Formule 1

Steiner est frustré par l’influence des pneus en F1

Cela ruine le début de saison de Haas

Recherche

Par Emmanuel Touzot

29 avril 2019 - 16:31
Steiner est frustré par l'influence (...)

Günther Steiner commence à s’agacer de voir Haas en difficulté avec ses pneumatiques. L’équipe n’a plus marqué de points depuis l’Australie et coule au classement, et son directeur estime que les pneus ne devraient pas poser autant de problèmes.

"C’est juste devenu une question de savoir qui lutte le plus ou le moins avec moins. Et nous sommes assurément du côté du plus," lance Steiner.

Il assure que c’est clairement ce qui gâche le potentiel de la VF-19 aujourd’hui : "C’est tellement décevant parce que nous avons une bonne voiture, j’en suis persuadé. Nous ne devrions pas toujours avoir à nous demander si le pneu fonctionne bien ou non. C’est intéressant mais ce n’est pas ça la Formule 1 à mon avis."

"Parler de ça constamment c’est... usant. ’Avez-vous fait fonctionner les pneus ?’ ’Oui.’ ’Oh, alors je vais vite.’ ’Mes pneus n’ont pas fonctionné, alors je suis lent…’ Nous dépensons des millions et des millions pour développer ces voitures et si vous êtes hors de la fenêtre des pneus, cela ne sert à rien."

"Je suis très ouvert avec vous. Je ne blâme pas uniquement Pirelli, je nous blâme également, car certains y arrivent, mais de manière générale, ce n’est pas la bonne chose pour la F1. Nous ne devrions pas avoir à parler de manière systématique, après une course, du fait de savoir si telle ou telle gomme a fonctionné ou pas."

Une nouvelle fois, ses monoplaces ont été en retrait à Bakou, où Romain Grosjean a enregistré un troisième abandon en quatre courses, tandis que Kevin Magnussen n’a jamais été en mesure de viser les points.

"Ce n’est jamais bon ce genre de déception. C’est assez décevant. Même très décevant."

"Nous allons régler nos problèmes, évidemment, nous étions rapides en essais hivernaux, nous étions rapides en Australie, nous nous qualifions bien lors de la première course. Mais pour le moment, nous ne semblons pas réussir à tout mettre bout à bout."

Il rappelle d’ailleurs que ça ne concerne pas que son équipe : "Tout le monde a des problèmes avec les pneus, vous pouvez le voir. Lorsque nous entrons dans la phase de graining, nous ne pouvons pas en sortir car le pneu devient trop froid et ensuite c’est fini - nous glissons."

"Nous avons quatre ou cinq tours où nous allons vite, puis le graining commence. D’autres équipes arrivent à surmonter cette phase, mais pas nous car notre température est trop basse et nous ne pouvons plus faire fonctionner les pneus une fois le graining passé."

Haas F1

expand_less