Formule 1

’Tout était prêt’ : Isola évoque la crise de Melbourne et sa gestion par Pirelli

Les pneus étaient prêts, ceux pour Bahreïn et le Vietnam aussi

Recherche

Par A. Combralier

22 mars 2020 - 14:21
’Tout était prêt’ : Isola évoque la (...)

Les essais libres 1 du Grand Prix d’Australie étaient sur le point d’être disputés, vendredi à Melbourne, avant qu’enfin, l’ensemble de l’évènement soit annulé par les organisateurs et la F1, en raison bien sûr de la pandémie de coronavirus qui avait atteint un employé chez McLaren et mis en confinement l’ensemble de l’équipe.

Cette gestion tardive et erratique a provoqué les critiques de Romain Grosjean, l’un des plus hauts responsables du GPDA.

Mario Isola, responsable des opérations F1 chez Pirelli, s’est à son tour exprimé sur la gestion de cette situation. Il explique que tous les pneus étaient préparés pour permettre aux équipes de rouler, y compris pour les Grands Prix suivants (les composés de Melbourne ont dû être recyclés, ceux de Bahreïn et de Vietnam patienteront sur place, au cas où la course devrait se tenir…)

« Il s’agit aujourd’hui surtout d’attendre plus d’informations, mais nous comprenons que ce ne sera pas instantané. Néanmoins, nous suivons de près les développements et nous planifions autant que possible pour nous préparer au mieux au moment où il y aura un peu plus de clarté. »

« Les pneus de F1 qui ont été emmenés en Australie ont été recyclés, car il n’est pas sécuritaire de les réutiliser une fois qu’ils ont été montés sur une jante puis retirés. Mais nous avons arrêté la production pour les autres courses jusqu’à ce que nous sachions si et quand elles ont lieu, tandis que les pneus existants, qui n’ont pas encore été montés sur les jantes, peuvent être soigneusement stockés et utilisés plus tard. »

« Nous avons des pneus qui sont déjà au Bahreïn et au Vietnam et ils peuvent y être conservés dans des conteneurs à température contrôlée, jusqu’à ce que les courses aient lieu, afin qu’ils ne souffrent pas. »

Mario Isola, qui doit gérer également l’engagement de Pirelli pour d’autres championnats en sport automobile, a fort à faire aujourd’hui sur le plan logistique et opérationnel. Pirelli est de plus basée (en partie) en Italie et fort logiquement, son activité économique doit être mise au sommeil.

« Il est juste de dire que la pandémie a affecté presque toutes nos activités de compétition : courses, rallyes et motos également. Bien sûr, il y a encore des événements qui n’ont pas été annulés (pour l’instant), comme le Rallye du Portugal en mai, et nous nous préparons comme d’habitude pour ceux-ci. »

« Pour l’instant, tout le monde en Italie a été invité à travailler depuis son domicile, comme c’est le cas pour de nombreux autres pays également. Nous essayons donc de poursuivre nos activités habituelles d’une manière aussi proche que possible de la normale, avec la vidéoconférence, etc. Même si ce n’est évidemment pas idéal, nous pouvons toujours travailler efficacement. »

« Il faut trouver un équilibre entre proactivité et attente, vraiment. Nous attendons principalement des informations sur la révision du calendrier, mais nous planifions aussi activement différents scénarios afin de pouvoir travailler rapidement et efficacement avec ces informations dès qu’elles nous parviennent. »

« En ce qui concerne la Formule 1, nous prenons nos directives de la FIA et de la F1 elle-même avec qui nous sommes régulièrement en contact. »

La question se pose désormais : au vu des mesures imposées aujourd’hui en Italie, Pirelli ne risque-t-elle pas d’avoir du retard à l’allumage à la reprise ?

« Une fois que le nouveau calendrier sera connu, nous établirons un autre plan de production et de logistique afin d’être prêts à fournir les pneus pour les dates révisées. La logistique en F1 est un domaine assez compliqué, nous devrons donc faire un effort supplémentaire cette année. De plus, notre service des voyages devra réorganiser les vols et les hôtels pour les 55 à 60 personnes qui assisteront à chaque événement pour nous, et les mêmes défis s’appliquent pour la F2 et la F3, que nous fournissons également en exclusivité. »

« Nous avons donc certainement du pain sur la planche, mais ce n’est la faute de personne et, au final, tout le monde est dans la même situation. »

Pirelli

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less