Un jour dans la vie d’Arlete Caetano, Technicienne Composite chez Alpine F1

Au cœur de la fabrication des pièces en carbone d’une Formule 1

Recherche

Par Olivier Ferret

15 mai 2022 - 12:43
Un jour dans la vie d'Arlete (...)

L’équipe Alpine F1 met régulièrement un membre de son team à l’honneur. Aujourd’hui il s’agit d’une femme, Arlete Caetano, Technicienne Composite

De quoi êtes-vous responsable ? Qu’est-ce que cela implique, que faites-vous ?

« Les techniciens composite sont chargés de fabriquer des composants pour construire la voiture. Nous travaillons dans ce que nous appelons une salle blanche, à savoir une zone dont la température et l’humidité sont contrôlées et l’air filtré par des filtres Hepa 10 fois par heure. Nous fabriquons principalement des composants de classe A, tels le châssis, la suspension, les ailerons avant/arrière, les supports de boîte de vitesses et de nombreux autres composants. Pour produire ces éléments, nous utilisons une variété de matériaux composites comme la fibre de carbone. Je travaille avec les techniciens composites les plus talentueux et les plus qualifiés. »

Décrivez-nous votre journée-type…

« Le département utilise une to-do list qui décrit les priorités de la journée. La direction décide ensuite des éléments que je serai chargée de fabriquer ce jour-là. Pour pouvoir les produire, je dois suivre un croquis de conception, qui fournit toutes les informations qui me sont nécessaires à l’instar du matériau à utiliser, les spécifications et les mesures à respecter. »

Comment avez-vous obtenu ce travail ? Quel est votre parcours et pourquoi avez-vous souhaité faire cela ?

« J’ai fait mes premiers pas dans le monde de la Formule 1 il y maintenant plus de 10 ans. J’ai grandi au Brésil et je n’ai jamais rêvé d’en faire partie. Pourquoi ? Parce que cela me semblait bien trop compliqué à atteindre pour quelqu’un issu d’un milieu aussi pauvre que le mien. J’ai déménagé au Royaume-Uni il y a quelques années, ai fait divers boulots et ai travaillé dur. Un jour, après avoir vu la restauration de vieux meubles que j’avais faite, un ami qui travaille en Formule 1 m’a dit que je ferais une bonne technicienne composite, car j’avais l’oeil, le souci du détail et une bonne habileté manuelle. Je ne savais pas de quoi il s’agissait, mais j’ai saisi la chance que la vie m’offrait. J’ai obtenu un poste de stagiaire pour tout savoir du rôle d’un technicien en matériaux composites et je suis tombée amoureuse de ce métier. J’ai aimé ce que je faisais et n’ai, depuis, jamais cessé de faire ce que j’aime. »

Y a-t-il un moment qui vous a marquée davantage que les autres ?

« Oui, en 2012, quand j’ai regardé la première course de la saison tout en sachant que j’avais fièrement travaillé sur la suspension montée sur la voiture. »

Quelle est la partie la plus complexe de votre travail ?

« Voir une des nos voitures impliquées dans un incident. »

Et la meilleure ?

« L’enthousiasme que suscite en moi chaque week-end l’espoir de voir l’équipe décrocher un bon résultat. »

Que faites-vous après une journée de travail ? Comment vous détendez-vous ?

« J’enfile mon costume de mère de famille, qui reste la meilleure partie de moi-même. »

Que faites-vous le soir avant de vous coucher ?

« Je lis un livre »

Plan B… Si vous n’aviez pas décroché ce poste, qu’auriez-vous fait ?

« Je serais devenue psychologue. »

Alpine F1 Team - Renault

Info Formule 1

Photos

Vidéos