Formule 1

TecPro efficaces, commissaires trop lents ? L’accident spectaculaire en F2 fait réagir…

L’incendie sur la voiture de Ghiotto a mis du temps avant d’être éteint

Recherche

Par Alexandre C.

30 septembre 2020 - 16:11
TecPro efficaces, commissaires trop (...)

Lors de la course sprint de F2, dimanche dernier à Sotchi, un accident spectaculaire a eu lieu entre Jack Aitken et Luca Ghiotto au virage 3. Les deux pilotes se sont accrochés et se sont enfoncés dans les barrières TecPro à l’extérieur du virage. Les TecPro ont été endommagés, les pilotes sont comme passés par-dessus les barrières, et une voiture a même pris feu.

Heureusement, les deux pilotes ont pu se sortir indemnes de cet accident spectaculaire (qui avait causé un drapeau rouge, sans que la course ne puisse reprendre).

Le choc a mis en lumière les progrès sécuritaires réalisés par la F1, ainsi que l’efficacité des TecPro conçus en France (l’entreprise est basée à Aubagne).

Daniel Ricciardo a fait partie de ceux qui ont été impressionnés par les TecPro…

« L’accident était évidemment très important. Je pense que les TecPro ont été vraiment bons pour ça. J’étais assez étonné qu’ils s’en soient sortis si facilement, ce qui était évidemment ce que je voulais voir. »

« Je dirais que le TecPro est très important dans certains de ces virages à grande vitesse. Il absorbe beaucoup d’énergie et permet à la voiture de ralentir graduellement, d’après ce que je vois. »

En revanche, le délai nécessaire avant que l’incendie, sur la voiture de Ghiotto, ne soit finalement éteint, a inquiété le pilote Renault...

« Je ne veux pas être critique dans un tel accident, mais les commissaires... je pense qu’ils ont été assez lents à éteindre le feu. De toute évidence, Ghiotto était sorti de la voiture, mais j’aime à penser qu’ils auraient agi plus rapidement s’il avait eu du mal à sortir. »

George Russell, chez Williams, est du même avis que Daniel Ricciardo : les TecPro ont montré leur efficacité, mais l’incident aurait pu mal tourner.

« Il est évident que c’était vraiment positif de voir ces gars sortir des voitures aussi rapidement. C’était un impact tellement énorme, c’était une vitesse effrayante et je suppose que cela montre l’excellent travail que la FIA et la F2 ont fait pour créer une voiture aussi solide. »

« La barrière TecPro était aussi très intéressante. Il est évident qu’elle a très bien absorbé la vitesse. Ce qui était vraiment bien, c’est que l’on n’a pas eu d’effet de rebond, ce qui est souvent le cas avec les pneus, comme on l’a vu avec l’incident de Giovinazzi [et George Russell] à Spa. Vous frappez une barrière de pneu et vous rebondissez dans la trajectoire des autres voitures. »

« Le seul point négatif est que le TecPro est passé par-dessus la voiture, celle-ci s’est retrouvée en feu et il [Ghiotto] a eu beaucoup de chance de pouvoir s’en sortir. »

« Si ce TecPro avait été au-dessus de son casque, cela aurait peut-être été une autre histoire. Mais dans l’ensemble, voir un accident à cette vitesse est choquant et la façon dont tout le monde s’en est éloigné était un soulagement pour les pilotes. »

Michael Masi, le directeur de course de la FIA, est donc venu défendre le travail réalisé par les commissaires de Russie lors de la course sprint, en expliquant d’abord le délai pour éteindre le feu sur l’Hi-Tech.

« Le défi était qu’il y avait une grande distance entre les deux postes de commissaires et l’endroit où l’incident s’est produit. Je ne voudrais pas courir avec un extincteur sur une distance de 150 mètres ou plus. »

« Dès que la course a été suspendue et que toutes les voitures de compétition sont passées, nous avons également vu traverser les pompiers de l’autre côté de la piste. Je pense donc que dans ces circonstances, oui, voir un feu n’est jamais bon, le point positif est que les deux pilotes s’en sont sortis indemnes, ce qui est l’élément le plus important pour tous. »

La course sprint, qui avait vu seulement 5 tours être bouclés, n’a pu reprendre, le temps de réparer les barrières. La moitié des points a donc dû être attribuée, au regret du directeur de course de la FIA.

« C’était malheureux, mais en fin de compte, nous avons un calendrier à respecter, pour les départs. Et deuxièmement, avec l’ampleur de cet incident et la réparation qui devait avoir lieu, je pense qu’en fin de compte il a fallu environ 90 minutes pour effectuer cette réparation. »

« Donc je pense que ce qui s’est passé, oui, c’est regrettable que la course de Formule 2 n’ait pu se terminer, mais cela arrive de temps en temps. »

F1 - FOM - Liberty Media

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less