Formule 1

Un circuit court, deux virages décisifs : Pirelli explique les défis de Spielberg

Un seul arrêt attendu

Recherche

Par A. Combralier

26 juin 2019 - 08:03
Un circuit court, deux virages (...)

Le cirque de la Formule 1 reprend déjà ce week-end, sur le Red Bull Ring, pour le premier « double-header » (deux courses d’affilée) de la saison.

Au Paul Ricard, lors du Grand Prix précédent, le record de la pole avait été amélioré de 1,7 seconde par Lewis Hamilton. Étant donné que le record du Red Bull Ring est de 1’03’130, il est possible que le chrono du poleman, ce week-end, soit plus proche que jamais du seuil fatidique de la minute.

Au Red Bull Ring, Pirelli a emmené les C2 (durs), C3 (médiums) et C4 (tendres). Les pilotes des écuries de pointe ont tous fait des choix différents dans leurs sélections. Verra-t-on quelques batailles stratégiques ce week-end ?

Les deux premiers secteurs sont « assez rapides », rappelle le manufacturier unique, alors que le dernier secteur « est plus lent et plus technique. » De ce fait, la « motricité et le freinage » sont les caractéristiques principales du court circuit autrichien. Des lignes droites plutôt courtes séparent les virages.

La plupart des virages tournent à droite. Les deux virages les plus exigeants pour les pneus tournent cependant à gauche… ce qui posera des soucis, puisque les pneus qui seront alors le plus mis sous pression auront plutôt refroidi durant le reste du tour. Il faudra donc – et ce sera un facteur clef dans la performance – maximiser la performance des pneus les plus sollicités dans ces fameux virages à gauche.

Étant donné que le circuit est court (4,3 km), le trafic donnera des maux de tête aux ingénieurs de course.

Même si la météo devrait être estivale, la proximité des montages de Styrie accroît la possibilité de pluie. Les températures de piste pourraient avoisiner les 40 degrés, comme l’an dernier, soit 12 degrés de moins qu’au Paul Ricard.

Concernant la stratégie, le Red Bull Ring devrait être dans la lignée des courses précédentes : un seul arrêt sera privilégié, puisque le niveau d’usure est « relativement bas. » Max Verstappen avait gagné l’an dernier avec une stratégie à un seul arrêt (supertendres-tendres). Certains pilotes, hors du top 10, avaient effectué deux arrêts.

« Nous avons effectué la même nomination qu’en 2018 pour le Red Bull Ring – ce fut le cas aussi pour le Paul Ricard » a précisé Mario Isola pour Pirelli.

« La différence, c’est que les écarts de performance entre chaque pneu sont un peu plus similaires qu’en 2018. Cela devrait encourager davantage de variété stratégique dans les arrêts aux stands, et ainsi produire un meilleur spectacle. »

« Le Red Bull Ring est un circuit inhabituel, avec beaucoup de virages à l’aveugle et des éléments imprévisibles, tels que la météo ou le trafic. Cela signifie qu’une confiance maximale, aussi bien que de bons réglages, seront requis pour tirer le meilleur des pneus sur ce circuit court, afin de maximiser toutes les opportunités qui se présenteront. »

« Il y a toujours eu du cloquage à Spielberg par le passé ; mais nous sommes confiants, nous verrons une différence ce week-end grâce à la spécification des pneus 2019. »

A noter que le mardi et le mercredi suivant le Grand Prix, Pirelli restera en Autriche pour mener des tests spécifiques aux pneus de 2020, en mobilisant cette fois-ci l’écurie Alfa Romeo.

Pirelli

expand_less