependant, leur impact, dès 2021, devrait être encore limité, poursuit Ross Brawn.

« Idéalement, nous aurions voulu introduire les budgets plafonnés un an plus tôt, mais ça n’a pas fonctionné. Nous ne nous attendons pas à une hiérarchie totalement différente en 2021. Mais après quelques années, je pense que nous commencerons à voir un nivellement des performances, et nous aurons une situation dans laquelle un meilleur pilote, ou une meilleure stratégie, pourront compenser le fait de ne pas avoir la meilleure voiture. »

FIA

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less