Formule 1

Une F1 à hydrogène dans le futur pour du ’zéro émission’ ?

Brawn suggère cette solution plutôt que l’électrique

Recherche

Par Emmanuel Touzot

16 juillet 2021 - 12:47
Une F1 à hydrogène dans le futur pour (...)

Ross Brawn continue de réfuter que la Formule 1 puisse faire une transition vers l’électrique dans les années à venir. L’objectif pour la F1 est de ne pas se rapprocher de la Formule E, le championnat du monde de voitures électriques.

Si la F1 devait se tourner vers du zéro émission, le manager de la discipline juge que l’hydrogène serait une bonne solution, bien que la technologie soit encore à développer. Le potentiel de celle-ci est clairement important en termes de performances.

"Peut-être que l’hydrogène est le chemin que la Formule 1 peut suivre pour que nous gardions le bruit, que nous gardions les émotions, mais que nous allions vers une solution différente" note Brawn.

Néanmoins, les voitures à hydrogène fonctionnent elles aussi en silence, comme les voitures électriques, et il faudrait donc un bruit artificiel pour qu’elles puissent développer du volume sonore.

En 2030, la F1 veut proposer des voitures neutres en carbone, notamment via les carburants de synthèse, des voyages et une logistique proche du ’zéro émission’, des bureaux et infrastructures entièrement alimentées en énergies renouvelables, et des programmes de compensation carbone.

Brawn dément en revanche que la discipline veuille s’éloigner de l’hybride pour les prochains moteurs, qui arriveront en 2025 : "Si vous vous produisez devant une pièce vide, vous ne transmettez pas de message. Il faut impliquer les fans et la raison pour laquelle ils viennent, c’est qu’ils veulent voir de belles voitures et de bons pilotes se battre."

Il reconnaît même que les moteurs à combustion semblent difficiles à écarter pour l’avenir de la F1 : "Nous avons des courses de 1h30, nous avons des voitures de 1000 chevaux, nous sommes le pinacle du sport automobile. On ne peut pas avoir ça sans énergies fossiles."

La F1 ne veut pas être "un dinosaure"

Le problème pour la F1 pourrait arriver une décennie plus tard, lorsque l’Europe interdira les moteurs à combustion. En effet, la Commission Européenne se dirige vers du ’zéro émission’, et non vers des voitures neutres en carbone, pour la période post-2035.

S’il n’est pas fermé à l’introduction de nouvelles technologies, l’ancien directeur technique de Ferrari et ancien directeur de Mercedes ne pense pas que l’électrique soit la solution actuellement pour la F1.

"Nous ne voulons pas de pilotes qui cherchent à conserver leur énergie et à faire durer la batterie assez longtemps pour aller jusqu’à la fin de course, ou économiser la batterie afin de pouvoir attaquer en fin de course. Ce n’est pas ce qui engage les fans. Il n’y a pas de solution électrique aujourd’hui."

Néanmoins, Brawn sait que la F1 doit impérativement évoluer pour ne pas prendre de retard technologique et rester la vitrine qu’elle a toujours été : "Nous ne pouvons pas avoir un sport vu comme un dinosaure. Nous serons toujours prudents pour cela. Les jeunes pilotes sont bien plus engagés à ce sujet que par le passé."

La F1 estime que les monoplaces ne représentent que 0,7% de la pollution qu’elle génère. La majeure partie des émissions provient des déplacements et de la logistique, mais Brawn ne veut pas non plus réduire le calendrier pour limiter cette pollution.

"Au bout du compte, nous sommes une entreprise. Nous devons générer des revenus pour que tout l’ensemble puisse fonctionner, et plus nous avons de courses, plus la discipline est profitable."

F1 - FOM - Liberty Media

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less