Formule 1

Trump, la Chine, la F1, nos modes de vies… Briatore s’exprime sur le coronavirus

Un tour d’horizon qui brasse bien des sujets

Recherche

Par A. Combralier

9 avril 2020 - 14:26
Trump, la Chine, la F1, nos modes (...)

Flavio Briatore est bien sûr l’un des directeurs d’écurie les plus marquants de ces dernières décennies, mais en tant que personnalité publique, il n’hésite pas non plus à s’engager, assez souvent, dans le débat politique.

La crise du coronavirus, qui frappe l’Italie en plein cœur, a bien sûr fait réagir l’ancien patron de Benetton, qui s’alarme de cette « catastrophe pour toute l’économie. »

« Dans quelques mois, les Chinois rachèteront toutes les meilleures entreprises italiennes. Le virus nous forcera à changer notre manière de penser » a-t-il ainsi alerté dans la presse italienne.

Selon Briatore, le monde comme la F1 ne devraient pas attendre la fin de la crise, mais plutôt apprendre à vivre avec…

« Rien ne sera comme avant. »

« Nous ne pouvons pas continuer à chasser le virus - nous devons commencer à le raisonner, à vivre avec lui. Nous devons minimiser son impact car nos vies ont changé à jamais. »

« Les institutions doivent parler d’une seule voix, de la politique aux médecins, afin de ne pas déstabiliser les gens. »

Parmi les responsables politiques haut placés, Briatore connaît bien un certain Donald Trump, qui l’a aidé à lancer « The Apprentice » en Italie. Comment juge-t-il sa gestion de la situation aux États-Unis ?

« Je n’ai pas eu de nouvelles de lui depuis des mois, mais il a certainement - comme nous, comme Macron, comme Johnson - sous-estimé la situation. »

« Mais je pense qu’il sera réélu parce qu’il n’a pas d’opposants sérieux. »

Plus proche de son domaine d’expertise, Britaore s’est ensuite exprimé sur la crise traversée par la F1 et les mesures mises en place pour atténuer les conséquences économiques pour les équipes (règlement stabilisé, fermeture des usines, réduction des budgets plafonnés…).

« J’ai toujours dit que tout ce que vous ne pouvez pas voir sur la voiture doit être identique d’une voiture à l’autre. »

« Plus les voitures sont semblables, plus les meilleurs pilotes émergent et les équipes de niveau intermédiaire peuvent être compétitives. Le plafond des dépenses doit cependant être établi non pas par un chiffre, mais par un règlement - le nombre de changements d’ailerons, le nombre d’heures de soufflerie… »

« Et les courses devraient être plus courtes - il en faut deux d’entre elles pendant quarante minutes par week-end. »

F1 - FOM - Liberty Media

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less