Formule 1

Un pari brillant, courageux et osé : Wolff salue les stratèges de Mercedes F1

Sur la piste et à l’usine

Recherche

Par Alexandre C.

10 mai 2021 - 08:01
Un pari brillant, courageux et osé : (...)

Mercedes a dû aller chercher en Espagne, comme sur le Hungaroring il y a deux ans, une victoire en faisant un arrêt de plus aux stands que la Red Bull de Max Verstappen, sur une piste catalane où il est comme en Hongrie difficile de dépasser. Fondamentalement, la Mercedes semblait de toute façon avoir l’avantage sur la Red Bull en rythme de course, ce qu’a pu confirmer Max Verstappen après-coup.

Toto Wolff rendait dimanche soir hommage à tous les ingénieurs, stratèges et mécaniciens qui ont construit cette victoire de Lewis Hamilton dans les modèles informatiques…

« Je dois vraiment tirer mon chapeau au groupe de stratèges dirigé par James Vowles et à tout le groupe de Brackley. Ce sont des mathématiciens et des stratèges fantastiques qui ont mis au point toutes les simulations. »

« Évidemment, perdre une position dans le premier tour vous met sur le mauvais pied. Je pense que devant, c’est tellement difficile pour Red Bull de prendre les bonnes décisions parce que si vous vous arrêtez, vous perdez une position et vous auriez pu perdre la course. »

La stratégie agressive a prouvé que Mercedes était une équipe qui avait toujours faim de victoires et qui pouvait aussi bien réussir dans la position du chasseur que du chassé. Un vrai boost pour l’image de Mercedes et de Toto Wolff, qui en était conscient. Malgré quelques sueurs froides en raison des imprécisions naturelles des simulations informatiques !

« Brillante, brillante stratégie. Je suis très fier. Il a fallu adopter une stratégie audacieuse, un choix courageux. »

« Quand vous voyez l’écart se creuser à plus de vingt secondes, vous ne pouvez pas croire que vous êtes en train de vous battre pour dépasser Max Verstappen, mais nous avons vu que les pneus de Max Verstappen souffraient un peu plus et nous sommes restés proches. Notre planificateur stratégique a montré que Lewis allait le dépasser à un tour de la fin. »

« En fait il était dit dans nos outils, si on s’arrêtait là où s’arrêtait, qu’on rattraperait Max Verstappen un tour avant la fin et nous aurions alors un différentiel de pneus de 1,4 seconde... et nous pensions que c’était suffisant. »

« Au final, nous faisons confiance à nos stratèges, et nous faisons confiance aux données. Mais ils se sont terriblement trompés ! Nous l’avons rattrapé à quatre tours de la fin. »

« C’était néanmoins encore un choix difficile à faire parce que Lewis était si proche de Max, dans son DRS, avant que nous décidions d’aller sur les deux arrêts aux stands... Et c’est vraiment là que l’équipe de stratégie entre en jeu en disant que la probabilité est plus élevée que nous le dépassions à la fin de la course que maintenant sur un pneu qui n’est plus jeune que de cinq tours. »

« Aujourd’hui, l’équipe a fait un excellent travail à la maison, c’était la dernière course de Rosie, notre responsable de la stratégie de course, avant de partir en congé maternité et je suis si fier… »

Andrew Shovlin, ingénieur de course en chef chez Mercedes, confirme que son équipe a su se réinventer avec cette stratégie imprévue…

« Avant la course, nous pensions qu’un arrêt unique serait beaucoup plus facile à réaliser comme stratégie qu’en réalité, mais je ne pense pas que nous étions les seuls à avoir cet état d’esprit. C’est en grande partie dû aux séances courtes, avec moins de temps pour faire nos devoirs, mais au moins le décor était planté pour que la stratégie alternative prenne la victoire, car beaucoup de voitures abandonnaient à la fin. »

Mercedes

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less