Formule 1

Un GP de Russie sous le signe de la tendreté pour Pirelli

La sélection la plus tendre choisie comme en 2020

Recherche

Par Alexandre C.

21 septembre 2021 - 07:31
Un GP de Russie sous le signe de la (...)

Après l’inconnu de Zandvoort et les défis des qualifications sprint à Monza, la F1 retrouve un terrain de jeu plus familier, à Sotchi.

Sur les rives de la mer Noire, Pirelli a amené la sélection la plus tendre possible, du C3 au C5. La même nomination que l’an dernier.

Pourquoi ? Car Sotchi reste un circuit peu sévère avec les pneus ; de plus, depuis 2014, l’asphalte a eu le temps de murir. Les virages, surtout à 90 degrés (la marque du circuit), sont eux à moyenne vitesse, et sollicitent surtout le freinage et la motricité, mettant l’accent sur l’arrière des F1. Enfin la dégradation thermique ne devrait pas être trop élevée. Avec les réglages à faible appui aérodynamique, pour maximiser les vitesses de passage en lignes droites, le grip mécanique des pneus sera critique.

Comme d’habitude la courbe la plus exigeante sera la numéro 3, avec ses plusieurs points de corde à gauche faisant penser au virage 8 d’Istanbul.

La stratégie des F1 devrait se concentrer à un arrêt (mediums-hards pour le top 2 l’an dernier). Mais les variétés pourraient être au rendez vous dans la suite du peloton. Seuls trois pilotes cependant avait utilisé la stratégie à deux arrêts aux stands l’an dernier.

Une variété qu’attend Mario Isola avant ce rendez-vous. Le responsable de Pirelli prévoit aussi beaucoup d’évolution en performance de la piste : attention aux pièges en qualifications donc.

« Nous avons vu par le passé qu’il y a eu beaucoup de réflexions différentes sur la stratégie, avec les trois composés sur la grille au début de la course et des tactiques variables pendant le Grand Prix. L’année dernière, le C5 tendre s’est montré plus performant que prévu et les niveaux de graining ont été réduits sur tous les composés entre les essais libres et la course, en raison de la forte évolution de la piste. Dans le passé, certains pilotes ont même essayé de passer très tôt à la gomme la plus dure et de finir la course avec mais l’an dernier, ce n’était pas tout à fait possible car de nos jours, l’asphalte a mûri et n’est plus aussi lisse que par le passé. Avec le gommage supplémentaire sur la piste grâce au programme très complet de courses support cette fois, l’évolution de la piste et l’adhérence devraient être encore améliorées. »

Pirelli

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less