Formule 1

Un, deux, voire trois arrêts : Pirelli se félicite d’un GP tactique en Chine

Les durs ont sous-performé, les médiums étaient le pneu à privilégier

Recherche

Par A. Combralier

14 avril 2019 - 14:01
Un, deux, voire trois arrêts : (...)

Pirelli n’avait pas prévu que la plupart des leaders adopteraient une stratégie à deux arrêts aux stands ? ce dimanche à Shanghai ; la stratégie agressive de Red Bull avec Max Verstappen (qui a été, à chaque fois, le premier à s’arrêter), a pourtant conduit les écuries à changer leurs plans et à passer à deux arrêts.

Pirelli relève ainsi que les équipes ont joué un jeu « tactique » et n’ont cessé de se surveiller et de se répondre. Les cinq premiers ont tout de même adopté une stratégie similaire : médiums-durs-médiums.

Les températures plus fraîches que de coutume (29 degrés sur la piste), ont également influencé le comportement des pneus en course.

Pierre Gasly, pilote le mieux classé à partir en tendres, a utilisé les trois composés en course, comme sept autres pilotes. Son troisième arrêt, à deux tours de la fin, pour rechausser des tendres, lui a permis de signer le meilleur tour et donc d’empocher un point bonus.

Alexander Albon, qui partait des stands, a fini à la 10e place en ne s’arrêtant qu’une seule fois (passant des tendres aux durs, la même stratégie que Daniel Ricciardo).

Les durs, relève Pirelli, ont été utilisés par tous les pilotes, sauf par Antonio Giovinazzi. A raison, car « dans des conditions plus fraîches, le dur a enduré une certaine abrasivité au niveau du pneu avant, en raison des températures plus fraîches. »

Les médiums étaient censés être une seconde plus lents que les tendres. Or Pirelli s’étonne de voir qu’ils furent, en réalité, un « très bon pneu pour faire la course, grâce à un excellent équilibre entre performance et dégradation. »

Alexander Albon a lui brillé dans l’utilisation des tendres : son premier relais avec fut particulièrement long, ce qui lui a permis d’exécuter sa stratégie avec efficacité.

Mario Isola estime, lui aussi, que les durs ont bien moins performé que prévu en raison d’une météo plus fraîche.

« Il a fait plus froid aujourd’hui qu’hier. Ce facteur a affecté la performance des durs et a conduit les leaders à chausser les médiums, pour trouver plus de performance dans le dernier relais. La stratégie était un élément-clef de la course. Toutes les équipes ont observé avec une grande attention leurs rivales, et ont exécuté leurs arrêts aux stands pour réagir aux arrêts des autres. Nous avons même vu les deux Mercedes s’arrêter dans le même tour. »

« La majorité des pilotes s’est arrêtée deux fois, mais nous avons vu une diversité intéressante de stratégies à un ou deux arrêts. Et même trois pour Pierre Gasly, qui a utilisé un train supplémentaire de tendres pour marquer le point du meilleur tour. »

Pirelli

expand_less