Formule 1

Selon Brawn, Leclerc est resté dans les limites du règlement face à Hamilton

Il compare le Monégasque à Michael Schumacher

Recherche

Par A. Combralier

11 septembre 2019 - 09:08
Selon Brawn, Leclerc est resté dans (...)

Charles Leclerc aurait-il dû être pénalisé à Monza, pour une défense trop agressive sur Lewis Hamilton ? Le Monégasque, pour avoir forcé le pilote Mercedes à sortir des limites de la piste, a bien été averti par la FIA durant la course, par le désormais fameux drapeau « noir et blanc », l’équivalent du carton jaune au football.

Mais la FIA n’a pas décidé d’aller plus loin, même si Charles Leclerc fut, ensuite, durant le Grand Prix, forcé de couper une chicane après avoir manqué un freinage.

Ross Brawn, le manager des sports mécaniques pour Liberty Media, a une opinion sur le sujet : selon lui, Charles Leclerc ne méritait pas de pénalité pour avoir ainsi défendu face à la Mercedes…

« Ce Grand Prix m’a rappelé celui de 2003, quand Michael Schumacher, sur la F2003, et Juan Pablo Montoya, sur la Williams FW25, s’étaient affrontés durant presque toute la course à Monza. Cette bataille, notamment dans le premier tour, à la chicane Roggia, fut très similaire à celle entre Charles Leclerc et Lewis Hamilton, à la seconde chicane, durant le 23e tour du Grand Prix. »

« Charles Leclerc n’a pas cédé et était à la limite de ce que le règlement permet, comme les grands champions doivent toujours l’être. »

Ross Brawn a, en vérité, été plus impressionné que choqué par le pilotage de Charles Leclerc, le samedi comme le dimanche.

« Charles Leclerc a été très malin et astucieux dans sa manière de gérer la situation. Je pense aussi à cette Q3 vraiment bizarre, le samedi. »

« A la suite de sa victoire à Spa lors du Grand Prix précédent, il a connu un autre week-end incroyable. Ce qui m’impressionne le plus à son sujet, c’est la rapidité de son apprentissage – il apprend de tout ce qu’il fait, il s’améliore tout le temps, comme pilote et comme homme. »

Le dernier pilote Ferrari qui avait gagné ses deux premières victoires avec l’équipe, lors de deux Grands Prix s’enchaînant directement, était Michael Schumacher, en 1996. Forcément, Ross Brawn a osé la comparaison entre les deux hommes.

« Le dernier pilote Ferrari à avoir réalisé cet exploit lors de deux courses, c’était Michael Schumacher en 1996. Peut-être que l’histoire commence à se répéter… »

Si Charles Leclerc doit être évidemment au centre des louanges, Ross Brawn n’oublie pas non plus de rendre hommage à la clairvoyance stratégique de Ferrari.

« Comme à Spa, l’équipe a fait du très bon travail, par exemple quand elle a choisi de mettre les durs sur la voiture de Charles Leclerc. Il a ainsi pu partir sur une stratégie différente de celle de Lewis Hamilton. »

« La Ferrari a peut-être un package, dans l’ensemble, légèrement inférieur aux Mercedes. Mais l’équipe a tiré le maximum de ce qu’elle avait, en attaquant en qualifications et en défendant chaque mètre de terrain en course. »

Ferrari

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less