Formule 1

Toro Rosso doit vivre dans l’ombre de Ferrari en Italie mais n’envisage pas de déménager

Un problème de ressources humaines et d’image ?

Recherche

Par A. Combralier

11 novembre 2019 - 18:28
Toro Rosso doit vivre dans l’ombre (...)

Avec Alfa Romeo et Ferrari, Toro Rosso est la seule équipe de F1 à ne pas avoir de base au Royaume-Uni. En effet, l’équipe actuelle a été fondée sur les cendres de la vieille équipe Minardi, qui était alors en faillite.

Comme l’a concédé Franz Tost au podcast « Beyond the Grid », se situer en Italie, pour une équipe de F1, n’est pas la situation idéale, principalement pour des raisons de ressources humaines. Et il faut aussi accepter de rester dans l’ombre d’une certaine autre écurie italienne…

« Bien sûr, les gens préfèrent aller travailler chez Ferrari, car Ferrari en Italie, c’est quelque chose de spécial, leur image est formidable, leur histoire aussi. »

« L’Italie, ce n’est pas le pays le plus facile pour une équipe de F1. Pour attirer les ingénieurs qualifiés, c’est difficile. C’est plus facile d’avoir une équipe de F1 au Royaume-Uni, car elles sont toutes proches les unes des autres. Mais l’avantage, c’est que vous n’avez pas beaucoup de mouvements de personnel, une fois qu’une personne est en Italie, elle y reste. »

« Il y a de très bons ingénieurs en Italie. Leur famille est en Italie, donc nous ne nous attendons pas à ce qu’ils rejoignent une autre équipe. »

A-t-il été, pour ces raisons, un jour envisagé de rapprocher l’usine Toro Rosso de celle de Red Bull, à Milton Keynes, au Royaume-Uni ?

« Nous n’en avons jamais discuté. Nous avons racheté l’usine Minardi, l’infrastructure. Au début, nous fonctionnons totalement différemment, nous prenions tout chez Red Bull Technology. Mais à partir de 2009, 2010, il a fallu tout développer par nous-mêmes. Mais nous avions l’infrastructure pour le faire. C’était bien difficile, mais c’était intéressant, cela a demandé beaucoup d’efforts. »

« Aujourd’hui, l’usine est à un bon niveau. Mais cela a demandé beaucoup d’efforts. »

Déplacer l’usine Toro Rosso voudrait aussi dire changer la vie des centaines d’ingénieurs et d’employés qui travaillent aujourd’hui à Faenza.

« Nous avons aujourd’hui un nombre d’employés fixes de 380 » précise Franz Tost, « et durant l’hiver, nous engageons une centaine de sous-traitants, pour la production, pour finir la voiture à temps. »

Toro Rosso

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less