Shwartzman et la pépite Bearman : les pilotes de l’académie Ferrari à suivre

Un point sur les jeunes pilotes de la filière

Recherche

Par Alexandre C.

29 janvier 2022 - 11:59
Shwartzman et la pépite Bearman : (...)

Ferrari a fondé sa Driver Academy en 2009. Sergio Perez, Jules Bianchi, Antonio Giovinazzi, Lance Stroll et Charles Leclerc, ont réussi à atteindre la Formule 1, avant Schumacher l’an dernier.

Malgré le départ d’Antonio Giovinazzi, un pilote sur cinq qui sera sur la grille en 2022 est issu de l’académie Ferrari : cela témoigne du succès de cette filière… et de l’importance de connaître le vivier actuel.

Quels sont alors les pilotes de l’académie pour 2022 ?

Bearman, le rival d’Arthur Leclerc

Le membre le plus connu de l’académie restera cette année Mick Schumacher. Après une bonne première saison chez Haas, si l’on compare ses performances à celles de son coéquipier Nikita Mazepin, l’ex-champion de F2 tentera la saison de la confirmation.

En F2 comme en F3, Mick Schumacher a toujours été bien plus fort lors de sa deuxième année dans une catégorie : la règle s’appliquera-t-elle à la F1 ? Cela dépendra aussi bien sûr des performances de sa Haas, qui de très faible en 2021, pourrait faire un pas en avant à l’occasion du nouveau règlement aérodynamique.

En dehors de Mick Schumacher, le pilote ayant le plus de potentiel au sein de l’académie reste Robert Shwartzman (photo). Le Russe a fini 4e du championnat de F2 pour sa première année ; mais a manqué le titre lors de sa seconde (contrairement à Mick Schumacher en 2021) : il a tout de même terminé vice-champion de la discipline, juste devant Guanyu Zhou, et dispose bien sûr de sa Super Licence.

2022 verra peut-être Robert Shwartzman monter en puissance. Il a été décidé de ne pas le faire « tripler » en F2. Mais il pourra participer aux essais libres du vendredi réservés aux jeunes pilotes cette année (2 séances obligatoires par équipe), une règle qui lui profitera à lui ainsi qu’aux jeunes loups.

Ferrari fera rouler Shwartzman lors de deux vendredis. Peut-être Haas également, puisque Robert Shwartzman est un candidat tout désigné pour la succession de Mick Schumacher si celui-ci venait à évoluer au cours des années suivantes…

Derrière Robert Shwartzman, aucun autre pilote ne semble être prêt, à très court terme, pour la F1.

Le frère de Charles, Arthur Leclerc, restera en F3 chez Prema, après avoir fini 10e du championnat l’an dernier (une pole, 3 podiums). Un passage en F2 pourrait se jouer pour 2023 pour lui.

Arthur Leclerc devra en particulier se méfier d’Oliver Bearman. Le Britannique de seulement 16 ans vient de remporter la F4 italienne ainsi que l’ADAC F4 (les deux compétitions les plus relevées de la F4).

Bearman sera logiquement promu en F3 en 2022, aux côtés aussi d’Arthur Leclerc chez Prema. Sans aucun doute, la confrontation directe entre les deux Ferrari boys sera décisive pour le futur de l’un comme de l’autre.

Derrière Bearman, Dino Beganovic a déçu en 2021 (13e Championnat d’Europe de Formule Régionale by Alpine, FRECA) mais se fera offrir une deuxième (dernière ?) chance.

Enfin en F4, Ferrari placera plusieurs jeunes pilotes : Rafael Câmara, James Wharton, et Maya Weug. Celle-ci a été la première lauréate du programme Ferrari « Girls on Track-Rising Stars », lancé d’un commun accord avec la FIA après l’affaire du moteur suspect de la Scuderia en 2020. Weug n’a cependant marqué aucun point en F4 l’an dernier. Laura Camps Torras évoluera elle en karting, en tant que nouvelle lauréate du programme Girls on Track.

Sur la touche…

A noter qu’Antonio Giovinazzi reste lui pilote de réserve de Ferrari (mais plus membre de l’académie).

Callum Ilott, qui apparaissait en concurrence avec Guanyu Zhou pour occuper un volant chez Alfa Romeo, a lui trouvé un volant en IndyCar. Toujours bien placé dans les cœurs de Ferrari, Ilott est cependant considéré comme en année sabbatique, un programme aux USA n’étant que peu compatible avec le programme de l’académie Ferrari qui suppose des formations régulières à Maranello.

Marcus Armstrong a lui été purement et simplement éjecté du programme. L’ancien grand rival de Robert Shwartzman en F3 n’a pas convaincu en F2. Il a fini 13e lors de ses deux saisons en F2, avec une seule victoire. Il rebondira néanmoins chez Hitech, toujours en F2.

Ferrari

Info Formule 1

Photos

Vidéos