‘Tout avait très bien commencé’… Leclerc passe sa saison au scanner

Il est devenu un pilote ‘plus complet’

Recherche

Par Alexandre C.

22 octobre 2022 - 18:09
‘Tout avait très bien commencé'… (...)

Pour la première fois de sa carrière, Charles Leclerc a pu lutter – au moins en début d’année – pour un titre mondial avec la Scuderia Ferrari.

Interrogé sur son ressenti, après cette saison à la fois prometteuse et décevante, Charles Leclerc réagit d’abord avec une certaine ironie !

« Honnêtement, la lutte pour le titre m’a semblé assez courte ! »

Que retenir alors ? Le verre à moitié plein (la voiture compétitive en début d’année, les victoires initiales, les nombreuses poles) ou vide (les stratégies ratées, la fiabilité, la compétitivité de Red Bull en deuxième moitié de saison...) ?

« Tout a très bien commencé. »

« Puis nous avons eu quelques problèmes techniques lors de plusieurs Grands Prix d’affilée, quelques mauvais choix de stratégie dans certaines courses, et puis l’erreur en France. Tout cela s’est accumulé, course après course après course après course. C’était donc assez difficile de s’accrocher et puis nous sommes arrivés à la deuxième moitié de la saison où Red Bull a fait un pas en avant en termes de performance. »

La priorité de Ferrari pour l’an prochain, sans surprise, doit être les dimanches plutôt que les samedis : car Charles Leclerc surperforme toujours en qualifications.

« Notre principal objectif est maintenant de devenir une meilleure équipe dimanche prochain, et c’est tout un ensemble – une bonne stratégie, une bonne communication, une bonne gestion des pneus. »

« L’équipe a fait un travail incroyable pour faire un tel pas en avant en termes de performance de l’année dernière à cette année. »

« Mais je crois que la dernière partie est aussi difficile que celle que nous avons faite maintenant. Trouver les derniers détails, être une équipe forte le dimanche et prendre les bonnes décisions au bon moment, dans différentes conditions, est quelque chose de très important. Nous avons beaucoup travaillé là-dessus au cours des trois dernières courses. Et je pense que nous avons déjà fait quelques pas en avant. »

« Mais nous devons continuer à travailler parce que, comme nous l’avons vu à Suzuka, nous avons eu du mal avec la dégradation des pneus. Nous avons vu que nous avons certainement fait un pas en avant dimanche depuis les dernières courses, mais ce n’est pas encore constant. Et nous devons encore travailler là-dessus. »

L’erreur du Paul Ricard

Selon Max Verstappen, le tournant de la saison aura été l’erreur de pilotage de Charles Leclerc au Paul Ricard, alors que le pilote Ferrari était en tête.

Le Monégasque, comme à son habitude, assume sa part de responsabilité et n’est pas tendre avec lui sur cet épisode en particulier. Mais n’a-t-il pas fait trop d’erreurs aussi cette année ?

« Les moments les plus difficiles pour moi sont toujours mes propres erreurs parce que je suis toujours très dur avec moi-même et quand je fais une erreur, je la prends toujours plus mal que quand c’est celle d’un autre. En parlant de mes erreurs, oui, j’ai fait une erreur en France. »

« Mais honnêtement, vous allez toujours faire une erreur dans une saison. Celle-ci a été coûteuse parce que j’étais évidemment en tête, mais ça arrive. »

La pression de conduire pour Ferrari a-t-elle pesé sur ces erreurs ?

« Vous avez toujours la pression lorsque vous êtes un pilote Ferrari. Je l’ai toujours eue. Cela ne change rien de se battre pour les premières places cette année, si ce n’est que cela semble un peu plus normal. Vous ressentez probablement encore plus de pression lorsque vous vous battez pour la septième ou huitième place avec une Ferrari parce que vous savez que l’équipe n’est pas à sa place. Donc vous vous poussez pour revenir le plus vite possible au sommet. »

« C’était vraiment agréable, du moins pour moi personnellement. C’était un soulagement de se battre pour les premières places après deux années très difficiles. Avoir une telle régression en performance en 2020 et 2021 n’était pas facile. Je suis donc très heureux d’être de retour. »

« La discipline que j’ai eue cette année était bien meilleure par rapport à mes années précédentes, juste en général. Quand je parle de discipline, ce n’est pas tellement sur la piste, mais c’est surtout hors circuit, en revenant à la maison et en ayant la discipline de se détendre entre les courses, ce qui était une chose que je ne connaissais pas avant cette année. En fait, avant, je bougeais, je me dépensais sans cesse à droite et à gauche et j’étais détruit à partir de la sixième course de la saison. Et ça n’aidait pas. »

« Je crois que le fait de me battre pour les victoires et de me battre pour les podiums m’a aussi aidé personnellement. Je me sens juste plus complet et chaque année vous apprenez des expériences précédentes. Je pense que cela a toujours été une de mes forces. »

« J’ai toujours été très honnête avec moi-même et j’ai essayé d’apprendre de mes erreurs et de renforcer mes faiblesses. Pour l’année prochaine, il s’agit de travailler dans les détails et d’essayer de s’améliorer un peu dans chaque domaine. C’est ce qui fera la différence à la fin. Mais je me sens un pilote beaucoup plus complet que je ne l’étais. »

Ferrari dépassée dans le développement technique ?

Un point majeur sur lequel Red Bull aura pu faire la différence, est aussi le développement aérodynamique et technique en deuxième moitié de saison.

Les évolutions de Milton Keynes ont fonctionné du tonnerre, tandis que Ferrari semblait relativement stagner dans la hiérarchie mouvante.

Charles Leclerc est-il donc enclin à critiquer les choix ou l’efficacité du développement Ferrari ?

« Ce n’est pas toujours agréable, parce que si tu veux quelque chose dans la voiture, parfois les gars disent non. Et ce n’est pas très agréable à entendre. Mais au final, ça fait partie du défi. J’aime ça. Et je pense que c’est génial la façon dont nous avons travaillé, surtout techniquement, ces deux dernières années. »

« Cela a été deux années très difficiles pour l’équipe. Mais d’un autre côté, au sein de l’équipe, il a toujours été très clair où étaient nos points faibles sur la voiture en termes de performance. Et nous avons travaillé sur ces points pour la voiture de cette année. C’est incroyable de voir les progrès accomplis. »

Ferrari

Info Formule 1

Photos

Vidéos