Formule 1

Todt ne nie pas le risque d’une saison blanche en F1 mais se veut optimiste

La F1 devrait pouvoir trouver son chemin en 2020

Recherche

Par Emmanuel Touzot

9 avril 2020 - 10:52
Todt ne nie pas le risque d’une (...)

Jean Todt a abordé le spectre d’une saison blanche en Formule 1 face à la crise du coronavirus. Sans la mettre totalement de côté, le Français relativise largement cette possibilité.

"Tous les cas de figure sont possibles" assure le président de la FIA dans un entretien avec Canal+.

"Si l’on vous demande aujourd’hui quand sera la fin du confinement, vous ne serez pas capable de me répondre, ce que je comprends. Tout va dépendre du déblocage de la situation."

"En étant concrets, réalistes et constructifs, j’espère que l’on pourra rapidement retrouver une vie normale, dans le sens d’une reprise d’activité, mais aussi d’un moral positif. Aujourd’hui, on est dans un confinement qui ne donne pas envie d’aller au restaurant par exemple. On est dans le problème et on se demande comment on va en sortir."

"Cet aspect psychologique et l’aspect réel de la situation, les deux vont de paire. En essayant d’être réaliste et optimiste, j’espère que l’on pourrait penser à une reprise au mois de juillet, en revisitant totalement le calendrier."

"A partir de ce moment-là, on se retrouverait avec un calendrier qui pourrait aller de juillet à décembre, en utilisant une grande partie du mois de décembre. On pourrait avoir dans ces conditions un championnat avec un nombre de courses suffisant."

Pour cela, il faudrait tenir une moyenne soutenue de courses pendant ces six mois, mais le Français assure que c’est possible sans aller jusqu’à un trop grand nombre de Grands Prix chaque mois.

"Bien sûr. Si l’on prend le mois de juillet, et que l’on va jusqu’à décembre, si l’on fait une moyenne de deux à trois courses par mois pendant six mois, en enlevant la pause du mois d’août, on arrive à faire un calendrier entre 15 et 18 épreuves. Aujourd’hui, un vrai calendrier reste possible."

L’idée d’organiser de GP sur deux jours est discutée, mais il assure que c’est encore trop tôt pour prendre cette décision : "C’est à voir. La priorité n’est pas de savoir si le week-end se tiendra sur trois jours. L’important, c’est qu’il y ait une qualification d’une heure, et une course d’une heure et demie."

De même, la possibilité de tenir des courses à huis clos aiderait à reprendre plus vite, mais l’objectif pour la FIA et la F1 n’est aucunement de se presser, ni de prendre des décisions trop en avance.

"Tout est possible, mais ça dépendra là aussi de l’évolution de la pandémie, des décisions des gouvernements, et aujourd’hui, il est beaucoup trop tôt pour pouvoir dire ’voilà ce que ce sera’. Mais on est ouverts à étudier tout type d’opportunité."

FIA

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less