Technique F1 : L’évolution de l’AlphaTauri AT03 en 2022

Des changements discrets pour Gasly et Tsunoda

Recherche

Par Emmanuel Touzot

17 août 2022 - 12:56
Technique F1 : L'évolution de (...)

Les équipes de F1 ont fait débuter cette année des nouvelles monoplaces, basées sur un règlement entièrement revu. Malgré le plafond budgétaire, qui limite les dépenses de chaque structure, les teams ont énormément travaillé sur leur voiture, afin d’apporter des évolutions plus ou moins importantes.

Nous abordons aujourd’hui les modifications apportées sur l’AlphaTauri AT03 entre le Grand Prix de Bahreïn et le Grand Prix de Hongrie, respectivement première et 13e manches de la saison 2022 de Formule 1.

L’évolution principale de la monoplace

A l’instar de Haas F1, AlphaTauri a décidé d’apporter une seule grosse mise à jour de sa monoplace cette année, et celle-ci a tardé à venir. Il a fallu attendre le Grand Prix de France pour que les changements très attendus par Pierre Gasly arrivent.

Mais contrairement à la monoplace américaine, l’AT03 a arboré des changements très discrets (photo du bas dans l’illustration de l’article), alors que l’équipe italienne avait promis des évolutions nettes. Aucune évolution de la philosophie aérodynamique n’était notable, et c’est surtout le plancher qui a changé.

La dérive verticale à l’avant de celui-ci a changé d’angle, et a vu sa taille réduire. Derrière celle-ci, le plancher a conservé des formes assez simplistes, avec simplement une encoche plus importante et relevée, pour guider le flux d’air vers la partie arrière des pontons.

Des changements ont été faits sur le diffuseur en conséquence, et également sur le beam wing, afin d’optimiser le flux d’air sur la partie arrière de la voiture et améliorer l’appui aérodynamique en conséquence.

Les changements moins importants

Avec ce package d’évolutions, AlphaTauri a aussi modifié le capot moteur de l’AT03. Comme la Red Bull RB18 avant elle, elle a vu la partie supérieure de l’arrière du capot s’élargir un peu, pour accroître le downwashing des pontons vers les suspensions.

Des ouïes ont également fait leur apparition sur cette partie de la monoplace, mais celles-ci étaient spécifiques à la gestion de la chaleur pour le Grand Prix de France.

On peut constater sur le comparatif en images que l’un des autres changements a été la suppression de peinture blanche sur la monoplace, pour gagner du poids. Un système D que l’on a pu voir aussi sur l’Alpine, et poussé à l’extrême sur la Williams.

Par ailleurs, l’équipe a également produit des versions spécifiques de son aileron arrière selon les circuits, afin de produire plus ou moins d’appui.

Quel bilan pour ces évolutions ?

En voyant les résultats d’AlphaTauri depuis l’arrivée de l’AT03 évoluée, il est difficile d’être franchement optimiste pour l’équipe italienne. Un seul point positif peut être tiré de ces deux courses.

Il s’agit en effet de la huitième place en qualifications de Yuki Tsunoda au Paul Ricard, et l’espoir que le Japonais avait de faire une bonne course à partir de cette position plutôt flatteuse sur la grille de départ, avant un accrochage qui a tout ruiné au premier tour.

Pour le reste, l’élimination en Q1 de Gasly en France et en Hongrie, et celle de Tsunoda au Hungaroring, confirment que les problèmes d’AlphaTauri sont loin d’être résolus. Le Français a toutefois réussi à faire une remontée jusqu’à la 12e place depuis les stands lors de la dernière course en date, mais ce n’est qu’une faible récompense.

AlphaTauri aura au moins eu la pause estivale pour pouvoir comprendre comment mieux exploiter ces évolutions, à condition d’en avoir tiré des données intéressantes alors que les conditions étaient délicates en Hongrie. Face à des équipes au développement bien plus poussé, la fin de saison pourrait néanmoins être très compliquée pour l’équipe de Faenza.

AlphaTauri

Info Formule 1

Photos

Vidéos