Formule 1

Traumatisme d’enfance, burn-out, avenir en F1 : Wolff se livre

Il a perdu très tôt son père

Recherche

Par Alexandre C.

24 octobre 2021 - 17:46
Traumatisme d’enfance, burn-out, (...)

Toto Wolff arrivait, l’an dernier, en fin de contrat avec Mercedes et la question de son avenir en F1 se posait certainement. Finalement, le directeur d’équipe a choisi de s’engager « non pas à long terme mais pour la vie » avec Mercedes, en y prenant une participation à hauteur d’un tiers du capital.

Mais la pandémie a bien profondément bouleversé les certitudes du directeur d’écurie le plus victorieux de l’histoire de la F1, comme il nous l’a confié à Austin.

« Personnellement, j’étais à la croisée des chemins pour prendre une décision. »

« Le Covid a rendu les choses beaucoup plus difficiles parce qu’il y a cette dimension supplémentaire : la musique s’est arrêtée soudainement. Pendant les huit dernières années, nous savions que nous allions de la course A à la course B, puis soudain cette nouvelle dimension a créé un autre problème pour moi. »

« Si vous courez tout le temps, il est difficile de se lever et de dire "Je m’arrête maintenant". Il m’a fallu attendre le mois de novembre pour réaliser que le bouton de pause qui nous a été imposé en raison de la pandémie était en fait positif. Cela a ensuite accéléré ma prise de décision. »

Des doutes qui viennent de loin

Cette volonté de se recentrer sur soi, sur sa propre vie, vient de loin chez Toto Wolff. L’Autrichien a vécu un drame intime et personnel : il a perdu son père fort jeune - il était atteint d’un cancer.

« Mon enfance a été très perturbée par le fait que mon père a été très malade pendant toute la période dont je me souviens. Il a été malade pendant 10 ans avant de mourir. »

« Nous ne pouvons évidemment parler que de nous-mêmes et il y a toujours un risque que nos propres perceptions et perspectives, nous les voyons comme des vérités absolues, mais les vérités absolues n’existent pas et je ne peux voir que les choses de mon enfance. »

« Un jeune garçon qui voit son père dans un état qui se dégrade est quelque chose qui vous affecte toujours et qui restera avec moi pour toujours. »

Et Toto Wolff a tiré des leçons de ce traumatisme, qu’il s’applique à lui-même aujourd’hui.

« Je me souviens qu’enfant, je disais ’Je veux juste être responsable de moi-même’. Je pense que c’est une grande partie de ce que je suis aujourd’hui. »

« Il s’agit d’une humiliation ou d’un traumatisme auquel vous avez été confronté dans votre vie. Ce sont des moteurs très forts pour moi. »

Le risque du burn-out

Autre facteur qui a aussi pu jouer dans l’hésitation et les doutes de Toto Wolff : le calendrier sans cesse plus surchargé de la F1, avec 22 courses cette année et 23 l’an prochain.

Toto Wolff le sait, le risque de burn-out existe en F1. Surtout pour quelqu’un qui, comme lui, a besoin de beaucoup dormir.

« C’est quelque chose que vous devez apprendre [sur vous-même] et voir les signaux d’alarme précoces qui peuvent être différents pour chacun. Je connais mes signaux d’alerte et je sais comment les contrecarrer. C’est parfois très brutal, car je dois m’asseoir pendant quelques jours et essayer de réfléchir. »

« C’est pourquoi, au fil des ans, avec la pression élevée, j’arrive beaucoup mieux à avoir une routine quotidienne stable et à gérer le stress. »

« J’ai besoin de beaucoup de sommeil, je suis un oiseau de nuit. L’un des facteurs dont vous devez tenir compte pour décompresser et donner le meilleur de vous-même est le suivant : êtes-vous une personne du soir ou du matin ? Je suis une personne du soir, je l’ai toujours été, donc dans un monde idéal, j’arrête de travailler à une heure du matin et je me réveille à huit heures. Je suis impitoyable de ce point de vue. »

Mercedes

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less