Formule 1

Un GP de F1 à Zandvoort à huis clos vaut-il le coup ? Les promoteurs le pensent…

En se fondant sur l’avis des fans

Recherche

Par A. Combralier

3 mai 2020 - 18:08
Un GP de F1 à Zandvoort à huis clos (...)

Le Grand Prix des Pays-Bas, qui devait se tenir ce week-end à Zandvoort, aurait dû être un grand rassemblement populaire, avec des milliers et des milliers de spectateurs dans les tribunes, tout en orange, pour soutenir Max Verstappen.

La crise du coronavirus en aura décidé autrement et pour le moment, le Grand Prix est reporté. S’il aura lieu cette année, ce sera sans doute à huis clos.

Mais un Grand Prix des Pays-Bas sans fans néerlandais a-t-il encore du sens ? Tel est le débat qui a agité les promoteurs du circuit. Et selon le point de vue des fans – avancé par les promoteurs – un Grand Prix à huis clos serait effectivement mieux que rien… Zandvoort semble ainsi se diriger vers cette hypothèse.

« Cela aurait pu être si beau » soupire aujourd’hui Robert van Overdijk, le directeur du circuit.

« Un week-end légendaire. Comme nous aurions aimé le partager avec le monde ! Ce week-end, nous sommes confrontés à ce qui aurait pu être. C’est frustrant, mais nous sommes partisans du verre à moitié plein. »

« Je vois une ligne droite vide où trente mille personnes de couleur orange vif auraient pu être. Ça fait mal, mais je ne vais pas m’accrocher une histoire larmoyante. Je vais laisser la fierté l’emporter. Nous avons entendu tellement de fois qu’il était désespéré de transformer cette vieille piste en un beau circuit digne de la Formule 1. Et regardez, nous avons fait de l’impossible une réalité. »

Jan Lammers, le promoteur du Grand Prix, ne veut pas non plus s’apitoyer : oui Zandvoort n’aura pas lieu comme prévu cette année, mais les fans préfèreraient encore avoir un Grand Prix à huis clos…

« On peut tomber dans les bras l’un de l’autre en pleurant, mais on ne résout rien de cette façon. Il y a un an, nous avons lancé la remise à niveau du circuit. Nous avons l’avenir devant nous, mais nous devons attendre patiemment que l’avenir commence. »

« Nous avons quelques cases à cocher, et la première concerne les autorités locales, car pour fonctionner sans public, il faudrait quand même que quelques milliers de personnes soient réunies. La suivante, c’est que nous voulons être fidèles à nos spectateurs, qui ont répondu avec tant d’enthousiasme en achetant tous ces billets. Au départ, nous pensions que ce serait une torture pour eux d’avoir un Grand prix, ils ont un billet, mais ils ne peuvent pas y aller. »

« Mais nous avons vu des discussions sur les médias sociaux et un sentiment se développe maintenant : si vous demandez à ces fans ce qu’ils préféreraient, organiser un Grand prix uniquement visible à la télévision, ou pas de Grand prix du tout, la majorité d’entre eux préféreraient un Grand prix même s’ils ne peuvent pas y aller. »

Lammers a donc engagé les discussions avec la FOM pour savoir dans quelles circonstances, sécuritaires et sanitaires, organiser un Grand Prix à huis clos. Zandvoort est prêt à des concessions, mais pas à toutes les concessions…

Selon Lammers, c’est une question qui « ne peut être résolue que par la Formule 1. »

« Pour tout promoteur qui organise un Grand prix sans public, c’est presque comme louer une piste, donc de ce point de vue, c’est presque comme une répétition avant que le public ne soit là. »

« En ce moment, nous ne pouvons pas vraiment avoir trop de préférences car il faut considérer ce virus qui dicte sa loi en ce moment. J’ai pris note de ce que Jean Todt a dit, que ce n’est pas le moment d’être imbu de soi-même, il faut être pratique. C’est ce que nous essayons de faire. Nous essayons d’être justes et raisonnables, bien sûr, également envers la Formule 1, mais nous ne pouvons pas nous permettre d’avoir des coûts supplémentaires par rapport à ce que nous avons déjà. »

Circuits

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less